AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
J. Alix O'donnel

bye bye, blackbird.

◭ messages : 1663
◭ arrivé(e) le : 26/08/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 8 Déc - 12:29

ce qui fait de toi quelqu'un de parfaitParfaite ? Oui, d'accord, c'est vrai, pas de fausse modestie. Elle ne sait pas vraiment ce qui la rend si unique dans la longue liste de ses qualités. Son argent ? Non, ça fait d'elle une héritière, pas une femme parfaite. Sa gentillesse, sa générosité, sa compréhension et son intelligence ? Bien trop banal. Seul le regard que Lon lui porte fait d'elle la femme la plus parfaite de Phoenix. Pour amadouer un homme tel que lui, il fallait bien faire partie de la haute sphère de la perfection.

que signifie le terme « amour » pour toiEuhm.. Lon. Alix n'aurait d'autre réponse à fournir. Après tout, c'est avec lui que, pour la première fois, ce mot a pris un sens. Il lui a appris à aimer, à désirer, il a fait d'elle une femme parfaitement amoureuse. Alors ce mot, là, ce mot si souvent utilisé à tort et à travers, elle en connait parfaitement le sens désormais. Et il se remémore à sa mémoire et à son cœur dès qu'elle se glisse dans les bras de Lon.

tu en es où avec l'amourElle profite de l'instant présent aux bras de l'homme qu'elle aime. Dire qu'il y a quelques mois, elle vous aurait répondu, dans un haussement d'épaule résignée : "nul part". Tant de chemin parcouru en si peu de temps, voilà qui ressemble à d'Alix O'donnel.

tu es plutôt filles, garçons ou les deuxLes hommes, ou les femmes ? Là est la question. Aux yeux d'Alix, c'est très clair. Seuls les hommes savent faire naître des frissons sur son corps, seuls eux peuvent faire pétiller ses yeux de désir et de passion. Ce n'est pas pour autant qu'une joueuse si invétérée qu'elle ai pu se passer d'une nouvelle aventure, et c'est avec plaisir qu'elle a essayé les femmes. Une fois. Juste une. Avec sa meilleure amie. Ce ne fut pas plus désagréable ni moins agréable qu'avec un homme, mais elle se plait à penser que cette douceur n'était liée qu'à la douce compréhension qui la liait avec son amie. Rien de plus. Alix est hétérosexuelle. Et la question ne se pose même plus, elle est devenue ... Lonsexuelle.

tu l'imagines comment ton avenir affectifElle ne l'imagine pas. Alix est heureuse, pour le moment, et se désintéresse totalement de l'avenir. Elle a conscience, sans doute mieux que quiconque, que le bonheur est la plupart du temps éphémère et d'une fragilité peu facilement concevable. Ce serait mensonge que d'affirmer qu'elle n'a jamais songé à ce brouillard obscur qu'est l'Avenir, mais elle l'évite le plus souvent possible. Elle ne s'imagine pas portant une belle robe blanche dans une église d'Arizona aux bras de son père, défilant sur la musique de la marche nuptiale pour rejoindre un Lon en costard cravate prêt à lui offrir un beau bouquet de fleurs. Elle ne se voit pas, non plus, rejoindre les bas rangs de la banalité en devenant une vulgaire femme au foyer faisant à dîner pour le retour de son tendre bien aimé. Mais plus encore que ces deux hypothèses oh combien foireuses, elle ne peut même pas imaginer un avenir sans lui.

ton âge ∆ 21 ans, toute juste majeure mais pas encore vaccinée.
ton groupe ∆ Aussi surprenant que cela puisse paraître concernant Alix, la demoiselle rejoins les rangs des legendary lovers.
ton boulot ∆ étudiante en deuxième année de littérature à l'université de Phoenix.
ta classe sociale ∆ Excellente.
ton caractère ∆ On peut dire ce que l'on veut de Jillian. On peut parler d'elle comme d'une femme capricieuse et arrogante, une héritière qui n'a conscience de la vie que comme un jeu qu'elle souhaite gagner. A tout prix. On n'aurait pas tort..
On peut parler d'elle comme d'une femme amoureuse, déprimée par les chutes éternelles qu'elle a fait dans des obscurités ténébreuses et terrifiantes. On peut la prendre en pitié ou l'admirer d'avoir survécu. D'en être sortie. On n'aurait pas tort..
On peut parler d'elle comme d'une femme tendre et généreuse, à la seule condition que l'estime soit offerte. Une fois l'amitié gagnée, elle ne la retire pas. Mais une fois la haine dans le tableau, c'est peine perdue. Éternelle constance. On n'aurait pas tort..
On peut parler d'elle comme d'une femme. Simplement. Avec ses forces, ses faiblesses. Son égoïsme, ses douleurs bien ancrées, ses doutes, ses regrets, ses remords, ses caprices, ses générosités. Ses bons comme ses mauvais côtés. Là, seulement, alors on aurait raison. Entièrement.



