AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



◭ messages : 77
◭ arrivé(e) le : 28/12/2013

MessageSujet: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 10:56

ce qui fait de toi quelqu'un de parfaitAux yeux de qui ? Des personnes qui me croisent dans la rue ? Celles qui travaillent à ma botte ?  Celles qui scrutent la liste Forbes ? Ou les trois ? Les avides vous répondront sans hésitation le vert de mes billets – la belle tête de William McKinley vingt-cinquième président. Sa gueule scabreuse qui orne majestueusement les billets de cinq-cents. Ceux-là même qui ne dorment jamais bien longtemps dans mon portefeuille, trop vite pillés par les rats qui m’entourent et qui attendent les miettes. Qu’est-ce qui fait de moi quelqu’un de parfait ? Le pognon. C’est le flouze à foison qui paye mes costards italiens à deux-milles plaques, mes produits « d’beauté » qu’on dit et qui m’empêchent de péricliter comme n’importe quel oiseau de mauvais augure. J’ai les poches trouées et cette naïveté occasionnelle qui me scient – littéralement. Je suis putain de parfait – ouai.

que signifie le terme « amour » pour toiL’amour personne n’en connait le synonyme avant. Avant quoi ? Avant les ruptures à répétitions, les désillusions. Personne ne sait qu’au sentiment de légèreté s’ajoute la crainte d’être quitté et les larmes, le vague à l’âme. L’amour rend fou, l’amour rend mou. L’amour ou l’aliénation, on n’en guérit pas, une fois choppé. L’enculé. L'amour , chez nous, c'est tabou. Personne n'en viendra à bout.

tu en es où avec l'amourJ’en suis, vous répondrais-je, le regard perdu dans le vide. L’imagination morbide et l’envie latente d’aller la rejoindre, elle. Elle est l’amour. Poétique. Fétide. On s’y perd et on ne s’y retrouve plus. Pour le moment – je m’en tiens éloigné, attendant simplement la piqûre de rappel. Ou l'injection létale.

tu es plutôt filles, garçons ou les deuxJe suis plutôt elle. Plutôt donzelles, plutôt saintes et salopes. Plutôt vindicatif – royal à annexer des territoires hostiles. Morveux capricieux qui abhorre le mot « non », putain, c’est trop. Trop pas. Affreux. Orientation casse-tête chinois – mais, c’est toujours moi le vainqueur.

tu l'imagines comment ton avenir affectifEt toi, grognasse, tu l’imagines comment, ton futur affectif ? Imaginer le futur – encore une façon de perdre son temps. Laissons-le venir, ce futur. Laissons-le se dévoiler, pan par pan. Il finira bien par être transparent. A un moment ou un autre. Ou pas.du.tout. Le futur reste là où il est. Loin. Loin de mes pensées, point.

ton âge ∆ Vingt-six printemps aux gueules d'hivers à se croire heureux sur terre mais à être malheureux comme les pierres. Vingt-six années à tout posséder mais ne rien avoir.
ton groupe ∆ back to black
ton boulot ∆ La famille est un bien précieux. A tous ceux qui oublient que la famille est aussi un fardeau. Un râteau qu'on se prend en pleine poire. La famille c'est les pécules qui ont fait notre fortune en nous ruinant l'âme. Père PDG d'une société automobile, fils probable succession - voyez, si l'aîné claque du jour au lendemain, je suis la seconde position. Je me propage dans l'ombre, de l'ombre. J'attends patiemment tel le squale qui - une fois aura repéré l'agitation - viendra dévorer leurs membres et gravira les échelons sans effort. Pour le moment, disons que je suis un représentant, un sous-fifre lambda à patronyme Cole, évidemment.
ta classe sociale ∆ Virevoltant quelques degrés au dessus de n'importe quel monarque - des kilomètres au dessus de toi.
ton caractère"Mika'îl il est lunaire" qu'on dit de moi." Face sombre, face éclairée. Tantôt agréable, tantôt exécrable. Il a ses excès mais pas de demi mesure" pas.de.demi.mesure - "Mika'îl il est le sarcasme, le réalisme de zola - il est là , toujours où on ne l'attend pas - "Mika'îl il est froid", son sourire n'est plus là et pour le faire revenir, c'est un chemin de croix "Mika'îl il est pessimiste" disons que mon optimisme fluctue au grès de mes humeurs - "Mika'îl il est le dragon carnassier prêt à éviscérer pour son butin ". Orgueilleux - Rancunier - Vindicatif - manipulateur -  si tu as quoique ce soit à te reprocher...- Franc - je te le dirai, d'aller te faire foutre, en bon diplomate, et parfois, j'enverrai aussi foutre cette diplomatie de merde. Parce que.Je me donne tous les droits. Aucune limite. Alors, alors donne-toi.



