AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Lying is eternal ♥ Analys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 16:18

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Fin d'une journée épuisante, les muscles tendus je m'employais à me détendre sous le jet chaud des douches communes du vestiaire masculin de la police. Laissant mes pensées dérivées je faisais le point sur une nouvelle journée riche en émotion s'étant terminée par une course poursuite au travers le quartier. Peu à peu l'adrénaline avait disparu de mon système ne laissant que place à un peu de fatigue musculaire. Demeurant u bas mot encore une dizaine de minute alors que bien des collègues avaient déjà désertés depuis au moins une paire d'heure je pris le temps de me changer tranquillement. J'étais de ceux qui n'aurait aucune femme ou enfants l'attendant à son retour à la maison. Flic, célibataire, pourquoi me presser ? Laissant mon esprit divaguer à sa guise une jeune femme à la longue chevelure brune refit son apparition de mon esprit. Je me souvenais d'elle Cameron, c'était ainsi que la demoiselle s'était présentée. Maltraitée cependant son refus fut clair et net de porté plainte. Bien nombre de femmes battues par peur d'être poursuivies se refusait à quitter un compagnon bien trop violent. Certaines restaient par amour, cependant cette dernière j'avais l'impression que ce n'tait pas son genre. Je ne comprenais pas comment ces types pouvaient osé lever les mains sur une femme. Bon sang mais ils n'avaient reçu donc aucune éducation ou amour propre ? Il y avait eu quelque chose de différent chez elle au point ou j'avais tendu ma carte personnelle. Je n'aurais pas du, j'avais violé quelques règles, dont celle d'implication dans une enquête mais en même temps je ne pouvais me résoudre à la délaisser. C'était ainsi que je le veuille ou non. J'avais toujours mit trop de coeur au sein de mes affaires mais jamais à ce point là et pourtant cette fille je la connaissais quoi, depuis une paire d'heure. Grognant je sortais dans la nuit nullement impressionné par le fait d'être attaqué ou non. Ce n'était pas comme ci j'avais de quoi me défendre. M'engouffrant dans ma voiture se fut quelques minutes plus tard que je me retrouvais chez moi déposant mon arme de service dans un endroit prévu à cet effet avant de me verser un café généreux. Célibataire, je parvenais à mettre de coté tout en me faisant plaisir avec un appartement confortable. Les gens pensaient qu'un mec seul était forcement bordélique, ce n'était pas mon cas. Éduqué par mon père seul j'avais toujours été malgré tout habitué à vivre dans un environnement sain. Me versant un généreux café chaud je soupirais à la première gorgée alors que la chaine information de la télévision était allumée. Néanmoins au moment de m’asseoir la sonnette retentissait. Qui cela pouvait-il être à une telle heure ? Me dirigeant d'un pas souple en jean tee shirt j'ouvrais la porte et fut surpris de la personne que je voyais. La surprise se remarquait sur mon visage. Cameron ? Entrez je vous prie restez pas dehors. M’effaçant pour la laisser entrer je refermais la porte derrière elle. Que puis je pour vous ?
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 17:29

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Le mensonge était devenu mon quotidien. Un quotidien douloureux parsemé de coups pour rendre le mensonge plus vrai encore. De réels coups pour un faux-semblant, tel était la vie que je vivais depuis quelques semaines. En fin de compte, elle n’était pas tellement différente de ma vie habituelle, elle aussi parsemée de coup sous l’effet de l’alcool cumulé aux drogues dures que Jay prenait en compagnies de ses amis lors de leurs soirées « planifications ». Tout était réglé, millimétré comme sur un papier musique. Aucun détail, rien n’était négligé, laissé au hasard. Chaque mouvement, geste, acte était prévu comme dans un scénario, chaque paroles, chaque discours était écris de tout pièce. Ce scénario était peut-être monté de toutes pièces et pourtant il reposait sur une base de vérité, les violences que je subissais étaient-elles bien réelles. N’ayant jamais osé aller porter plainte, je débarquais aux urgences, couvertes de bleus et de fractures et prétextais avoir fait une chute, ce que les médecins et infirmiers avaient du mal à croire au vu des blessures que j’avais et du caractère répétitif de celles-ci. Mon dossier était déjà bien remplis en si peu d’années et encore sans que les sévices sexuels y soient ajoutés. Parce que vous pensiez qu’il s’arrêtait aux coups et blessures ? C’est mal le connaitre. Il avait été trop loin, vraiment trop loin, me forçant parfois à coucher avec lui alors que je me débâtais en hurlant, après quoi il m’étouffait pour cacher les cris. Tu parles d’amour.. D’une vie facile.. Tout n’était que de plus en plus difficile, d’autant plus depuis que j’étais mêlée à cette trame, risquant la vie de personnes. Le plan mis en exécution, c’était ce soir que tout se jouait pour moi. Simuler avoir besoin d’aide, m’être enfuie de chez mon compagnon après les coups, je devais me rendre ensuite à l’adresse que Hayden, le jeune policier que j’avais rencontré, m’avait donné. Je m’en voulais, je m’en voulais extrêmement de le mêler à cette affaire. Il avait l’air si gentil, si humain, ses qualités étaient rare chez ce genre de personnes.
Pliée en deux de douleurs, je reçu un nouveau coup dans le visage qui eu le privilège de me fendre la lèvre qui saignait déjà. Attrapant mon bras, Jay me secoua vivement, alourdie par la douleur musculaire. Il devait probablement m’avoir brisé des côtes sous la force de ses coups de pieds, l’implorant en larmes d’arrêter, il finit par stopper ses gestes à mon égard. Me tirant du bras, je du faire un ultime effort pour me relever et tenir debout. Me poussant dehors, je pris le chemin de chez Hayden dans le froid et sous la pluie. Titubant en larmes sous l’effet de la douleur, je failli m’effondrer devant le porche de la maison mais tenu bon. Appuyant avec force sur la sonnette, je sentais mes jambes me lâcher peu à peu. Cette scène paraissait tellement réelle.. Ouvrant finalement la porte, Hayden apparu en jeans et t-shirt, pas bien différent de son style habituel. Ouvrant la bouche sans parvenir à dire quoi que ce soir, frigorifiée par le froid et paralysée par mes larmes, je le suivis lorsqu’il me fit entrer chez lui avant de refermer la porte. « Il a .. Il a recommencé. Je me suis enfuie » marmonnais-je avant d’ajouter « Je ne savais pas ou aller.. Il connait tout le monde, chaque amie, tout.. Je ne savais pas quoi faire d’autre .. » Dis-je à nouveau avant qu’il ne remarque le sang sur mes vêtements. Refermant ma veste comme pour me cacher, le jeune homme vit de nouveau un pas en avant, ouvrant à nouveau ma veste et appréciant les dégâts que je subissais. Mes côtes étaient vraiment extrêmement douloureuse. Lorsqu’il voulut soulever mon haut pour s’assurer que je n’avais pas été poignardée, j’arrêta sa main, respirant fort et rapidement. « Non.. Ne me touchez pas.. La douleur est insupportable.. »
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 17:58

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


IL suffisait parfois d'une seule et unique rencontre pour que cette dernière pénètre dans votre vie et chamboule tout. Détruit tout sur son passage comme une tornade. Parfois cette rencontre pouvait être bénéfique et parfois elle pouvait vous heurtez et vous blessez pourtant vous continuez à vous y accrocher comme si votre propre vie en dépendait. Néanmoins vous étiez trop aveuglez pour voir plus loin que le bout de votre nez, trop confiant face à cette place que prenait la dite personne dans votre coeur. On pensait tous échapper à ce piège, se croyant au dessus des lois de l'amour, mais il n'en était rien. Le piège sans que vous vous en aperceviez se refermait sur vous et il était déjà trop tard lorsque vous vous en rendiez compte. C'était ce qui m'arrivais et juste je l'ignorais. Celle qui m'attirais dans un enfer avait l'apparence d'un ange, une apparence fragile et douce à la fois. Un appel au secours, comment demeurer insensible face à une telle détresse ? Détresse feinte mais qui pourtant me bouleversais. Je n'étais pas inhumain, je possédais moi même mes faiblesses souhaitant faire en sorte qu'elle ne soit plus l'objet de cet homme. Néanmoins j'étais loin de me douter qu'en cette soirée j'étais moi même devenu l'objet de Cameron. Se ne fut qu'en pleine lumière que je remarquais ses blessures, mon sang ne faisait qu'un tour, je me promis que si je venais à croiser ce pourri je ne répondais plus de rien. Néanmoins je tentais de conserver mon calme pour ne pas effrayer ma protégée. Me faisant doux je la rassurais par des mots. Je veux regarder, je ne vous ferait aucun mal. Il faut que je vous soigne, je ne pense pas que vous souhaitiez aller à l'hopital, vous pouvez avoir confiance. Je pense que vous le savez déjà vu que vous êtes là.Faisant glisser avec douceur sa veste, habitué des blessures à cause de mon métier et de la pratique de sport de combat je pris soin de limiter les dégats. Je vais chercher un peu de glace et de quoi vous soignez, une boisson chaude vous fera le plus grand bien vous êtes en état de choc. Usant de psychologie je m'employais à la rassurer sur chacunes de mes attentions, attrapant dans le congélateur une poche de glace spéciale, j'attrapais aussi en passant la trousse à pharmacie me dirigeant vers elle. attrapant un baume anesthésiant pour ses cotes doucement j'appliquais la crème jusqu'à pénétration parfaite avant d'appliquer la poche de glace dessus. Tenez, le froid fera disparaître la douleur et évitera trop d’ecchymose et maintenant voyons le reste. Asseyez vous, vous tenez à peine sur vos jambes. Doucement je nettoyais la lèvre, appliquant un baume dessus arrêtant le saignement auscultant avec soin son visage. Cette nuit vous restez ici, vous dormirez dans ma chambre, je prendrais le canapé, ce n'est pas une question. La porte se verrouille si ça peut vous rassurez quand à mes intentions, vous pourrez prendre une douche et vous changez.  Dans votre état il serait inconscient de rester seule, demain je regarderais vos cotes d'un peu plus prêt. Me relevant j'allais lui préparer un chocolat chaud et quelques chose à grignoter pour qu'elle recouvre un peu de force avant de lui amener.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 19:45