ton pseudo ∆ hey jude, darling.
ton âge ∆ 19 ans.
un petit mot ∆ écrire ici un petit mot pour nous dire à quel point tu nous aimes.

feat max irons.




la petite histoire
citation qui va bien ici même

Il y a cette fille, là-bas. Elle a de longs cheveux bruns foncés, ni vraiment bouclés ni vraiment lisses, qu’elle laisse trainer négligemment, mal coiffés, autour de son visage. Des joues légèrement rebondies assez enfantines, une jupe noire, des escarpins de marque, une veste sur un petit pull en V, un sac à main honteusement cher et une assurance à toute épreuve… Tout cela pourrait caractériser Jillian Alix O’donnel.  Pourtant, ce que l’on retient d’elle la première fois qu’on la rencontre, ce n’est rien de tout ça, mais son regard. Des yeux, mon dieu, des grands yeux noirs, des yeux sombres d’un enfant coupable, perdu, manipulateur et hautain. A quoi s’en tenir, alors ? Croyez-moi, ce n’est pas elle qui vous le dira. Elle prendra un malin plaisir à vous laisser seul le découvrir.

Cette fille, c’est avant tout celle d’Alan et Grace O’donnel. Cette dernière n’aurait pu trouver mariage plus arrangeant pour ses petites affaires personnelles, et de là à la qualifier de poule de luxe, il n’y a qu’un pas. Quant à lui, il ne brille pas par sa volonté, mais plutôt par sa légendaire naïveté. Se laisser ainsi avoir par une poupée de plastique de quinze ans de moins que lui, cela ne fait pas honneur à son intelligence quelque peu surfaite. C’est vrai qu’il passe les trois quart de son temps dans sa bibliothèque fétiche mais quand même, de là à ne pas s’apercevoir que sa poule dépense tout son capital dollars pour embellir la maison ou -pire encore- sa propre façade… Et c’est ainsi qu’Alix passa toute son enfance au milieu des lustres en cristaux, de la vaisselle de porcelaine, et autres embarrassantes effusions de petite famille riche pourrie gâtée, élevée par une nourrice certes sympathique mais payée pour lui tenir compagnie. Autant vous dire qu’une fois son salaire retiré et son intérêt dans la maison diminué par l’âge grandissant d’Alix, elle n’a pas réclamé la moindre nouvelle et s’en est probablement allée se faire bronzer en sirotant des cocktails avec sa toute nouvelle fortune, fruit d’un si dur labeur.
Cette jeune fille, elle était un peu seule, vous l’aurez compris. Oscillant entre son respect pour son cher paternel –qu’il savait entretenir, quelques fois, par de longues conversations empruntes d’un brillant génie-, et son aversion pour sa pouliche de mère. Oscillant entre poupées qui prennent le thé avec son ourson Dany, et Cendrillon seule sur l’écran plat du salon. Et plus tard, oscillant entre sorties très –très très très- arrosées entre copains/copines (pour tenter d’oublier, sans doute, la maussaderie de sa propre famille), et rapports plus intimes avec un ou plusieurs représentants de la gent masculine. Je crois bien que cette fille ne se souvient pas de sa première fois. Ou peut-être préfère-t-elle oublier. A moins que les pilules ou l’alcool (ou les deux) lui aient permis d’y arriver encore plus aisément que prévu. Parfois elle se l’imagine, dans les toilettes d’un bar miteux à mille lieux de sa vie dans le quartier riche de Phoenix, offrir un sacré doigt d’honneur à ses parents en baisant de façon aussi vulgaire avec un inconnu notoire à l’apparence douteuse. Ah, s’ils savaient. Et Alix s’en amusait. Elle s’extasiait de voir leur visage, choqués, pétrifiés par la honte, la honte d’avoir mis au monde une fille comme elle. Une fille du peuple, du bas peuple, une indigne représentante d'un nom de famille plus ou moins prestigieux, incapable de contrôler ses frasques dans des lieux où elle pourrait être reconnue. Était-ce de l'inquiétude ? Non, surement pas. Seulement le désir de ne pas laisser s'échapper un jouet si précieux et si beau.
Une fois que Grace comprit qu'elle ne tirerait rien de Jillian, elle la laissa en paix, se désintéressant totalement de son triste sort, entraînant son époux avec elle. Par amour, il était prêt à tout. Même à délaisser cette fille -sa fille- qu'il n'avait jamais vraiment regardé.