ton pseudo ∆ Glitz -Norah
ton âge ∆ j'ai le plaisir de vous dire que j'ai l'âge, oui, mesdames et messieurs, j'ai l'âge  :fuck: 
un petit mot ∆ Je vous aime comme  :grr:  :hé:  :keur:  :keur:  :keur: , voyez ? Quand on m'a dit que vous alliez reprendre votre bijou j'ai été comme ça        et j'ai eu envie de tous vous tataner la jeule comme ça  :bed: mais, pour préserver mon image, je m'arrête là.


feat Sean O'pry





la petite histoire
And I am bored to death with it. Bored to death with this place, bored to death with my life, bored to death with myself.



✝Anonyme ✝
Ma tête se penche imperceptiblement – asynchrone mon regard se perd dans le vide- autour de moi les fous s’entrainent au verbiage intempestif. Autour de moi – la cacophonie se dilate à m’en faire perdre la raison. Des chiffres, des numéros, des tableaux, des diapos – : « Monsieur Cole » une voix transperce mon ataraxie, nasillarde, insupportable, ça y est, je suis irrité : « Monsieur Cole, quoi ? ». Monsieur Cole a le monopole de la grossièreté, de la chiantise, du culot. Monsieur Cole est protégé. Il fait partie du régime – il est éthéré. Il plane, il est tout beau, tout pimpant dans ses fagots hors de prix, avec son sourire hors de prix et ses manières hors de prix. Puis, ça pourrait leur coûter cher de lui renvoyer sa présomption en pleine figure, à ce gamin pourri-gâté. Mes lèvres ne forment plus qu’une ligne, directe, pleine de promesse, ce sont mes mâchoires crispées qui démontrent leur éloquence. Economie de salive, capitaliste jusqu’au bout de mes chaussures sur-mesure. Un peu comme ma vie – pas de kit. Non – quelle horreur. « Vos actions pourraient atteindre des 御 峰 园 您 可 以» du chinois. Je lève les yeux aux cieux, l’aide ne viendra pas de là, trop de damnés, chez les Cole, trop d’enculés. Trop d’imperfection sous une peinture bien fraîche. Ça se craquelle, dans les coins, là. « A votre guise » à la mienne, avant tout. A ma guise donc, je me relève. Sans un mot de plus, sans un mot de travers, la populace se contente de suivre mes mouvements du regard puis, clac, c’est la porte qui claque avant que je ne claque. C’est peut-être ça, avoir de l’argent. S’ennuyer constamment de ne pas travailler. De simplement regarder, les plus petits le faire à notre place. Je prends une profonde inspiration – les locaux sont si laids, si imparfaits, un peu à notre image à nous, les Cole. A nous, les cons. Les cons anonymes. De ceux qui ne s'assument pas. De ceux qui ne le feront jamais.