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Je m’en voulais, qu’est-ce que je pouvais regretter ce que je faisais là. Cet homme était terriblement gentil et la seule chose que je trouvais à faire était de me servir de lui. Evidemment que je ne voulais pas faire cela, mais en avais-je seulement le choix, est-ce qu’il comprendrait seulement mon innocence contre ces voyous ? J’étais sur le point de passer quelques jours chez lui, comme prévu. Quelques jours seule à ses côtés, pendant lesquels nous allions indéniablement nous rapprocher l’un de l’autre, apprendre l’un sur l’autre, tomber sous le charme l’un de l’autre ? Tout était possible au fond. Hayden était un bel homme, célibataire d’après ce que j’avais pu comprendre. Mais moi qu’étais-je ? Je n’étais rien. Absolument rien. Juste une femme stupide et perdue qui est incapable de se protéger et de protéger les autres de son compagnon. Un déchet, un rebus de l’humanité. Je ne méritais même pas d’être encore en vie. En arrivant devant chez lui, j’avais l’impression que tout serait terminé, que Jay ne me toucherai jamais plus, mais ce n’était qu’une ruse rien de plus, rien à quoi croire, rien à espérer de plus. Les larmes brouillaient ma vue à sa gentillesse, ses paroles auxquelles j’aurais vraiment aimé croire dur comme fer.. Je savais que cet homme contrairement à d’autres ne me ferait jamais de mal. Ca se lisait sur son visage. Avec le temps, j’avais appris à décrypter les faits et gestes de Jay et avec ce que j’ai pu voir du jeune homme, lui ne ressemblait aucunement à mon ex compagnon. Entrée dans le petit appartement très agréable et chaud, le visage d’Hayden changea subitement en voyant mes blessures. Effrayée à l’approche de sa main, je me recula un peu avant de le regarder dans les yeux. « Non .. Pas l’hôpital. Je ne veux pas aller à l’hôpital, hors de question. » Dis-je fermement avant d’hocher la tête à sa proposition. Je l’attendis dans son salon, appréciant à mon tour les blessures qui me couvraient après avoir posé avec douleur ma veste sur le sofa. Soulevant mon haut, j’aperçu plusieurs plaies ouvertes, sans doutes provoquées par les coups de pieds. Débarrassée de mon haut, sans vraiment de pudeur, je me retrouvai en soutien-gorge avant de voir réapparaitre le jeune homme. Cachant mon corps en posant mon haut contre ma poitrine, je finis par laisser faire Hayden, frissonnant au contact du baume qu’il glissa sur mes côtes. Ayant mal sous sa paume, je posa la main contre la sienne, guidant ses mains sur mon corps. Echangeant quelques regards avec Hayden j’attrapa la glace qu’il me proposait avant de la poser sur mes plaies en grimaçant. Assise dans son sofa, je le regardais me glisser du baume sur les lèvres avant de lui sourire un peu « Je suis vraiment désolée de vous déranger.. Je ne savais pas vers qui me tourner. Je ne devrais pas être ici et vous déranger, vous avez surement du boulot.. » dis-je avant qu’il ne me fasse taire. Interpellée par le fait de dormir seule dans sa chambre, je réagis aussitôt. Si je pouvais être protégée, je préférais rester avec lui. « Non.. Non je préfère dormir avec vous dans le sofa.. Je ne me sens pas en sécurité.. Nulle part.. Je sais qu’il me retrouvera un jour. » Après m’être rhabillée de mes vêtements souillés de sang, à défaut d’en avoir d’autres, je m’installai dans le sofa, avec difficultés et douleurs. Exténuée par les coups, je m’assouplis avant de me réveiller en sursaut au retour de Hayden. « Est-ce que vous auriez un haut à me prêter ? » demandais-je avant d’attraper le chocolat chaud qui me brulait les mains mais me réchauffait. Il était délicieux. Le chemin vers la douche indiqué, je pris une douche tiède pour ne pas souffrir d’avantage. Hayden m’ayant offert l’un de ses hauts et un jogging, j’enfila la tenue puis rejoignis le jeune homme en boitant. Prenant place à mon tour dans le sofa, devant la télévision, je restais silencieuse jusqu’à m’endormir dans le sofa. Mon visage glissant se posa sur l’épaule d’Hayden sans me réveiller.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 21:36

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Bien loin du débat que la jeune femme s'imposait, ma propre conscience déclenchait une véritable tempête au sein même de mon coeur et de mon esprit. Je ne pouvais pas laisser cette demoiselle ainsi blessée, démunie ainsi dans le froid et sous la pluie. Moralement parlant ce n'aurait guère été joli joli mais en plus je n'étais pas homme à me laisser impressionner par un soit disant partenaire un peu trop violent. Abusait-il de l'alcool ou de la drogue ? Voir peut-être qu'il mélangeait les deux. Voici pourquoi je n'avais décidé de ne jamais toucher à ces choses là, je voyais assez de personnes se foutant en l'air au cours de mon travail. Justement le travail c'était le sujet épineux de la question, j'avais tout intérêt à cacher aux yeux de mes supérieurs que j'avais une réfugiée "politique" dans mon appartement. Cela risquait de m'attirer quelques ennuis, je pouvais toujours m'en sortir mais je pense que mes chefs m'astreindrais un petit moment à de la bureautique pure et dure. J'étais un homme de terrain inconditionnellement. Néanmoins en invitant Cameron mon choix avait été instinctif, je ne me voyais pas une fois ses plaies pansées lui dire, "non mais maintenant débrouillez vous !" ha ha la bonne blague. De plus il n'y avait un je ne sais quoi qui me touchait chez cette femme bien au delà de son histoire, je sentais qu'elle n'avait pas terminé de tout me dévoiler. Mon invitée dégageait aussi un certain charme, je me demandais comment on pouvait faire ainsi du mal à une si jolie demoiselle. Je tentais de me faire rassurant, au fil des années passé à la police j'avais côtoyé des cas dit difficile mais ce contact humain me plaisais aussi, bien que des fois tu rentrais chez toi le soir avec une grande claque dans la figure, épuisé moralement. Tu ne me dérange pas, je pense qu'à ce stade on peut passer au tutoiement non ? Quand au travail ne t'en fais pas, on me harcèle pour que je pose quelques jours, un coup de fil et c'est réglé. Et puis quitte à dormir ensemble autant que ça soit dans un lit, quand à ta sécurité ne t'inquiète pas l'immeuble est sur. La laissant s'échapper je pris mon téléphone et composait le numéro de mon chef. L'appel fut bref et ma demande acceptée en vu de mon surplus d'heures et d'un grand nombre de jours me restant. Pas de question quand au pourquoi du comment et cela me rassurait. Perdu dans mes pensées j'entendis la jeune femme revenir et lui adressait un sourire chaleureux jusqu'à sentir quelques minutes plus tard un poids léger contre moi. Tournant doucement la tête je souriais en coin, j'avais mit du paracétamol dans son chocolat pour calmer la douleur et l'épuisement semblait avoir prit le dessus. Dans des gestes controlés j'éteignis le téléviseur avant de soulever avec délicatesse le poids plume qu'elle représentait avec précaution. D'un pas mesure je pénétrais dans ma chambre la déposant dans le lit double avant de la recouvrir d'une couette chaude. Demeurant encore une bonne heure debout je m'étais posté à la fenêtre tout en veillant sur elle afin d'être sur que tout allait bien. Rasséréné en entendant sa respiration régulière je pris place à ses cotés après être passé dans la salle de bain, revenant avec un bas de pantalon ample noir sans haut. Le visage tourner vers Cameron je l'observais songeur avant que le sommeil ne m'emporte à mon tour fatigué par tant d'émotions.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 22:02

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


La présence du policier était rassurante, apaisante. Je n’aurais jamais pensé me sentir si bien chez lui, si protégée des coups de Jay qui était loin de s’imaginer ce qu’il faisait à ce moment même. Me toucher, pour me mettre du baume sans plus, mais jaloux, Jay aurait probablement peté un plomb en quelques seconde, m’assignant de nouveaux coup. Je ne doutais pas de la capacité d’Hayden à se défendre mais je préférais être sure qu’il ne soit pas touché par cette brute avec laquelle je vivais. Ces quelques regards échangés me troublaient. Ce garçon ne savait rien de moi, pas même mon véritable prénom, Analys. En fin de compte, je ne mentais pas totalement sur mon identité puisque Cameron était mon second prénom, mais il ne trouverait jamais de Cameron Riverside dans ses dossiers. Il ne savait rien de moi et pourtant il restait gentil et doux, sans jamais me juger pour quoi que ce soit. Justement, j’avais bien peur qu’en découvrant la vérité, il me juge différemment, comme une traite que je ne suis pas. Il avait la peau douce et chaude. Sa main brulait presque mes côtes à ce contact mais il n’était pourtant pas désagréable, puisqu’il s’efforçait de ne pas me faire de mal. Hayden me troublait vraiment. Il était vraiment beau avec sa barbe de trois jours qui lui donnait un air dur et viril pour un homme doux et tendre. Ecoutant avec attention, les yeux rivés sur ses lèvres, je hocha simplement la tête à sa réponse avant de le laisser et de prendre une bonne douche. Rejoinant le jeune homme, je finis par m’endormir contre lui, sans même me rendre compte qu’il m’avait soulevée. Cassée par cette soirée, je garda mon visage dans son cou le temps de monter avant de respirer son odeur sur l’oreiller qui m’apaisait. Sombrant de nouveau dans le sommeil, je finis par me réveiller dans les alentours de quatre heures du matin. Remarquant le jeune homme à moitié endormis, je bougea légèrement, lorsqu’il tourna la tête vers moi.
« Je vous ai réveillé.. Désolé.. Vous avez mis un médicament dans mon chocolat, j’en suis sure… » dis-je en murmurant , le visage tourné vers lui. «Tu donnes ta cartes à toutes tes victimes de violences ou uniquement à moi ? Pourquoi tu fais tout ça.. ? Tu ne me connais même pas.. Tu sais rien de moi.. » Dis-je. Il semblait épuisé, exténué. Je finis par sourire avant de gémir de douleur, oubliant que ma lèvre était lacérée. Inquieté par ma douleur, le jeune homme s’était instinctivement rapproché de moi, le laissant sentir son souffle sur le mien. Il était parfait sous la lumière de la lune. Torse nu, je pouvais voir quelques cicatrices d’anciennes blessures. Glissant ma main sur son torse, je soulignais les contours des plaies avant de replonger mon regard dans le sien, toujours aussi troublée.. Perturbée, je restais immobile avant de poser mes lèvres contre les siennes, sans réellement me rendre compte de mon geste. Il me portait de l’attention, c’est tout ce dont j’avais besoin..
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 22:36