Regardez là, cette pauvre fille qui marche sur le campus, la tête droite, le port altier, incapable de se reconnaître vaincue. Elle a bien changé, croyez-moi. Il fut un temps où on ne voyait d’elle que les racines de sa chevelure tant elle gardait la tête basse, les yeux rongés de larmes salée et la bouche perpétuellement close. Seule, plus seule que jamais. Et plus déprimante encore à voir qu’elle n’était déprimée elle-même. Presque pathétique. Je crois qu’à cet instant, elle avait une sacrée addition à réclamer à un certain principal solitaire et cruel. Je ne saurais dire combien de temps a duré cette déchéance, mais ce que je peux affirmer avec certitude, c’est que notre cher professeur de lettres n’y est pas pour rien : il est même impliqué jusqu’au cou.

Chut, l’histoire que je vais vous raconter maintenant est un secret. Aux yeux du monde, Alix est une élève de ce professeur particulièrement séduisant qui enseigne les secrets des belles lettres. Il n’existe nul autre échange entre eux que des copies rédigées, puis des copies (an)notées. Parfois, il lui offre la parole en classe lorsqu’elle connait une réponse. Parfois, non. Leur regard ne se croisent pas davantage que celui des autres, il ne réside pas entre eux la moindre attirance physique, chimique, irrépressible, mathématique. Il se fiche de ses grands yeux enfantins, et cette fille –celle dont je vous conte l’histoire- ignore tout de son charme mystérieux et dangereux. (Convaincant, n'est-ce pas ?) Ce n’est que par danger, que parce qu’elle adore transgresser les règles que cette idiote d’Alix s’est sentie obligée de lui tenir compagnie après un cours. Comme si cet être barbare et solitaire avait, par nul ne savait quel miracle, gagné le droit de ne plus l’être le temps d’une soirée. C’est évidemment ce qui arriva. Des œillades, des jeux de jambes, des paroles flatteuses, encore des œillades et davantage de jeux de jambes. Alix pouvait s’avérer satisfaite, elle avait transgressé l’une des plus élémentaires règles de son université, l’une de celle qui pouvait la faire renvoyer au même titre que son professeur et, oops, aurais-je omis ce détail, principal de surcroit. L’une de celle qui aurait permis à sa « mère » de la sortir définitivement de sa vie en l’envoyant dans un pensionnat religieux, ou je ne sais quel autre enfer terrestre dans lequel elle aurait tant aimé cloitrer sa fille indigne pour toujours et à jamais. Amen.
Et là, là, pour une fois dans sa vie, Alix s’est montrée particulièrement surprenante. Qui aurait cru que cette fille pourtant intelligente et malicieuse puisse s’attacher à cet ours solitaire –finalement pas si barbare que ça. Mystérieux, ça oui. Elégant, aussi. Charismatique, oh combien ! Mais il en fallait bien davantage à mademoiselle O’donnel pour qu’elle se retrouve ligotée par les fils sacrés de l’affection, du sentiment, de l’amour, allons au bout des choses. Cette nuit-là, Lon s’était livré –et ce dans tous les sens du terme. Il s’était ouvert à elle, il lui avait fait confiance comme ça, sans raison, leur union scellée par le doux nom de secret, d’idylle d’une nuit, de rencontre torride. Mais en ouvrant la bouche et en offrant cette brèche dans son cœur, cette porte entrouverte, il avait appris quelque chose à Alix, quelque chose qu’elle n’aurait pu trouver dans les livres ou dans la littérature, quelque chose qui ne nécessitait pas de cours particulier : pour la première fois, elle avait été prise par le sentiment terrifiant et excitant de n’être plus seule. Comme si cet homme, rencontré quelques cours plus tôt et quelques heures auparavant, venait de prendre une place privilégiée dans sa vie. En parlant. Simplement. C’était absurde, c’était stupide, c’était indigne de la maligne diablesse d’Alix  O’donnel, cette petite garce un peu prétentieuse, un peu hautaine, qui ne prenait jamais autant de plaisir qu’en transgressant chaque règle rencontrée sur sa route, qu’en détruisant parfois les autres autour d’elle, et qu’en n’offrant jamais, jamais à quiconque le pouvoir de la briser. Un cœur de pierre dans une enveloppe de poupée innocente et fragile, voilà ce qu’elle était avant de rencontrer Lon.
Je peux vous assurer que sa métamorphose en beau cygne blanc en a surpris plus d’un. Heureusement, elle n’a pas duré longtemps. Comme si Alix O’donnel pouvait vraiment s’assagir !