✝petits moments d'absence ✝

« En Antarctique » je souffle, portant à mes lèvres mon sésame incandescent, j’inspire, j’aspire, profondément, je suis le virulent désespéré – celui qui essuie une énième offensive armé de patience, d’insouciance surtout de cette putain d’insolence qui tue la mater à tout petit feu. Ses iris se posent sur mon visage, paupières à demi closes, elle me sonde, elle me scrute, elle me bute. Pas de sourire sur ses lèvres – dans cette pièce, personne à impressionner. Il n’y a que deux âmes en peine, deux imbéciles floués par la vie et ses galères, perdus, pendus – les cordes nous enserrent le cou, c’est peut-être pour cette risible raison qu’on a du mal, du mal à se dire les mots, les bons, les doux : « Sois sérieux, un instant, Mika’îl » tiens, pas de Mika ? Alors, est-ce bien cela ? La mère est agitée, la mère est houleuse, la mère ? « Fils de. Fille de. N’est-ce pas ? Nos affaires s’étendent même aux affaires de cœur ? Vous comptez faire quoi ? Vendre nos culs au plus offrant ? Ou fusionner, passer de super riches à super méga riches ? » mes lippes aussitôt déformées par un rictus, c’est l’amertume qui prospère et moi qui ne fais strictement rien pour endiguer, moi qui me noie, moi qu’on enterre : « Gabriel a eu le droit, lui, à vos faveurs », des faveurs, ouai, des malheurs. Épousailler une catin sous prétexte que c’est la fille d’un ploutocrate bedonnant qu’on veut s’mettre dans la poche, ce quelle est merveilleuse, la vie, pernicieuse, la vie : « A votre guise puisque je ne suis qu’un objet qu’on troque contre. Point à la ligne.» Contre. Contre des tas de trucs. « Ne m’attendez pas pour dîner » ne m’attendez plus, je ne veux plus que quiconque m’attende quelque part. Le poids du monde sur mes épaules, attelé, j’avance lancinant dans ce long couloir. Passant à côté de choses que j’ai cessé de voir. J’ai l’œil vitreux, je suis un macchabé, conservé et parfumé au Chanel n°5. J’aurai dû le boire, c’maudit flacon.

Si la tristesse devait avoir un visage, c’est le tien qu’elle arborerait. Ton prénom qu’elle aurait. Ces yeux, cette moue libidineuse et cette carnation scandaleuse. Si le mal devait avoir un caractère, c’est du tien qu’il s’inspirerait, il y mêlerait la cruauté à la chaleur, la méchanceté à la tendresse, il y donnerait du cœur. Un peu de cœur. Un tout petit peu de. Un peu de. De ce que tu veux. De ce que je veux. « Putain la salope » - Alejandro – fils de – fils d’un entrepreneur véreux, Argentin,  se tient à ma droite, doigts aux lèvres prêt à siffler la jouvencelle qui vient de le snober alors que mon corps est animé de spasme, j’en ris, désolé : « T’as trop d’charme, Andro, elle n’a pas pu supporter »- son majeur prend forme sous mon pif alors qu’il se reçoit une talonnade de ma part, avec mes salutations le plus distinguées, l’enfoiré : « Je t’ai parlé avec politesse, fais pas ta pute » - qu’il lui crie et elle, à son grand désarroi, demeure sourde à ses suppliques. Lassé, il se tourne vers moi, cocktail en main, sirotant comme l’sale morveux qu’il a toujours été. On se connait depuis – le premier joint, au collège : « Sors la d’ta tête, Mikaka. Y’a pleins de chattes ce soir – graou » - quelle vulgarité, il n’y va pas dans la dentelle mais, à quoi bon faire semblant ? Il sait que je suis en deuil : « Merci pour l’info – grand gourou love, je note quelque part. En attendant, mon verre est vide et j’commence à m’déshydrater » - il s’éloigne  et moi, moi je retourne à mes tribulations imaginaires, à la torture que ton absence m’inflige, à cette morosité légendaire. Non, non de non, je ne suis pas en manque, pas en manque de toi. Pas en manque de nous. Pas en manque du tout.


✝Sur le bout des doigts✝
« Tu tombes bien bas » qu’il lance, la déception visible sur son visage, l’amusement animant gracieusement le mien. Alors quoi, c’est interdit ? «  L’organisation de combats illégaux, sérieusement ? » j’hausse les épaules, ma foi, oui, pourquoi pas ? C’est une ligne de plus sur mon CV : « Si cela vient à se savoir, papa est là. Super-papa » - sourire factice, jaune comme la bague qu’il porte au doigt, comme les menottes clinquantes, nos geôles sont infinies : « Si n’importe quel détective a pu découvrir tes activités nocturnes » blablabla : « …les flics en sont capables aussi ? T’as bon espoir » avoue, je me retiens de lui lancer des invectives qui lui auraient certainement fait la tête au carré, qu’il m’énerve, l’frérot trop lisse. Entre ses cuisses : c’est Ken. Il se fait ken par la tyrannie familiale et moi, moi aussi : « Tu veux parier ? » je crache, me relevant  prestement du fauteuil molletonné sur lequel j’étais avachi et viens tournoyer autour de sa carcasse en fauve : « A d’autres, s’il te plait » il abdique, la sale vicelard, comme moi il a le goût du prohibé. Quelques minutes plus tard, les paris sont pris : « Tu as bien misé, je vois que tu t’es bien renseigné avant. Ne t’inquiète pas, j’essayerai de montrer à père l’étendue de mon offense lorsque je le croiserai ». Faire semblant, les faux-semblants. Ça pullule chez les Cole. « Sors, maintenant, j’ai rencart » - un clin d’œil, la porte se referme. La solitude s’éveil. Et moi, je m'y abandonne.