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Morphée me fit voyager bien loin de la ville de Phoenix, il y avait bien longtemps que je n'avais pas partager ainsi un lit. Bien que dans le passé il m'eut arrivé d'avoir quelques relations pour le moins courtes aujourd'hui j'aspirais qu'à un peu de tranquillité. Lorsque cela faisait des années que dans votre travail vous suiviez des dossiers avec des violences conjugales, des viols, des morts ou j'en passais, le soir forcement vous ne souhaitiez qu'une chose. Rentrer avec une personne vous accueillant. Je n'étais pas machiste attention, je ne souhaitais pas une femme au foyer dévouée, juste d'un soutiens, d'un appuis, d'une personne qui pourrait me faire oublier tout cela. C'était un travail difficile, mais j'aimais ce que je faisais, œuvrer pour que ce monde soit un peu moins triste. Croyez moi nous n'étions jamais assez pour cela. Sauf que sans le savoir je m'éloignais bien loin de ce rêve en la personne de Cameron, les apparences étaient parfois trompeuses et là j'étais bien loin de la vérité. Se fut un mouvement qui me réveillait. Habitué à être en alerte dans mon sommeil je le demeurais, surtout la sachant blessée. Entrouvrant les yeux j'eux un sourire fatigué soit mais rassurant à son encontre. Perspicace en plus de cela, néanmoins son ton ne semblait pas accusateur. La jolie brune avait raison, je ne savais rien d'elle pourtant une force invisible me poussait à l'aider. Cherchant mes mots je les perdis lorsqu'elle gémit de douleur, instinctivement mon corps se rapprochait du sien m’inquiétant pour ma blessée. Cette dernière semblait déjà en meilleure forme et cela m’apaisais au point où je ne vis pas venir le rapprochement soudain. L'observant tracer les cicatrices que je devais soit à mon travail soit au sport, je me perdis dans un tout autre monde, une bulle qui n'appartenait qu'à nous. Répondant avec douceur et tendresse à ce premier baiser, prenant garde à ma partenaire, je me stoppais au bout de quelques secondes. L'envie ne me manquait pas, cependant j'affichais un peu de retenue bien que se fut sincèrement compliqué pour le coup. Seulement pour me faire rassurant j'avais pris doucement s main dans la mienne pour prouver mes dires. Je ne veux pas vouloir paraître profiter de tout cela... De toi en l’occurrence, bien que la situation me plait... Je la fixais quelques instants avant de reprendre toujours tourné vers elle. Tu as raison je ne te connais pas, mais devons nous forcement connaitre les gens pour les aider ? Je vais te paraître un peu utopiste sur les bords mais je suis ceux qui pensent qu'il n'appartient qu'à nous de créer un monde meilleur. J'ai le temps et les moyens pour t'aider alors pourquoi m'y refuser ? Néanmoins j'avoue que je me suis surpassé aujourd'hui... J'avouais à demi mot que quelque chose m'attirais en elle, néanmoins je n'étais pas homme bourrin au possible. Je me plaisais à manier les mots, un sourire un peu fatigué mais espiègle se dessinait sur mes lèvres. Je plaide coupable pour le médicament, ce n'était qu'un anti douleur pour que tu dormes un peu, ça semblait t'avoir réussi c'est rassurant. Penses tu pouvoir encore un peu dormir ou puis-je faire quelque chose pour toi ? Je lui portais un intérêt sincère et non feint, comme la plupart le ferait dans le but d'ensuite simplement coucher avec elle pour mieux la jeter. J'avais une conscience et davantage même, une moralité et de la dignité. Tu peux rester quelque jours tu sais, on pourra t'acheter le nécessaire et réfléchir à une solution à tête reposée. Tu as besoin de calme et de repos pour te soigner. Et libre à toi pendant ce laps de temps pour faire en sorte que j’apprenne à te connaitre un peu plus...
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 15 Jan - 23:02

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


L’embrasser. C’était la meilleure. J’étais sur le point de rendre rendre sa vie un enfer, et j’osais encore l’embrasser à pleine bouche après l’avoir intimement caressé le torse. Je perdais la tête, je perdais définitivement la tête. Je ne savais pas si c’était l’effet des coups, du médicament ou simplement d’avoir Hayden à mes cotés qui me portait un véritable intérêt mais j’étais vraiment désinhibée. Ce baiser, je le regrettais en partie, parce que je ne voulais pas lui faire plus de mal que je n’étais destinée à lui faire. Je ne voulais pas qu’il tombe amoureuse de moi après le plan qui était prévu et pourtant de l’autre coté, je ne voulais que vivre cette expérience sans penser à rien d’autre qu’à ses lèvres et son corps contre le mien. Cette fois c’est clair, si Jay avait été là, nous serions morts sur le champ. Le savoir près de moi me rassurait, je ne m’étais même plus reculée comme à mon arrivée, au contraire j’étais allée de l’avant avec lui. Je l’avais embrassé comme si nous nous connaissions depuis des lustres alors que notre rencontre remontait à quelques jours à peine.. Le coup de foudre ? Peut-être. Mais les violences de Jay et la crainte des représailles m’empêchaient de tout quitter pour me poser aux cotés d’Hayden, bien que je me sente à ma place à ses côtés. La main inconsciemment posée sur sa joue caressait sa légère barbe tandis que je gardais les yeux fermés un peu plus. Je glissa ma main dans son cou et la stoppa sur son cœur battant la chamade. « Je sais que tu n’es pas comme ça.. Je suis désolée de t’avoir embrassé mais.. Ca fait des années qu’un homme ne s’est pas autant intéressé à moi, ne m’a pas autant protégée.. Et puis tu me plait .. Ca me fait du bien de me sentir aimée. Enfin pas aimée mais tu vois ce que je veux dire...» murmurais-je en le regardant finalement dans les yeux. « Je pense pouvoir dormir oui.. Tu es exténué, rendors toi, tu en as plus besoin que moi je pense.. » ajoutais-je avant de me recoucher sur le dos, le laisant se coucher à son tour. Repensant à sa réflexion au sujet qu’on apprendrait à se connaitre, une phrase traversa mon esprit en entendant le tonerre gronder dehors. « J’ai peur de l’orage.. Depuis que je suis toute petite, ça me terrifie.. » lui dis-je avant de le regarder. Son sourire en disait long. Le mien aussi au fond. Doucement, je me rapprocha de lui avant de poser mon visage sur son torse et de me couvrir de sa couverture pour me réchauffer. Les battements de son cœur m’apaisaient de même que la chaleur de sa peau et son parfum. « Bonne nuit… Et merci.. » murmurais-je avant de resombrer à nouveau dans le sommeil. Sans bouger, je dormis de longues heures avant de me réveiller aux alentours d’onze heures et demi, l’estomac vide. Hayden n’avait pas bougé, bien qu’il soit réveillé. Au contraire, je le sentais caresser mes cheveux et jouer avec mes boucles. Sans oser m’étendre, je bougea un peu pour le libérer et lui sourire «Bonjour… » dis-je en souriant avant de me remonter difficilement dans le lit, gémissant de douleurs. L’antidouleur ne faisait plus effet et la douleur elle, était bien réveillée. « Tu dois regarder mes blessures donc… Abrège mes souffrances.. Tue moi.. »
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Ven 17 Jan - 16:57

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


La confiance, j’avais toujours aisément accordé ma confiance. Bien que depuis ce fameux soir ou rentrant d’enquête plus tôt que prévu je l’avais retrouvé là dans ce même lui avec mon propre partenaire. L’histoire était simple, pour une fois nous avions étiez séparé parce qu’il s’agissait des notations annuelles. Je l’invitais souvent à manger et lui par derrière en profitait pour bien s’occuper d’elle si vous voyez ce que je voulais dire. Résultat de l’histoire j’avais pris les affaires d’abord de mon duo les balançant dans le couloir sans ménagement puis j’avais haussé le ton face à ma compagne, mais jamais je n’aurais osé lever la main sur une femme, jamais. J’étais ainsi, confiant et beaucoup trop gentil au final et sans le savoir encore une fois on se jouait de moi. Trop bon, trop con apparemment. Laissant sa main parcourir un peu mon corps de manière chaste je fermais un peu les yeux sous les caresses prodiguées. C’était agréable, non c’était largement plus que cela, j’aimais cela sincèrement. L’écoutant je souriais doucement, comme pour indiquer que hey je ne te tiens pas rigueur d’avoir déposé tes lèvres sur les miennes. Je hochais la tête à ses derniers propos pour indiquer que je comprenais. Basculant de nouveau sur le dos je l’observais dans la pénombre de cette chambre, j’observais ses traits fin et délicats, sa peau de porcelaine et en voulait à cet inconnu d’avoir osé lever la main sur la brunette, d’avoir fendu ses lèvres, d’avoir laissé des traces sur son corps. Comme si Cameron avait senti mon regard elle s’adressait à moi alors que je lui offrais encore un sourire mais cette fois attendri par une confession à son propos. Ce n’était rien du tout, juste une révélation sur la peur d’un orage mais elle qui semblait si renfermée, si secrète c’était un peu se dévoiler. La laissant venir se blottir contre moi je sentis les ténèbres me happer à mon tour, bien trop épuisé pour continuer une conversation que je jugeais pourtant intéressante. Ce ne fut que quelques heures plus tard que je me réveillais alors que le soleil était déjà haut dans le ciel. Baissant mon regard je caressais les boucles brunes parsemant la chevelure de la jeune blessée allongée contre mon torse. Combien de temps passais-je à l’observer ainsi, je l’ignorais mais sentant du mouvement je murmurais un Bonjour. Un rire sincère m’échappais et je la regardais espiègle me redressant dans le lit. Ou alors je peux t’apporter un petit déjeuner consistant, avec un anti douleur agissant rapidement et là ensuite j’observerais dans de meilleures conditions tes blessures. Hors de question que je te tue, je veux te garder encore auprès de moi. Me relevant je lui laissais le choix de demeurer ou non au lit, je déposais néanmoins un baiser sur son front avec douceur avant d’emprunter le cheveux de la cuisine, passant une main dans mes cheveux désordonné avant d’œuvrer dans la cuisine à un petit déjeuner consistant. Rapidement une odeur de bacon, d’œuf brouillé, de toast et de jus d’orange frais embaumait l’appartement. Les informations étant allumées, un peu en sourdine comme par habitude. Il y a un petit magasin en face de l’immeuble, on pourrait te prendre deux ou trois petites choses qui pourraient t’être utiles si tu le souhaite. Bien que mon jogging te vas à ravir je pense que tu aspires à avoir deux ou trois choses à toi. Sortir te ferait le plus grand bien.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Ven 17 Jan - 17:35

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


LLe plan avait fonctionné parfaitement, à croire que les garçons avaient lu en Hayden comme dans un livre ouvert. Le jeune homme avait littéralement le cœur sur la main. Il était d’une gentillesse incroyable et en particuliers avec moi, comme si me voir l’avait touché, chamboulé. Je ne savais pas ce qu’il avait pu ressentir, ce à quoi il avait pu penser, mais il avait été là au moment où j’en avais eu le plus besoin. Il m’avait prise sous son aile comme si nous nous connaissions depuis toujours. Il m’avait prise chez lui, m’avait offert un endroit où dormir et ce baiser.. Ce baiser que nous avions échangé, un baiser fou mais tellement agréable. Ca faisait longtemps que je n’avais pas ressentis cette sensation de plaisir, de bonheur en sentant les lèvres d’un homme contre moi. J’aurais tout donné, tout pour avoir la force de coller mon corps au sien, d’onduler sous ses caresses et de faire l’amour avec lui mais mes plaies m’en empêchaient pour le moment. Je savais que je ne devais pas me lier à lui, m’attacher à cet homme mais c’était déjà trop tard. Le mal était déjà fait. Allongée dans ses bras, je lui souris légèrement, faisant attention à ma lèvre fendue avant de le regarder se lever et de fermer les yeux sous son tendre baiser sur mon front et ses douces paroles. « Va pour le petit déjeuné.. Je vais te rejoindre, je pense pouvoir marcher, du moins il le faut » Dis-je en me redressant doucement, grimaçant de douleurs. « Me garder près de toi ? Je vais finir par t’ennuyer à force. Tu me ficheras à la porte tellement je suis ennuyante » Dis-je en souriant « Ca fait plaisir d’entendre ces mots.. C’est tellement rare.. » ajoutais-je avant de me lever. Je le laissa descendre tandis que je passais rapidement sous la douche avant de réenfiler les vêtements qu’il m’avait prêté. Je descendis ensuite le rejoindre dans la cuisine avant de m’installer à table. Affamée, mon ventre gargouilla largement tandis que je le regardais cuisiner avec plaisir. « Oui.. J’irais taper un petit coup d’œil .. Je n’ai pas vraiment envie qu’on me voit dans cet état, mais je n’ai pas le choix.. Je ne peux pas m’éterniser longtemps chez toi.. Tu as déjà été vraiment adorable et je n’oublierai jamais ce que tu as fais pour moi.. Ni cette nuit.. » dis-je en le regardant dans les yeux, proche de lui. Frissonnant légèrement, je frotta doucement mes bras avant de voir atterrir une assiette sous mon nez. « Ca sent délicieusement bon.. Tu cuisines toujours ainsi, tu fais toutes sortes de plats ou juste des plats basiques ? J’adore la cuisine, surtout les pâtisseries. Je suis la reine des macarons.. Je t’en ferai pour te remercier. Après en avoir mangé un, tu seras sous le charme ! » dis-je en souriant avant de me mettre à manger avec plaisir. C’était délicieux et si riche en énergie dont je manquai cruellement. Jetant un coup d’œil sur un dossier sur la table, je vis les plans de la banque. « Oh.. Tu es sur le dossier de la banque ? Il parait que le système de surveillance est infaillible, c’est vraiment vrai ? On m’a toujours dit que rien n’était infaillible. Pour un flic, tu dois connaitre deux ou trois trucs pour contrecarrer les systèmes de surveillances non ? » demandais-je avant de reprendre « Oh, en fait c’est ton boulot. Ca ne me regarde pas, je suis désolée.. » dis-je en souriant légèrement avant de terminer mon assiette et de boire mon jus d’orange.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Ven 17 Jan - 21:14