Finalement, on aurait été bien nombreux à souhaiter qu'elle persiste dans son grand amour (enfin, si on avait su, bien entendu, qu'il suffisait d'un homme pour rendre Jill aussi... heureuse ? -quel paradoxe). Et pour poursuivre dans le chemin de l'incompréhensible et du surprenant, qui aurait cru que pour briser la jolie poupée invincible, il ne fallait qu'un mot, qu'une phrase, qu'un adieu ponctué d'importance factice. Son travail ou elle ? Le choix n'a pas semblé si difficile pour le principal, qui, aujourd'hui encore, gouverne d'une main de fer les étudiants de l'université. Ça a été dur, pour elle, de se rendre compte qu'elle ne valait pas davantage qu'un gros salaire. Et une solitude retrouvée, une.

C'est alors qu'Alix a sombré dans... -ne trouvant pas de terme assez fort pour décrire sa chute, je me contenterais de dire qu'elle a sombré-. Quelque part où, visiblement, nul n'aurait su la repêcher. Peu à peu, elle a choisi en son âme et conscience de se noyer dans des eaux profondes et ténébreuses, inaccessibles à quiconque ne portait pas le nom de Lon Lockhart et n'agitait pas sur le monde ce regard emprunt d'indifférence et de mépris. Lui seul aurait pu faire taire les vagues obscures qui s'écrasaient avec élégance et sans un bruit sur l'âme d'Alix. Une âme en miettes. Toutes petites miettes réduites en bouillie par la sentence infinie d'un bourreau de prof.
Les bars devinrent son repaire. Ses livres, son échappatoire, mais non sans une quantité d'alcool. Le sexe, son exutoire. Déchainée, sauvage, elle offrit son corps à qui voulait, se défit de ses vêtements comme de son amour propre devant le premier venu sans chercher à savoir, sans souhaiter comprendre. Déprimée, dépressive, au fond du gouffre, personne ne pouvait plus rien pour la sauver, parce qu'elle ne laissait personne approcher de son coeur. Ses amis les plus proches crurent la perdre alors que, dans son regard, son si beau regard de jeune fille candide, ils ne virent plus que l'obscurité du néant. Un grand rien qui leur affirmait avec toute la force du désespoir que leur amie avait disparue. Il ne restait d'elle que son corps vendu -non, offert, c'est encore pire, aux mâles assoiffés de sa chaleur.
En un sens, cette situation ne lui déplaisait pas tant que ça. Arrêter de penser, de souffrir inutilement, se laisser sombrer, couler, doucement, facilement. Profiter de la situation pour, toujours, agacer ses parents. Ne jamais relâcher ses efforts pour qu'au moins, ils lui accordent un minimum d'attention, même s'il ne s'agissait que d'insultes et de réprimandes sur un ton aigüe de pouffiasse siliconée. Mais pardonnez-moi, je m'égare. Encore ici réside un doux paradoxe de ce nid d'incompréhensions qui germe en la jolie fille dont je vous parle depuis tout à l'heure, ce besoin viscéral d'attirer l'attention de ses parents, alors que nul n'aurait pu les haïr davantage qu'elle. Allez comprendre ! Elle-même avait cessé la moindre introspection. Vide et désoeuvrée, sans la moindre importance, une feuille de papier brisée entièrement vierge de toute écriture. Pitoyable.
L'université lui était devenue aussi insupportable que sa chambre de petite fille, qu'elle avait délaissé pour un petit appartement solo, ni trop classe, ni trop miteux, pour faire honneur à sa réputation. Heureusement que son père continuait à casquer pour les conneries (ou les besoins) de sa fille -plus ou moins en douce, d'ailleurs-, mais Alicia n'avait pas émis la moindre objection. Elle était bien trop ravie d'être débarrassée de sa vermine de progéniture, cette sangsue profiteuse. Telle mère telle fille. Bref, elle ne marchait plus dans cette université que comme un fantôme errant sans but, elle entrait dans les salles de classe tel un zombie résigné de ne trouver aucune chair fraîche à dévorer. Elle avait délaissé les cours de sir Lockhart, sa vue lui étant trop insoutenable. Plus prodigieux encore, Alix avait arrêté les frasques dans l'enceinte de l'université, avait même perdu le goût de s'en prendre aux autres : un zombie apocalyptique terrifiée par l'antre du monstre.