Je ne suis qu'un cliché de plus sur cette terre. Une acquisition de plus. Un plan fiduciaire.





Dernière édition par Mika'îl Cole le Sam 28 Déc - 15:54, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 179
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 10:58

c'est donc toi qui a réservé sean :perv: re-bienvenue :bed:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 77
◭ arrivé(e) le : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 11:03

Je suis cet enfoiré  mais bon, si j'avais su que j'allais faire une entrée pareille  Arrow 

Quoiqu'il en soit, merci, beaucul ( bah oui, Will est une tuerie)  :keur:  :keur: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 11:05

Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche  :perv: 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

bye bye, blackbird.

◭ messages : 1663
◭ arrivé(e) le : 26/08/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 11:41

GFVUGT EPBOUB CVBO LGBHK IBG  :yi: :yi: :perv: :mdl: :bed: :bave: I love you :bed: :wof: : :crazy: :brill: :brill: :crazy: :respect: :respect:   :blue:  :luv:   
Azy, tatane moi la gueule, je t'attends. :brill::wof: :
J'te dis pas bienvenue, ce s'rait malvenu, et courage pour le copier/coller de ta fiche. :mdl: VIVEMENT DE TE VALIIIIIIDER.

_________________
we go up in flames.
Il y a des gens avec qui l'on passe une grande partie de sa vie et qui ne vous apportent rien. Encore heureux quand ils ne vous détruisent pas à petit feu. Et puis il y a ceux que l'on croise, que l'on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute et changent le cours de votre vie. Quand vous les quittez, ces gens étonnants, vous découvrez qu'ils ont ouvert une porte en vous, initié ce merveilleux mouvement qu'est le désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carried-by-love.forumactif.org
avatar



◭ messages : 77
◭ arrivé(e) le : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 12:00

 Riley, sank u   :keur: 

:bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :bed:  :siffle:  :siffle:  :siffle:  :siffle:  voilà, ça, c'est que le début  What a Face 
Même pas, je compte la réécrire complètement cette maudite fiche, de A à Z.    Bah ouai, copier/coller l'ancienne alors qu'elle était franchement no comment. MERCI btw, t'es seksy en Meester, mine de rien  :siffle:   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 113
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 12:03

Ton avatar est ORGANISME, sérieux !  :crazy: :crazy: :crazy: C'est un putin de BG dessus ! Puis ton nom de famille, j'en parle même pas ..  :brill: Bienvenu parmi nous !  I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 407
◭ arrivé(e) le : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 12:43

wolfgang l. snicket a écrit:
Ton avatar est ORGANISME, sérieux !  :crazy: :crazy: :crazy: C'est un putin de BG dessus ! Puis ton nom de famille, j'en parle même pas ..  :brill: 

Je crois qu'elle a dit tout ce que je pensais. :siffle: :wof: :
Bienvenuuue parmi nous et bon courage pour ta fiche ! J'ai hâte de lire ta fiche, ça m'intrigue tout ça.   