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Je souviens d'avoir été brisé une fois. Elle était blonde et se nommait Nathasha, si je l'aimais ? Bien sur. J'avais toujours été une personne pour le moins investie dans mes relations. Jusqu'à ce fameux soir ou tu rentrais bien plus tôt que prévu et que tu te prenais une immense claque en plein visage. Vous saviez ce qu'était le pire ? Je le connaissais, je connais le mec avec qui elle me trompait. Mon coéquipier purement et simplement, alors j'avais pris ses affaires à lui les jetant dehors me contrefichant éperdument qu'il soit sans habits. La colère m'avait consumé, mais je n'avais pas frappé. Seulement le lendemain au poste je m'étais rendu à la première heure dans le bureau du grand chef qui n'avait pas posé de question. Depuis je travaillais seul avec des partenaires dit éphémères. On se montait des projets, des idées de famille et puis tout pouvait basculer du jour au lendemain comme un simple château de carte soufflé par le souffle du vent. Un claquement de doigt et toute votre vie pouvait simplement déraper ou se stopper, il suffisait que les battements cesse. Nous n'étions maintenu en vie que par notre coeur, cette pompe qui battait et vous insufflait la vie. Je l'avais envisagé durant cette période, très fortement et puis je m'étais relevé, me forgeant de part cette trahison. Plus de relation sérieuse, tu parle, voilà que je l'accueillais à bras ouverts. Je le sentais tu sais quelle puait si je pouvais osez dire les embrouilles à plein nez, mais j'avais cette volonté de l'aider. Tu sais elle avait ce petit air brisé, je le sentais, Cameron avait un passé lourd et moi tout ce que je souhaitais c'était atténuer sa peine. Juste prendre soin d'elle étais-ce vraiment si compliqué en fin de compte. Hochant la tête au parole de ma blessée je n'émis pas de protestation, il fallait que mon invitée marche pour que je vois ou en était la blessure à ses cotes. Un sourire espiègle avant de m'esquiver j'ajoutais : Je ne pense pas que le mot ennuyant puisse réellement te qualifier si je puis me permettre, je ne pense pas non plus me lasser. Sur ces mots je me mis en quête de préparer un petit déjeuner, mes yeux se relevant de temps en temps vers le poste de télévision jusqu'à ce qu'il se détourne vers ma protégée alors que je lui offrais un sourire compatissant et déposait une assiette prêt d'elle suite à ses remerciement. Avant de prendre place face à la brunette, riant doucement à tant d'enthousiasme. Incroyable à présent je ne pouvais plus l'arrête mais c'était rassurant, au moins la guérison prenait un bon chemin. La porte te demeure ouverte, ça ne me dérange pas d'avoir un peu de présence au sein de ce grand appartement. Je lui tendis quelques médicaments à son égard pour calmer la douleur avant d'ajouter Se sera avec grand plaisir, je suis adepte des petits plats mais les desserts c'est mon défaut parmi tant d'autres Un sourire d'excuse naquit sur mes lèvres  Disons juste qu'un système n'est jamais infaillible et je compte justement les avoir sur ce point là vu que je suis en charge de l'enquête. Malheureusement je peux en dire plus, je risquerais des ennuis. Adressant un clin d'oeil à la demoiselle indiquant je ne lui en voulais en rien de sa curiosité avant d'attraper la vaisselle sale. J'ai lavé tes vêtements, ils sont presque impeccable, je pense que ça sera plus approprié si tu souhaites sortir. Ou j'ai aussi une solution le magasin d'en bas prend les commandes via internet, j'aurais juste à les récupérer. Mais avant je dois t'ausculter et te passer un peu de crème, cela devrait être moins douloureux que hier et être même agréable parole d'un expérimenté.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Sam 18 Jan - 20:43

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Je n’étais pas ce genre de femme, ce genre de profiteuse, prête à tout pour obtenir une importante somme d’argent suite à un braquage, au contraire. J’étais bien trop peureuse pour parvenir à garder la tête haute et à ne pas défaillir. Si d’un côté, ma conscience me disait d’avertir Hayden quant au braquage prévu par Jay et ses amis, ma peur me pétrifiait et m’empêchait d’avouer quoi que ce soit, d’un côté parce que j’allais avoir les répercussions des mains de Jay et de l’autre parce que cela signifierait avoir menti à Hayden depuis le début, le perdre et perdre tout espoir de pouvoir vivre une histoire à ses côtés. Lui avouer signifierait aussi me passer les menottes aux mains et m’accuser pour complicité. Je ne voulais pas qu’il change d’avis sur ma personne, qu’il me considère comme une menteuse et une traitre, qu’il pense que tout mes mots n’étaient que mensonges et mes actes faux. Depuis le début, j’étais sincère avec lui, je ne faisais qu’omettre certaines informations, mais on dit qu’un mensonge par omission reste un mensonge.. Alors sans doute qu’Hayden m’en voudrait toute sa vie. En fait, peut-être qu’en lui disant la vérité, il comprendrait et m’en voudrait moins, peut-être me protègerait il de Jay ? C’était possible mais je craignais tout de même de le perdre, et de perdre la vie d’une façon ou d’une autre..
Laissant mon regard se poser sur lui et son corps  tandis qu’il sortait du lit, j’esquissais un léger sourire tendre, ravie d’entendre les paroles qu’il avait à mon égard. « J’ai pas envie que tu te lasses en fin de compte. Tu as un homme vraiment adorable, que tout le monde devrait connaître, et je ne te remercierai jamais assez pour ce que tu as fait pour moi hier soir, Hayden. Je ne sais pas comment te remercier, mais si je peux faire quoi que ce soit, je veux le faire et pouvoir te remercier comme il se doit. Ce que tu voudras » murmurais-je en lui souriant. Le laissant finalement descendre, je rejoignis en bas, après être passée sous une bonne douche. Les cheveux mouillés ondulaient sur mes épaules avant que je ne les attache en un chignon déstructuré. Plus enthousiaste que la veille, je finis par me taire une minute avant de chipoter dans mon assiette « Je suis désolée.. Je parle beaucoup quand je me sens bien.. » dis-je avant de me taire de nouveau pour manger ce fameux petit déjeuné royal. Terminant mon assiette, je releva mon visage vers lui. « Tu n’as jamais pensé t’installer avec une femme, pour te sentir moins seul ? On ne va pas se leurrer, tu es un bel homme, je ne comprends pas que tu sois encore célibataire.. C’est volontaire ou bien ? » Demandais-je curieusement en le regardant. Il était beau, trop même c’était certain. Je voulais bien me faire arrêter par Hayden personnellement.. «  Si tu craques pour les desserts, j’en profiterai de ma sortie pour faire une petite  course pour te faire un dessert. Ce sera une partie des remerciements qui te vont de droit. » dis-je en souriant. Sans relever les informations concernant la sécurité du système de surveillance de la banque, je me levai de table pour poser ma vaisselle sur l’évier aux cotés d’Hayden. « C’est très gentil de ta part. Mais ne te déranges pas pour moi, j’enfilerai mes vêtements et je t’emprunterai un pull pour me couvrir, sinon j’irai faire mes petites courses, si jamais tu as des courses à faire je me porte volontaire, quitte à bien faire. Je vais dans le salon pour les soins. Merci, monsieur le flic-infirmier.. » dis-je en déposant un baiser sur sa joue avant de partir dans le salon et de soulever mon haut pour me retrouver comme la veille, en soutien-gorge. Baissant les yeux sur mon corps, j’évaluais les dégâts avant de le voir approcher. « Je suis prête, docteur. »dis-je en souriant  avant de le laisser tourner autour de moi pour évaluer un peu les blessures. « J’ai encore très mal aux côtes et ca m’empeche parfois de respirer, mes jambes aussi me font un peu souffrir, mais je tiens dessus quand même. Tu en penses quoi ? Je vais m’en sortir vivante ? »demandais-je en riant légèrement avant de tenir mes cotes de douleurs. « Ouille.. Ow ca fait mal.. » dis-je en respirant fort. Je le laissa ensuite poser ses mains sur moi, posant à mon tour sur lui un regard qui en disait long sur le plaisir que j’avais à sentir sa main chaude sur ma peau « Tu .. Tu me perturbes c’est fou.. Je ne sais pas ce que tu me fais mais.. C’est très agréable.. Ca doit être ton charme.. Je suis sous le charme..» dis-je avant de plonger mon regard dans le sien, complètement perdue. « Pour hier.. Je .. Je ne vais pas m'excuser parce que c'était parfait et que j'en avais envie.. En fait, j'en ai encore envie ...»
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Dim 19 Jan - 19:10