Et puis, les beaux jours revinrent. Pire qu'une girouette, cette fille là change d'humeur comme de... Bref. Alix put de nouveau porter son nom avec honneur, déambuler la tête haute, comme si rien ne s'était jamais passé, comme si le nuage sombre et terrifiant qui rôdait sur sa tête tel un signal mortel s'était évaporé d'un coup, sans raison. Pouf. Et puis plus rien. En un sens, cette fille m'effraie. On ne sait jamais quel sens lui donner. Son regard demeure un livre, une page de couverture dont on ne pourra jamais connaître le véritable sens, des lettres qui demeurent noires et dures, des signes aussi obscurs que des hiéroglyphes anciens. Je suis d'ailleurs tellement sure de moi que j'offre une Ferrari à celui ou celle qui, un beau jour, pourra me dire en levant la main bien haut vers le ciel : " Moi, j'ai percé le mystère d'Alix O'donnel. "
Tout d'un coup, je n'en suis plus si sure... Peut-être, finalement, qu'il n'y en a aucun, qu'elle est devenue aussi inintéressante depuis que le soleil est revenu dans sa vie qu'un vulgaire bout de chiffon usagé. Plus de règles à transgresser, elle est désormais plus sage qu'une première de la classe binoclarde et boutonneuse. Plus d'alcool, de pilules du bonheur, rien d'autre qu'une cigarette par ci par là, et encore, bien trop rarement. Elle est devenue insipide, le bonheur fait d'elle une femme comme les autres. Une femme décevante.
Alors, à quand le retour d'une Alix malheureuse ?






Dernière édition par J. Alix O'donnel le Lun 16 Déc - 21:36, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carried-by-love.forumactif.org
Lon Lockhart

jillian — perfection has a name

◭ messages : 1267
◭ arrivé(e) le : 22/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 8 Déc - 22:30

:fuck: .











j'te pourrirai jusqu'à la mort et je vais commencer par ta fiche Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leandre Hartley

all you need is love.
would you be mine ?


◭ messages : 111
◭ arrivé(e) le : 25/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyLun 9 Déc - 16:34

Ta Lust c'est la plus bellllllle  :brill: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching 721119034 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lon Lockhart

jillian — perfection has a name

◭ messages : 1267
◭ arrivé(e) le : 22/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyLun 9 Déc - 18:41

Ouais, ben j'la vends à qui veut !  jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching 3566091644 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhan Blackburn



◭ messages : 407
◭ arrivé(e) le : 25/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyMar 10 Déc - 8:33

J'achète, moi ! jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching 3344952788 jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching 1499190159 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Alix O'donnel

bye bye, blackbird.