_________________

    Before they turn the lights out
    When you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide, it's where my demons hide. When the curtain's call is the last of all, when the lights fade out all the sinners crawl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 13:00

bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jillian — perfection has a name

◭ messages : 1267
◭ arrivé(e) le : 22/11/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 13:20

Uhuuuuh ! (comme la colle ! Arrow )
J'te prout tellement t'es beau :bed: :bed:

_________________

the horizon is still way beyond you.
 _ No matter how far a person can go


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 134
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 13:21

Sean + le pseudo   
Re-bienvenue ici et bon courage pour ta fiche  :brill: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 77
◭ arrivé(e) le : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 13:29

Wolfgang - Mozart, comment te dire ?  :bed: 

Nolhan - tu me fous la pression  Arrow 

Nathaniel  :keur: 

Lon - putain, toujours aussi beaugosse - trop pour mes mirettes, trop pour mon clavier qui crève d'une attaque ( de bave)  :bave:  :bave:  :bave:  :bave: 

Luna -       

Vous êtes canons - gentils et BBHZJDJKINDJSKDO

Cimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 65
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 15:42

oh noraaaah :brill: bon retour  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 77
◭ arrivé(e) le : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 15:52

Haha (a) bernardini te va bien, Amélie ( mais, Ice va nous manquer)  :siffle:  Merci  :keur: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 65
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 15:53

tout comme sean te va bien :siffle: oh, tu sais, en laissant ice, je te laisse iris pour toi toute seule, alors il va pas tant manquer que ça :siffle: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 77
◭ arrivé(e) le : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 15:57

 :fuck:  Keument donc ? Même pas vrai  :siffle:  En fait, c'est Jagger qui risque de me manquer le plus  :siffle: ( et le duo Ice/Dan ) et Iris, je te la prête, je suis généreux  :mdl:  ( j'sens qu'elle risque d'pas trop aimer)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 65
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 16:00

pourquoi tu m'fuck toi, t'es folle :mdl: awww ouais, jagger et maksym, c'vrai qu'ils vont m'manquer, et dan/ice aussi, putain  t'es ouf, j'veux pas d'iris, t'as vu l'caractère de merde :mdl: (puis moi, y en a une qui serait pas contente non plus que j'accepte Arrow)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 77
◭ arrivé(e) le : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 16:12

Je te fuck parce que ça m'a manqué  :siffle: Mais ça sera inclus dans un échange de bons procédés - je ne sais pas encore en quoi ça consistera m'enfin je ne vois pas pourquoi des femelles viendraient spoiler not' fun -  Arrow  Arrow Puis, Iris a un bon caractère, wouaf ( putain, la réplique de soumis)  

h-s : là , y'a Lucas qui me mate trop cheloument, c'est grave -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 65
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 16:23

comme t'es mignonne :siffle: j'suis d'accord, mais tu touches pas à aloe Arrow iris avec un bon caractère, laisse-moi rire :mdl: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

bye bye, blackbird.

◭ messages : 1663
◭ arrivé(e) le : 26/08/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 16:53

i just want to cry, right now.    
Ton écriture est divine, je te jalouserais sur cette terre puis jusqu'en enfer. Sérieusement, c'est divin, j'ai l'impression que t'as même progressé encore, bordel de chiotte de biiiiiiiiiiip.
Bon, je vais m'arrêter là, sinon j'vais me mettre à t'insulter parce que je t'adule. (ouaisouais, la logique rpz !   )
J'te valide. :fuck:

_________________
we go up in flames.
Il y a des gens avec qui l'on passe une grande partie de sa vie et qui ne vous apportent rien. Encore heureux quand ils ne vous détruisent pas à petit feu. Et puis il y a ceux que l'on croise, que l'on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute et changent le cours de votre vie. Quand vous les quittez, ces gens étonnants, vous découvrez qu'ils ont ouvert une porte en vous, initié ce merveilleux mouvement qu'est le désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carried-by-love.forumactif.org
avatar



◭ messages : 70
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   Sam 28 Déc - 17:22

mais vous deux j'vous merde profondément. :fuck:
bref, comme d'hab t'es moche, mais j'te pardonne. et puis pourquoi tu me fais pleurer à chaque fois que je te lis hein ? tu veux briser mon coeur c'est ça ? Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres. Nous sommes de ceux sur lesquels on ne parie jamais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Résolu] mettre un lien ?
» ► Être affilié avec G.C + nous lier.
» Loi anti pourriel au Canada, sommes nous visés ?
» "Bienvenue à Gattaca" : cette fois, nous y voilà
» pourquoi nous ne pouvons pas répondre au sujet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
carried by love. ::  :: when you were young. :: Once upon a time.-