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


La nuit avait été agréable, il y avait bien longtemps que je n'avais pas dormi aussi serein. J'étais une personne très tactile, et naturellement il semblait que Cameron semblait partagé ceci avec moi. Surement dans le but de se rassurer et face à un compagnon bien trop violent. Je regrettais que nous nous soyons ainsi trouvés, j'aurais souhaité avoir été le premier à la rencontrer, pour ainsi pouvoir faire en sorte que jamais elle ne rencontre ce malade. Se serait-elle intéressée à moi dans de pareilles circonstances ? Moi en tout cas je me serais certainement retourner sur le passage d'une femme tel que elle. Je demeurais être un homme avec des pulsions, un désir manifeste face à un pareille physique et un tel charisme. Néanmoins je demeurais en retrait. Je ne souhaitais pas avoir l'air de profiter de ma position et de la sienne par la même occasion. De plus je ne pense pas que ma blessée soit prompt à pareille échange et encore moins dans son état avec un homme à sa poursuite. Pourtant pouvons nous nier l'alchimie qu'il y avait entre nous ou alors me faisais-je des idées ?  Je ne savais pas, je n'étais pas infiltré dans son esprit en revanche une satisfaction envahissait mon corps lorsque la jolie brunette avouait se sentir bien. C'était une petite bataille de gagnée, la guerre était loin d'être terminée c'était un fait mais cela suffisait à davantage me motiver. Haussant un sourcil amusé devant tant de compliment, je pense que techniquement je commençais à avoir réponse à ma question quand au fait si Cam' était tout aussi intéressée que moi. Je pense qu'il y a un peu des deux techniquement. J'ai pas toujours eu de bonnes relations avec la gente féminine et mon métier en effraie plus d'une. Je suis plus homme à viser le long terme à l'heure actuelle. Et toi, sans vouloir te blesser, tu es une femme tout aussi charmante, alors pourquoi lui hein ? Tu mérite largement mieux, même si je le connais pas... Je repris un sourire affectueux tout en riant doucement, j'étais un éternel gourmand alors je ne dirais strictement pas non à ses remerciements. Taquin j'ajoutais : De quel nature sera l'autre partie de tes remerciements ? Fronçant légèrement les sourcils j'énonçais tranquillement : "Mon armoire t'es ouverte mais il est hors de question que tu fasse les courses seule, de un car j'ai envie de t'accompagner, de deux car je vais porter les courses que tu le veuille ou non et trois interdiction de refuser, c'était pas une question. Croyait elle que j'allais vraiment la laisser se promener seule avec un tel malade à ses trousses ? Jamais, ça serait complètement irresponsable ! Troublé par le baiser je pénétrais dans le salon, torse nu, sans me soucier de remettre un quelconque tee shirt. Il fallait dire que ma partenaire savait faire monter la température de mon épiderme à loisir, même si elle était blessée, cette dernière en demeurait pas moins... Waw, à mon gout ! Néanmoins je n'aimais guère voir sa peau avec une telle teinte bleutée, comment pouvait on franchement ? Un lâche ! Si je le retrouvais, je ne donnais pas cher de lui. Posant avec douceur mes mains sur sa peau, je fus agréable surpris de la texture douce que je rencontrais sous mes doigts. De lus en plus troublé se fut ses dernières qui achevèrent toute conviction de me retenir à son égard. A quoi bon, nul doute que nous étions deux à désirer la même chose. Me redressant lentement, je ne quittais pas son regard alors que le mien se devait d'être brûlant, révélateur des intentions peu chastes que j'avais à son égard. Sans un mot je réduisais l'écart entre nos deux corps prenant garde au sien blessé avant d'emprisonner d'un mouvement sur ses lèvres des miennes. Entamant une danse tout d'abord douce qui se fit de plus en plus passionnée au fur et à mesure des secondes qu passaient.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Dim 19 Jan - 19:50

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Pourquoi rester avec Jay ? Très bonne question. Moi-même je ne savais pas où je tirais cette force à rester avec cet homme qui avait tout de détestable. Evidemment que je ne le méritais pas, mais au fond, je ne méritais pas non plus l’amour d’Hayden avec tous ces mensonges que j’étais obligée de lui cacher. Si cela ne tenait qu’à moi, si je n’avais pas cette épée de Damoclès suspendue au dessus du crâne, je lui aurais dis la vérité sans reculer, j’aurais été entièrement franche, comme il le méritait depuis le début. Mais le problème étant que je ne pouvais pas pour diverses raisons, craintes, peurs.. Bien des choses en fin de compte. Si seulement j’avais croisé Hayden avant Jay, je serai surement protégée, aimée et lui de même à l’heure actuelle. Il correspondait totalement à l’homme de mes rêves aussi idéalisé qu’il soit. Il était doux, attentif, charmant, exactement comme j’en rêvais et cette alchimie entre nous me prouvait que j’aurais très bien pu avoir une vie de rêve à ses côtés. Lui poser ce genre de question était plutôt impersonnel, mais je voulais vraiment savoir. La curiosité est un vilain défaut, c’est certain. Regardant le jeune homme, je lui souris légèrement. « Pas de bon contacts ? Tu te fiches de moi ? Tu as un charme fou, tu fais tomber toutes les femmes comme des mouches sur ton passage, Hayden.. Et puis moi, tu ne m’effraies pas. Bien que si j’étais ta compagne, j’aurais surtout très peur de te perdre.. » dis-je avec surprise avant de continuer. « Moi.. Oh, longue histoire. J’ai été stupide, si tu savais.. J’ai rencontré Jay quand j’étais aux études. A l’époque il était le gars populaires que toutes les filles aimaient. Et moi j’étais juste à lui. Tout allait bien puis j’ai découvert qu’il prenait de la drogue pour augmenter ses capacités sportives. Toujours plus. J’ai menacé de le quitter, c’est à ce moment qu’il a commencé à me frapper.. Au début, il s’excusait, il disait qu’il allait arrêter, qu’il ne me toucherait plus de la sorte, plus jamais. Puis il recommençait à chaque fois. J’ai commencé à avoir vraiment peur de lui, à tel point que j’étais incapable de le quitter.. Enfin jusqu’à hier soir .. Mais je sais qu’il va me retrouver. Et il finira par me tuer.. J’espère qu’il me tuera sur le coup, sans douleurs. Je ne veux pas agoniser sous ses yeux amusés. C’est un salaud.. C’est sur. Mais je crois que je n’attire pas les hommes bien, le genre de gars comme toi.. Dommage.. » répondis-je en haussant les épaules légèrement. Comment pourrais-je l’attirer dans cet état au fond. Relevant le visage vers lui, j’esquissa un large sourire en fronçant un sourcil d’un air coquin à sa question. « Ca dépend.. Je pourrais te surprendre.. » dis-je en riant. « En bref, tu deviens officiellement mon garde du corps ? Je suis chanceuse dans ce cas. » Acceptant volontiers sa présence, je partis dans le salon, me préparant psychologiquement à affronter la difficile vérité. Laissant le jeune homme approcher, je remarquais rapidement son regard dégouté à la vue de mes blessures. Evidemment que c’était moche et très inesthétique. Mais tel était mon corps, chaque jour d’avantage couvert de ces plaies. « Je dois être terriblement laide à regarder.. J’aurais aimé te donner un meilleur spectacle, vraiment. Mais ce n’est ni les premiers, ni les derniers bleus qui couvriront mon corps.. Je pense qu’être avec toi ne sera qu’un répis de courte durée. Il finira par me retrouver.. Hayden, je veux que tu me fasses une promesse, vraiment, une promesse sur l’honneur.. Si jamais il doit se passer quoi que ce soit entre moi et Jay.. Reste en dehors de ça. Fais moi cette promesse.. » dis-je en le regardant dans les yeux. Cette promesse j’en avais besoin. Je savais que ce que je faisais était risqué et qu’en cas d’erreur de ma part, Jay s’en prendrait à moi et à Hayden si ce dernier tentait de me défendre, chose que je refusais. Le regard rivé dans le sien, Hayden restait immobile jusqu’à ce qu’il n’approche de moi, faisant battre mon cœur à une vitesse folle. Posant ses lèvres sur les miennes, je ferma les yeux, répondant avec douceur à ce baiser avant de glisser mes bras dans son cou avec plus d’ardeur. Complètement sous son charme, je laissais ce baiser s’éterniser tandis que mes mains quittaient sa nuque pour glisser sur sa joue puis son torse caressant la moindre parcelle de sa peau. Faisant abstraction de mes douleurs, je m’allongea dans son sofa, attirant son corps dans ma chute afin qu’il ne me quitte pas. Allongés l’un contre l’autre, on resta un moment à s’embrasser avant de sentir l’envie irrémédiable de franchir la limite qu’on s’était donnée. Aventurant mes mains partout sur son torse, je mis fin à notre baiser à court d’haleine avant de le regarder en caressant son visage. « Si tu savais ce que je serai capable de donner pour t’avoir rencontré à la place de Jay.. » murmurais-je avant de le réembrasser de nouveau avec douceur.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Dim 19 Jan - 22:53

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Tu sais on rêvais tous du grand amour quoique l'on dise on aspirait tous à trouver un partenaire à sa mesure. C'était l'instinct chercher cette personne sur laquelle on pouvait aisément se reposer. Personne avec laquelle tu partagerais tout, tes peines comme tes moments de joie en passant par tes déceptions du monde autour de toi. Mais ce monde il n'appartenait qu'à nous de le construire, construire cette bulle qui commençait déjà à se former entre nous sans que la remarquer. A peine le temps de dire ouf et nous voici plongés dans ce tourbillon de sensation. On s'y noyait, ou s'y oubliait et plus rien d'autre importait. Nous vivions de manière égoïste, peu regardant sur le monde qui nous entourait, ceux nous comptait car déjà nous avions trop soufferts. On se piégeais dans cette cage dorée mais qu'adviendrait il lorsque nous devrions la quitter ? Tu sais je n'étais pas aveugle, je savais qu'un truc clochait et pourtant j'ai choisis de te faire confiance. De me laisser porter et d'oublier que dans quelques jours, de nouveau nous serions séparés. Que je chérirais ces moments, que je me battrais pour en faire naitre de nouveau parce que tout ce qui m'importais c'était de voir de nouveau ce sourire se dessiner aux creux de tes lèvres, ton regard accrochant le mien alors que te doigts se liaient aux miens. Riant face à tant d'audace, tant de spontanéité qui me charmait encore davantage je me penchais vers toi dans un élan de confidence. Qui aurait put nous entendre, après tout nous étions seuls, ce n'était juste qu'un prétexte pour sentir ton souffle sur ma peau. Je ne suis pas parfait et puis ce charme fou que tu évoques ne veux pas dire forcement que ma vie est rose. Il y en a bien eux une mais la retrouver dans ton lit avec ton partenaire de travail parce que tu es rentré trop tôt pour faire ta demande en mariage, ça à tendance à te refroidir sur le champ" Si je te regardais avec ce visage sérieux rassures toi, aucun dégoût, du moins pas envers toi. Tu sais j'en avais vu des cas similaires, certaines avaient fuis mais pour d'autre il avait été trop tard. Je les avais retrouvée allongée sur cette table froide, identifiée par un numéro. Je ne souhaitais pas que ça t'arrive, il était claire que j'étais déjà bien trop impliqué dans ton histoire. Tu n'as pas à t'en vouloir, tu l'aimais. C'est à lui dans cette histoire que revienne tous les blâmes. L'alcool, la drogue, ne change pas la personne que l'ont ait fondamentalement. Ceci fait juste tomber les barrières nous désinhibant complètement, ni plus, ni moins. S'il te plait laisse moi t'aider au delà de t'héberger, je ne pourrais pas supporter de te voir dans un hôpital ou pire dans une morgue... Mes paroles étaient sincères, rien qu'à l'idée de voir ton corps allongé et dénudé, pale et froid, cela me retournait les tripes, me retournais le coeur. Quittant la cuisine nous voici en face à face. Tu m'en demandais trop, j'étais bien trop attaché à toi pour t'oublier aussi aisément, pour être aussi lâche que lui. Ma voix mêlée à l'énergie du désespoir, je murmurais accablé. Je ne peux te le promettre, pas ça. Tu ne peux me demander ceci, ça serait être pire que lui ! Je ne pourrais fermer les yeux te sachant là bas entre ses mains. Tu n'es pas laide, aucunement. Mon dégoût est pour cet animal, pour le fait qu'il ait osé te marquer. Tu es belle, bien plus que tu ne peux le concevoir, fais moi confiance, crois moi ce n'est que vérité. Et s'est sur ces mots que je pris l'initiative de ce baiser, recouvrant tes lèvres des miennes. M'enivrant de ton odeur, m'enivrant de ton gout, se fut une explosion de sensation alors que déjà nos corps se pressaient l'un contre l'autre. L'ardeur prit le pas sur nos corps et nos esprits alors que je te murmurais les mots suivants : Ce moment est le notre, et que se soit hier, aujourd'hui ou demain qu'importe quand nous nous soyons rencontrés le plus important c'est que nous sommes ensemble aujourd'hui et que je t'abandonnerais pas. Sur ces belles paroles faites de promesses, ma main glissait sur ta peau alors que je me maintenais au dessus de toi, prenant garde à ne pas te faire souffrir de par les blessures qu'il t'avait imposé. Je voulais te le faire oublier, que tu garde en toi ce moment pour te battre et sortir vainqueur de ce combat qui était désormais le notre. Avec douceur j'embrassais ton cou migrant doucement le long de ton ventre, alors que déjà au creux de mes reins une douce chaleur s'instaurait. Déposant quelques baiser légers sur le bleu qui parsèment tes cotes je fis glisser doucement ce jogging qui était mien le long de tes jambes, continuant à explorer de mes lèvres la peau se découvrant avant de remonter de nouveau vers des lèvres dans un appel lancinant de luxure.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Lun 20 Jan - 9:24