◭ messages : 1663
◭ arrivé(e) le : 26/08/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 15 Déc - 12:45

J'ai même pas vu ces merveilleux messages d'enchère faite sur ma personne, que c'est touchant.  :crazy: :bed:  Viens Nolhan, on file à Vegas, que j'épouse quelqu'un d'autre que cet affreux escargot aquatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carried-by-love.forumactif.org
J. Alix O'donnel

bye bye, blackbird.

◭ messages : 1663
◭ arrivé(e) le : 26/08/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 15 Déc - 12:57

JE CHANGE DE NOOOOOOM.  :bed: :bed: :bed: :bed: :bed: :bave: :bave: :bave: :bave: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :crazy: :brill: :brill: :brill: :brill: :wof: : :wof: : :wof: : :wof: : :wof: : :wof: : :wof: : :wof: :

je n'suis pas folle vous savez.  :crazy: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carried-by-love.forumactif.org
Lon Lockhart

jillian — perfection has a name

◭ messages : 1267
◭ arrivé(e) le : 22/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 15 Déc - 13:05

On abuse  :bed: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolhan Blackburn



◭ messages : 407
◭ arrivé(e) le : 25/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 15 Déc - 15:17

Vous refaites votre lien que vous aviez sur l'ancien CBL? (si vous en aviez hein) :brill: Moi j'ai hâte de voir ça en RP  :siffle: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Alix O'donnel

bye bye, blackbird.

◭ messages : 1663
◭ arrivé(e) le : 26/08/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 15 Déc - 15:24

Oui, on reprend une vieille histoire. :siffle::mdl:
Va falloir reporter notre voyage à Vegas, mon tout beau. :perv: Ou alors, faire ça dans la discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carried-by-love.forumactif.org
Nolhan Blackburn



◭ messages : 407
◭ arrivé(e) le : 25/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 15 Déc - 15:31

Je sais être très discret  :siffle: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lon Lockhart

jillian — perfection has a name

◭ messages : 1267
◭ arrivé(e) le : 22/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyDim 15 Déc - 16:10

Pas assez  :grr:  jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching 1475374183 

(aaah Lon sans sa jalousie, ce serait pas vraiment lui  :perv: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Alix O'donnel

bye bye, blackbird.

◭ messages : 1663
◭ arrivé(e) le : 26/08/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyLun 16 Déc - 21:37

J'attends l'avis de môssieur Lonounet et de sa jalousie légendaire pour la validation. :siffle:

_________________
we go up in flames.
Il y a des gens avec qui l'on passe une grande partie de sa vie et qui ne vous apportent rien. Encore heureux quand ils ne vous détruisent pas à petit feu. Et puis il y a ceux que l'on croise, que l'on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute et changent le cours de votre vie. Quand vous les quittez, ces gens étonnants, vous découvrez qu'ils ont ouvert une porte en vous, initié ce merveilleux mouvement qu'est le désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carried-by-love.forumactif.org
Lon Lockhart

jillian — perfection has a name

◭ messages : 1267
◭ arrivé(e) le : 22/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyMar 17 Déc - 18:23

J'ai mouillé ma culotte Arrow
Du bonheur à l'état pur, vraiment ! et si j'avais un reproche à te faire.... toi et ton talent, vous m'énervez  I love you 

_________________

the horizon is still way beyond you.
 _ No matter how far a person can go


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leighann Brampton

I could be your perfect disaster you could be my ever after

◭ messages : 333
◭ arrivé(e) le : 25/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyMer 25 Déc - 19:08

j'aime beaucoup le caractère d'Alix  I love you 
curieuse de voir comment votre lien va évoluer  :brill: 

_________________
We were thinking we would never be apart. With your name tattooed across my heart. Who would have thought it would end up like this? Where everything we talked about is gone and the only chance we have of moving on is trying to take it back before it all went wrong.
unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lon Lockhart

jillian — perfection has a name

◭ messages : 1267
◭ arrivé(e) le : 22/11/2013

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching EmptyMer 25 Déc - 19:38

Ben bon courage si tu veux suivre c'te saga  :mdl: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching 2804387681 Arrow 

_________________

the horizon is still way beyond you.
 _ No matter how far a person can go


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty
MessageSujet: Re: jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching   jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

jillian ~ you've gotta dance like there's nobody watching

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» readanim.jar ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
carried by love. ::  :: when you were young. :: Once upon a time.-