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


PLe contact de la peau d’un homme, un contact doux et chaud, rassurant et doux.. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais plus ressentis une sensation pareille. Constamment sur mes gardes, craintive et peureuse, j’appréhendais le retour de Jay chaque soir de beuverie. Je savais qu’il recommencerait, je l’avais toujours su. Quelques fois, il était doux et agréable mais se transformait rapidement en une brute lorsque je ne voulais pas coucher avec lui. Je savais que mon équilibre émotionnel était totalement instable désormais. Comment rester normale, continuer à vivre comme si de rien n’était après avoir subi de telles violences et après avoir été violée maintes et maintes reprises. A force, j’avais l’impression que même si je parvenais à trouver le courage de partir, je ne parviendrais  plus jamais à m’épanouir sexuellement avec un homme, aussi doux qu’il soit. Puis Hayden a débarqué de nulle part. C’est fou comme certaines personnes arrivent à nous mettre en confiance en un regard, en un sourire, en quelques mots. Hayden m’avait tout de suite rassurée, mais de là à imaginer que je mourrais littéralement d’envie de passer chaque nuit enlacée à son corps, je ne pensais pas.. Désormais la seule crainte que je ressentais c’était de le perdre, avec mes mensonges ou à cause de Jay qui était capable de tout. Un simple baiser aurait déjà été de trop pour lui, mais laisser un autre homme gouter à mon corps était inadmissible pour cette brute épaisse. J’étais son jouet à lui  et  à personne d’autre. Telle était sa vision des choses. Face à Hayden à moitié dénudée, transpercée par son regard et envoutée par son souffle sur ma peau, je ne rêvais que de lui avouer la vérité, une vérité qui peinait à sortir de ma bouche, refusant de briser l’instant présent. « Elle ne te mérite pas.. Je me demande bien quelle femme serait assez bien pour mériter d’être avec un homme comme toi au fond.. La femme parfaite probablement » répondis-je à demi mot. Cette femme parfaite, ce n’était surement pas moi. J’étais bien plus une traitresse que la femme de sa vie en fin de compte. « Je ne pensais pas que tu étais ce genre de garçon à encore croire aux mariages heureux. Avec le temps, j’ai perdu cette foi, moi. Peut-être qu’un jour je tomberai sur le garçon qui me prouvera le contraire. Mais jusqu’ici, je l’attends encore. » ajoutais-je en esquissant un léger sourire à son égard. J’aurais aimé pouvoir lui dire que je n’imaginais une telle chose qu’avec lui, mais je ne voulais pas le braquer non plus. Secouant la tête alors qu’il prenait ma défense, je refusais ses paroles. « Non.. Non, Hayden. J’ai été stupide c’est simple. J’aurais du partir dès le début, dès que j’en avais encore la force. Si seulement tu savais tout ce qu’il m’oblige à faire.. Tu ne me verrais plus jamais sous le même regard.. Je sais que tu veux m’aider mais je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose Hayden. Je tiens vraiment à toi-même si ça peut-paraitre bizarre de s’attacher après quelque jours. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé entre nous mais je sais une chose c’est que je ne supporterai pas de te perdre, pas toi.. Pas de ma faute. Je ne suis pas la fille que tu penses Hayden, je ne suis pas la femme parfaite, au contraire. Tu mérites tellement mieux, tu ne te retournerais jamais sur moi dans la rue. Ne perds pas ton temps pour une femme qui n’en vaut pas la peine.. Même si j’aimerais vraiment être sure du contraire, je ne mérite pas d’attirer ton attention.. » lui répondis-je, le visage rivé vers le sol et les yeux criblés de larmes. Tout ce que je disais était profondément sincère. Il n’imaginait pas ce qu’il risquait par ma faute et la simple perspective de le perdre me brisait le cœur. Il était déjà trop tard, j’étais déjà trop amoureuse de lui pour reculer. Versant quelques larmes, je finis par relever les yeux sur lui lorsqu’il me promis que j’étais belle. « C’est toi que j’aurais du rencontrer à sa place. Je crois que c’est ma plus grosse déception.. » dis-je en esquissant un léger sourire avant de me laisser aller à son baiser dont lui seul avait prit l’initiative avant que je ne lui rende avec autant de passion. Oubliant tout ce que je pouvais avoir en tête en l’espace d’une seconde, je me laissais complètement aller à son baiser, me retrouvant allongée dans le sofa sous son corps. «  Je t’aime Hayden..  Quoi qu’il arrive, je ne supporterai pas de te perdre, plus maintenant.. » murmurais-je Ses baisers éparpillés sur mon corps suivaient un trajet bien définis et déjà ma respiration s’accélérait à mesure où il approchait le bas de mon ventre.  Débarrassée du jogging qui lui appartenait, je dus faire un effort surhumain pour ne pas faire trop de bruit lorsqu’il atteignis la partie de mon corps que je détestais par la faute de Jay. Avec Hayden, tout était tellement plus simple. Je recouvrais le plaisir que j’avais perdu autrefois, cette sensation incroyable de bonheur et de chaleur. Comment avais-je pu me passer de ce plaisir infini pendant si longtemps. J’avais la vague impression d’avoir à nouveau 18 ans et de découvrir le sexe pour la première fois. Aux oubliettes ces rapports avec Jay, ne comptaient plus que ceux que je partagerais avec Hayden.. Glissant ma main dans sa nuque, je l’attira jusque mon visage avant de l’embrasser longuement. Mes mains parcourant son torse, j’atteignis rapidement sa ceinture que je lui ôtais avec rapidité avant de laisser glisser son pantalon sur ses jambes. Les mains toujours aussi aventureuses, je le libéra de son boxer avant de lui rendre le plaisir qu’il m’offrait. Prenant place par-dessus son corps, je le couvris de baisers à son tour avant d’atteindre le bas de sa ceinture où je me fis plus langoureuse et sensuelle. Rejoignant à nouveau ses lèvres, je l’attira dans ma chute lente et contrôlée pour atteindre le tapis qui recouvrait le sol, le sofa étant un peu trop étroit à mon gout. Glissant mes mains dans ses cheveux, je continuais de l’embrasser avant de me sentir totalement à lui pendant un moment qui me parut une éternité. A bout de souffle, au bord de l’ultime plaisir, je glissa mon visage dans son cou pour taire mes cris, m’accrochant à lui comme si je ne voulais plus jamais le lâcher, avant de me laisser retomber au sol, haletante. Le visage posé sur ma poitrine, je caressa ses cheveux en lui souriant « Je n’arriverai plus jamais à me controler maintenant.. » dis-je ironiquement avant de déposer un doux baisers sur ses lèvres « J’avais oublié à quel point c’était agréable de partager le corps d’un homme qu’on aime et plus de faire l’amour de force.. » murmurais-je à son oreille avant d’attraper une couverture pour me réchauffer, tout en restant bien blottie dans ses bras, caressant son torse du bout des doigts. Restant contre lui, je me remémorais son passé amoureux houleux « Tu crois que la vie t'offre une nouvelle chance ? Tu crois vraiment que je mérite d'être cette femme censée te rendre heureux ? »
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Lun 20 Jan - 22:10

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Tu sais si ça ne tenait qu'à moi je serais venu te chercher depuis bien longtemps, si seulement nous nous étions connus bien avant. Mais avec des si nous referions le monde et à défaut de pouvoir changer le passé, je souhaitais construire un avenir à tes côtés. Je l'avais bien compris qu'il ne faisait pas que lever la main sur toi, qu'il se permettait bien plus à ton égard. Cela me rendait fou, me rendait dingue que Jay ait put poser ses mains sur cette peau de pêche, celle que je souhaitais parcourir à l'instant même de mes doigts. Je ne pouvais pas laisser ça passer, c'état étrange mais j'avais déjà ce besoin de te protéger, de te mettre à l'abris de ce monde parfois bien trop cruel. Le temps au moins que tu puisse te relever, retrouver la force d'avancer pour croquer la vie à pleine dent car je t'assure la vie pouvait t'offrir aussi des moments de joie et d'ivresse. Laisse moi juste être ton guide je t'en supplie, laisse moi juste être tien et te prouver que nous somme pas tous comme lui. Fronçant les sourcils je secouais négativement la tête our te faire comprendre qu'à mes yeux j'étais loin d'être l'homme parfait, néanmoins je n'osais répondre. Cette discussion semblait t'attrister et tout ce que je voulais voir c'était  tes yeux pétiller et ton sourire se faire maitre sur ce si beau visage. Je te souriais lorsque tu m'avouais ne pas me penser si optimiste envers le mariage. Ho mais je ne l'étais pas tant que ça, juste tu me faisais entrevoir l'espoir que je m'étais trompé dans mon jugement qui était bien trop noir sur cette forme d'engagement. Posés tout deux dans cette salle, alors que le soleil touchait nos peaux dénudées, mon humeur se ternit un peu. Au moins j'étais rassuré car rien n'était cassé, néanmoins la pilule je n'arrivais toujours pas à l'avaler, comment pouvait on faire preuve d'autant de lâcheté ? Nulles excuses n'étaient plausibles pour justifier cela. Tes phrases déclenchaient joie et tristesse à la fois en moi. Je n'étais pas d'accord tu n'étais en rien responsable. Ce genre de mecs étaient souvent de beaux parleurs, toi tu étais juste coupable d'avoir voulu y croire tout simplement qu'est ce qu'il y avait de mal à ça ? Mais je ne pouvais moi même me résoudre à tirer un trait sur toi, je n'avais pas peur de lui, j'avais peur pour toi. Peur qu'un jour il aille trop loin, peur de te perdre alors que je venais juste de te trouver. Je détestais que tu me dise que je valais mieux. Néanmoins doucement j'oubliais quelques instants tes révélations alors que peu à peu nos deux corps s'unissaient, murmurant à mon tour les mots suivant au creux de ton oreille alors que nous entamions un aller direction le septième ciel : Je t'aime aussi, jamais je ne pourrais t'oublier quoiqu'il advienne. Promesse que jamais tu ne quitterais mon coeur. Tombant souplement au sol, suspendu au dessus de ton corps, je fusionnais d'un mouvement de bassin avec toi alors que nos souffles s'emballaient et que les gémissements naissaient de nos lèvres. On venait de se créer un paradis qui n'appartenait que nous et dans lequel nous pourrions nous replonger à notre guise dedans. Inversant doucement nos place, je te laissais l'opportunité de t'allonger sur moi, recouvrant avec soin ton corps de la couverture du sofa. D'un geste tendre je vais caresser ton dos, pour définitivement t'apaiser, riant doucement je pris la parole : Hum je te signale qu'on a des magasins à faire donc le contrôle sera de mise ! Le visage plus sérieux, mêlant mes doigts aux tiens je repris : Je crois aux opportunités, à celle que l'on provoque de manière consciente ou non. Je crois que oui nous avons la chance de pouvoir faire du chemin ensemble et j'espère qu'il sera le plus long possible à tes côtés. Je peux donc pas laisser cette chance s'échapper, des types comme lui j'en ai vu et je les aient affrontés. J'ai d'autant plus une motivation supplémentaire à celle de la justice, je t'ai toi, je ne me laisserais donc intimider d'aucunes manières tu m'entend. Tu en vaux la peine que tu le crois où non. Il est temps que tu parviennes à te percevoir comme la femme que tu demeure être réellement et arrêter de te sous estimer, je serais là pour t'aider dans cette entreprise.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Lun 20 Jan - 23:05

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


PTu sais, je regrette ce qui m’arrive. Non pas parce que je veux qu’on me plaigne, non pas parce que je suis battue, mais parce que je regrette amèrement dans que pétrin je t’enfonce jour après jours. Chaque seconde pendant laquelle je te regarde me fait hésiter, chaque minute me fait penser à l’avenir et à ce que tu pourrais penser de moi une fois que toute cette histoire se serait terminée. Je me demande ce que tu vas dire, ce que tu vas faire. Me haïr ? Me détester ? M’insulter et ne plus jamais accepter de me voir ? Tu as déjà été trahis une fois, je doute qu’une nouvelle trahison de la part d’une femme que tu aimes te laisse à nouveau indifférent. Tu sais je ne veux pas te blesser, ce n’est pas mon but, mais je n’ai pas le choix. J’aimerais avoir la force de tout t’avouer, la force de recouvrer mon honnêteté et mon intégrité. Je rêve de sentir mes bras contre moi lorsque tu me protègeras de cette brute lorsqu’il sera emmené en prison pour y moisir comme il le mérite, je rêve de recevoir tes « Je t’aime » répétés chaque jours jusque la fin de ma vie, je rêve de passer chaque nuit, toujours plus magique à tes cotés. Je suis une femme enfant, pleine d’espoir et de rêves inespérés, mais j’aimerais tout réussir à tes côtés, tout traverser, tout partager. Je sais par expérience que nous ne seront pas toujours d’accords, que tout ne sera pas toujours rose, mais j’ai envie de laisser une chance à cette histoire qui promet d’avoir un très bel avenir. J’y crois, dur comme fer, comme je croyais au père Noël étant enfant..
Tu n’imagines pas comme sentir ton corps chaud contre moi me fait du bien. Cette sensation me manquait, j’en avais plus besoin que je ne pouvais l’imaginer.. Esquissant un sourire tendre, je caressais ta joue du bout des doigts, complètement sous le charme, amoureuse comme jamais auparavant. Cette promesse que tu m’as faites, j’espère que tu la tiendras dans l’avenir, que malgré mes erreurs, tu me laisseras une chance de te prouver que je suis une femme parfaite lorsque je suis aux cotés d’un homme que j’aime. Je ne suis pas parfaite mais je peux le devenir, juste parce que tu es une excellente motivation. Je ne m’étais jamais sentie aussi heureuse qu’à tes cotés, aussi épanouie. Frottant mon visage contre le tien, je déposa un nouveau baiser sur ta joue douce avant de m’allonger dans tes bras en riant à ta réflexion. J’avoue que te violer dans une cabine serait un privilège. « Des magasins dans lesquels il y’a une cabine d’essayage assez grande pour deux, si jamais. J’ai toujours rêvé de faire l’amour dans des lieux improbables, pas toi ? » dis-je en levant un sourcil face à lui en riant largement. Si je retrouvais mon sourire c’était entièrement grace à toi . « Alors laissons l’avenir nous dire ce qu’il adviendra de nous. Mais j’ai bon espoir. Je ne me suis jamais sentie aussi bien depuis très longtemps.. Alors si je dois aller plus loin avec un homme ce sera probablement avec toi. » répondis-je en souriant avant de déposer un baiser sur tes lèvres, quittant ta peau chaude pour enfiler à nouveau les vêtements que tu m’avais oté un par un.  Quelques peu courbaturée, je pris soin de passer par la salle de bain pour me recoiffer un peu, afin de paraitre un peu plus parfaite à tes yeux. Tu étais déjà prêt, parfait dans cette chemise et cette veste bleue. Tu conservais ce charme infini qui faisait de toi l’homme parfait. Avançant à tes côtés, je t’offris un regard complice après ce moment tendre que nous venions de passer, puis me glissa dehors de l’appartement. Brulée par le froid, je referma ton sweat  sur mon cou pour me réchauffer et te suivis dans la rue jusqu’au café du coin où tu m’offris avec gentillesse le chocolat chaud que je préférais. Tu n’étais pas censé le savoir et pourtant, j’avais l’impression que tu lisais en moi comme dans un livre ouvert. Mangeant un croissant au beurre absolument exquis, je te suivis dans ce grand magasin dont tu m’avais parlé. D’un coup d’œil dans mon dos, j’aperçu une voiture que je reconnus rapidement. Jay était là. Il nous surveillait tous les deux, comme s’il se doutait de notre idylle amoureuse. Faisant abstraction, je ne m’attendais pas à ce qu’il nous piste de si prêt. Pendant que tu flânais dans les rayons homme, je restais du coté femme, choisissant chaque vêtement en fonction de tes gouts. Agrippant mon bras, Jay se trouvait de l’autre coté du présentoir. Sa main coinçant la mienne entre les vêtement était invisible. Murmurant quelques mots, on échangea un court discours pour pas que tu t’en aperçoives. « Tu as des nouvelles ? » Tentant discrètement de me débattre, je t’offris un sourire faux avant que tu ne te retournes de nouveau sur les vêtements. « Aucunes nouvelles. Laisse moi du temps, Jay. Je ne peux pas m’incruster dans ses dossiers en un jours ! » lui répondis-je avant qu’il ne resserre son étreinte sur mon poignet « Au fait.. Vous m’avez l’air proche. Je te rappelle que tu es en couple. S’il te touche, j’hésiterai pas à passer au plan B et à obtenir les informations voulues par des moyens très douloureux auxquels tu assisteras. J’en suis capable, Ana. Ne me teste pas. » relâchant mon bras, je frotta doucement mon poignet, m’éloignant du présentoir avant de te cogner derrière moi. « Oh, désolée. Je suis distraite. J’ai trouvé quelques vêtements.. On peut rentrer. » dis-je avant de voir Jay quitter le magasin. Je partis alors dans les cabines où je m’installa sur le siège pour respirer un bon coup avant d’enfiler mes vêtements, lorsque tu entras dans la cabine. « Tu craques avant moi, à ce que je vois… » dis-je en souriant, gardant en tète les menaces de Jay.Ma première tenue enfilée, c'est vers toi que je me retourna pour avoir ton avis. Le reste m'importait. C'est à toi que je voulais plaire. « Comment tu me trouves ? » murmurais-je en te regardant dans les yeux avant de sentir tes mains se poser sur mes hanches. Plus grand que moi, tu me forces à pencher la tête pour apercevoir tes yeux et ton sourire.Mais peu m'importe d'avoir la nuque brisée, tant que je parviens à te voir.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Jeu 23 Jan - 19:18

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


J'aimais découvrir cette autre femme en toi, mise à part celle qu'on entrevoyait blessée et et peu confiante. Celle qu iétait sure de soit, bourrée d'humour me plaisais énormément, sais-tu pourquoi ? Parce que j'avais l’impression que tu étais vivante et toi même, j'en étais que encore plus sous le charme. Néanmoins j'étais loin de me douter que la chute n'en serait plus rude, que dans quelques temps je ne serais qu'un cœur brisé et une âme écorchée. Crois le ou non mais moi aussi ça me manquais de ne pas être accompagné, de pouvoir me réveiller et voir un visage que j'aimais pour première vision d'une journée. T'aimais-je ? Surement, était-il déjà trop tôt pour l'avouer ? Après tout que savais-je de toi ? Presque rien, alors parle, dis moi tout, dis moi la couleur que tu aimais, les plats que tu détestais, les manies que tu avais, cache moi rien. Je veux te connaitre sur les bout des doigts, n'avoir aucune hésitation à ton sujet. Appréciant la friction de nos visages je te souriais tendrement et te regardais avec amour. Des bisous je voulais qu'il y en est encore des milliers, ces moments tendres je ne voudrais jamais qu'ils s'arrêtent. Riant à ta blague qui je savais n'en était guère une, je me taisais lorsque tu repris la parole. Mon coeur s'emballait sous tes mots, il résonnait en moi avec tant de sincérité que je ne pouvais certainement pas douter un seul instant de toi. Alors que tu te détachais de moi, un froid s'emparait de moi, mais je ne bougeais pas tout de suite. Redressé sur un coude je t'observais te rhabiller, appréciant tout autant le spectacle une lorsqu'il fut effectué dans le sens inverse. Me reconnectant à la réalité, quittant notre bulle un peu à regret je me dirigeais vers la chambre qui était notre. Abandonnant le jean et le tee shirt de la veille, j'attrapais mes vêtements dans l'armoire. Pressé de te rejoindre j'enfilais mes vêtements avec rapidité, me coiffant aisément je te retrouvais à l'entrée. J'appréciais te voir porter mes vêtements, cela me fit réaliser que tout cela était vraiment concret. Te gardant prêt de moi, je nous offris de quoi se requinquer, de quoi retrouver des forces après cette activité pour le moins dynamique. Et lui il t'en offrais ? J'aimais l'allure que prenait cette ballade dans ce magasin, j'avais l'impression d'avoir toujours fait ça avec toi. L'impression de te connaitre depuis des années. Une douce routine qui me plaisais. Néanmoins je te laissais ta liberté ignorant encore tout ce qui se tramait derrière mon dos. Parcourant les rayons perdu dans mes pensées tu choisissais ce moment pour me percuter alors que je t'adressais un sourire rassurant. Néanmoins tes traits s'étaient métamorphosés tu semblais ailleurs, identique à la femme que j'avais accueillis la veille au soir. Fronçant les sourcils je restais en dehors de la cabine quelques instants avant de me décider à y pénétrer. Mon rythme cardiaque se troublait à cette vue, et t'attrapant par les hanches je me penchais vers toi. Magnifique, réellement. Quoique tu porte, tu les met en valeur. Pour appuyer mes dires je me penchais vers toi un peu plus, mes lèvres rencontraient les tiennes mais il s'agissait cette fois d'un doux baiser semblable au premier. Mes doigts caressant tes hanches par dessus tes vêtements et à bout de souffle je me détachais avec douceur, conservant mon front contre le tien. Attrapant ta main j'en embrassais l'intérieur : Comment tu te sens ? Prend ce qu'il te plait, je me charge de régler et aucune protestation, on ne refuse pas un cadeau. Ensuite si tu veux on se prend quelques choses à manger ou on mange quelques part.Je te laisse tout le choix du programme tant que je t'accompagne, ça me va. Mes doigts se perdaient dans le creux de ton dos, ne pouvant décidément pas me détacher de toi. Riant doucement je te demandais: Qu'as-tu fais de moi ? M'as tu hypnotisé ?
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Jeu 23 Jan - 21:35

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


J’aurais aimé te jurer que mes intentions n’étaient pas mauvaises, que je te serai éternellement honnête et que notre amour n’aurait aucune faille, mais ce serait te mentir et me voiler la face moi-même. Soyons clair, s’il n’y avait pas eu Jay, je serai déjà dans tes bras, dans ta vie toute entière. Je n’aurais aucun problème à me laisser aller à tes côtés, à retrouver ma joie de vivre qui me caractérisait tant et faisait de moi une parfaite journaliste et jeune romancière. Tu sais, notre histoire m’inspire. Une histoire impossible entre un flic et une traitresse. Une histoire touchante et profonde qui me faisait penser à nous. Notre histoire était-elle réellement impossible ? J’ai envie de dire que non. Que rien n’est impossible et que tout est accessible à partir du moment où on se donne les moyens d’y parvenir. Je serai capable de tout plaquer pour toi, par amour – parce que oui je t’aime Hayden. Dès le premier regard tu m’as transportée – capable de tout mais encore fallait-il en avoir la force physique et mentale. Tu n’imagines pas à quel point j’aimerais que tout se termine, que je puisse te dire la vérité, ne plus jamais rien te cacher, que tu saches les hauts et les bas, que tu saches quand je vais mal, ce que je suis capable de faire quand je suis à bout. Je veux que tu m’arrêtes et que tu me répètes que tu m’aimes quand je pense à mettre fin à mes jours, j’ai envie d’entendre de ta bouche que tu n’es rien sans moi, que tu serais perdu, paumé, seul si tu me perdais une seule seconde.. Toi, tu prends soin de moi, me protège et me fait passer avant tout, lui me faisait passer en dernier, comme son chien, un rebus de l’humanité qu’il doit cacher, un poids sur ses épaules. En fait, j’étais son punching-ball, c’est clair. Je sais que tu pourrais me venir en aide si je te disais toute la vérité, et sans doute serait-elle plus simple à accepter, mais pour toi qu’adviendrait-il ? Jay a été très clair quant à ce qu’il était capable de te faire subir pour m’avoir touché et c’est pas du tout ce dont je rêve.. Un peu perdue, perturbée par les menaces de Jay à ton égard, je te happa, plus ou moins violemment, me faisant mal au passage. Esquissant un léger sourire j’avais conscience que tu avais remarqué mon malaise. Je ne pouvais pas te cacher grand-chose. En tant que policier, tu étais observateur, tu savais ce que je pouvais ressentir à chaque moment, comme si tu avais été entrainé à entrer dans l’esprit des criminels. Peut-être m’as-tu démasquée ? J’en doute vu ton sourire ravageur. L’amour t’aveugle peut-être, et la chute n’en sera probablement que plus dure encore. Préférant éviter de montrer mon malaise plus longtemps, c’est dans une cabine d’essayage que je trouva refuche avant d’enfiler les vêtements que j’avais choisi. Ton regard sur mon corps me faisait presque frissonner. Depuis quand ne m’étais-je pas habillée pour plaire à un homme ? Depuis quand ne m’étais je plus maquillée ? Interdite par Jay, de même que coiffée un peu trop bien ou bien de porter des talons pour mettre en valeurs mes jambes fine sous une courte robe élégante. Ca faisait des années que j’avais perdu cette féminité que je dégageait autrefois. Je suis sure que si tu m’avais rencontrée avant tu serais tombé amoureux de moi, fou même. « Je pense que ce sont plutôt eux qui me mettent en valeurs Hayden.. » murmurais-je. Mes talons me permettaient de me grandir un peu plus, parvenant plus facilement à tes lèvres qui se posèrent sur les miennes tandis que tes mainsparcourraient mon dos. Te repousser pour te protéger ? Je le voulais mais ce baiser me plaisait trop. Peut-être serait-ce le dernier alors autant en profiter jusqu’au bout. Ma main dans la tienne, je gardais mon regard rivé dans le tiens avant de caresser tes traits fin et de suivre le long de ta barbe du bout des doigts. « Je préfère qu’on reste tous les deux, seuls chez toi. Une pizza devant la télé dans ta chambre conviendra parfaitement. J’ai juste envie d’être seule au monde avec toi, c’est tout ce qui m’importe. Mais je ne compte pas me refaire une garde robe. Je prends juste quelques vêtements. Je ne vais pas encombrer ton appartement pour toujours. » dis-je en souriant, bien que mon âme réclamait que tu me contredises. « Désolée de te décevoir, Hayden mais je n’ai pas de pouvoir magiques. Je pense que je suis juste plus épanouie, plus heureuse depuis que je suis avec toi. C’est sans doute pour cela que je dois ressembler à une toute autre femme que celle débarquée chez toi en pleine nuit.. Je me sens bien avec toi. » dis-je en souriant avant de me redéshabiller sous tes yeux. Tu m’as déjà vue dans des tenues plus légères déjà, alors à quoi bon te faire sortir, ta présence m’apaisait. Enfilant de nouveau tes vêtements, je pris trois tenues ainsi que trois paires de chaussures dont des talons et partis à tes cotés régler la note. « Je te rembourserai. J’y tiens. Ce n’est pas à toi à payer tout ça. » Grimpant dans ta voiture, on reprit le chemin de ton appartement les bras chargés. Rangeant mes affaires à la place que tu m’avais faite dans ton armoire comme un véritable petit couple, je finis par te rejoindre dans le salon, alors que tu étais affalé, jambes tendue dans le sofa. Souriant légèrement, je glissa une première jambe par-dessus ton corps avant de prendre place à mon tour dans tes bras chauds en contradiction avec ma peau glacée. Couverte d’une couverture, je me reposais contre toi, sans bruit, sans mouvement, seuls mes doigts caressant ta peau bougeaient encore et mon corps se mouvait à mesure que je respirais contre toi. Assouplie dans tes bras, je ne sentis même pas l’heure passer et déjà il était temps de manger. Commandant la pizza qui me faisait tant rêver, je te laissa passer le coup de fil tandis que je m’affairais dans ton dos à lire ce fameux dossier top secret sur la banque, sans même entendre tes pas dans mon dos.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Dim 26 Jan - 22:00

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


La vie je la comparais à une immense roulette russe, soit tu avais de la chance ou dans le cas contraire s'en était tout simplement terminé pour toi. Marche ou crève comme j'aimais si bien le prétendre parce que la vie, tu n'en avais qu'une, la vie agissait à sa guise, à sa convenance. C'était elle qui choisissait le nombre de chance qu'elle souhaitait t'offrir sur un plateau, elle qui sélectionnait les épreuves que tu te devais de traverser, elle qui encore faisait de toi l'homme ou la femme que tu étais. Mais quoique l'on prétende on avait toujours le choix, certes parfois l'un semblait aussi sombre que l'autre, mais le chemin avait beau paraître sinueux cela ne voulait pas dire que l'arrivée elle ne serait pas peuplée de merveilles. Parfois il fallait faire des sacrifices, parfois il fallait tout simplement souffrir pour au final obtenir ce que tu souhaitais. Parce qu'une chose était sur, pour avancer dans cette chienne de vie, il fallait que toi aussi tu donnes du tiens. Une chose était sure c'est que tu paraissais transcender, être une femme complètement différente à l'aide de ces seuls vêtements et de ces chaussures. Sur que si je t'avais croisé dans la rue, j'aurais longuement regretté de ne pas t'avoir abordée. Tu étais sublime, bien au delà de la chaleur que de nouveau tu faisais naître aux creux de mes reins, tu parvenais à encore faire gonfler mon coeur d'un amour presque inconditionnel à ton égard. D'un geste tendre caressant ta joue je murmurais : Bien sur que non, TU les met en valeur, suffit de voir à l'appartement avec mes seuls vêtements dans quel état tu me m'étais. Alors là, je suis même pas sûr d'y survivre... Ce n'était que pure vérité, tu allais encore certainement prétendre que j'en faisais trop, beaucoup trop en ce qui te concernait, pourtant je ne disais que la vérité. Juste ce qui me passais par la tête te concernant. Tout comme le fait que j'appréciais ces baisers échangés, qu'ils soient doux et patient, ou fougueux et impatient qu'importait du moment que mes lèvres partaient à la rencontre des tiennes plus rien ne comptait à part cet instant qui n'appartenait qu'à nous. Souriant tendrement j'avais l'impression que nous étions sur la même longueur d'onde, charmé par ton idée de retrouver cette bulle créé dans cet appartement, manger la bas me convenait. Caressant l'intérieur de ta main avec ton pouce je me sentis encore plus fondre lorsque tu m'avouais que tout cela tu me le devais, j'aurais voulu que cela soit vrai mais en réalité je n'avais presque rien fait. Tu étais juste tombée sur le mauvais type alors forcement à côté de lui je passais pour le preux chevalier servant. A la sortie du magasin néanmoins obstiné je rétorquais espiègle : Hors de question que j'accepte de l'argent, néanmoins si tu souhaite me rembourser cela peut-être à base de pâtisseries ou mieux encore de baisers. Rentrés main dans la main je ne pris que la peine d'oter veste et chaussure avant de t'attendre dans le canapé, te laissant vaquer à tes occupations, plongés déjà dans une vie à deux qui me plaisais. Te voyant revenir et t'installer je te gardais contre moi, profitant juste de ce moment de quiétude. Concentré par tes douces caresses, je soupirais remarquant l'heure tardive, décidément avec toi le temps avec une emprise bien spécifique. te délaissant j'allais passer un coup de fil et se fut là que pour la première fois le doute me pris à ton sujet. Me renseignant sur une probable évolution, qui fut nulle je revins plus rapidement que prévu. En chaussette les bruits étouffés tu ne me vis pas venir et la scène que je vis me deconcertais. Fronçant les sourcils je m'avançais et d'une voix neutre te demandais alors : Que fais tu avec ce dossier ? Cela relève de mon travail tu le sais. Justement tu le savais et c'est cela qui me fais tiqué, je tentais de le cacher mais après tout je ne savais rien de toi ou très peu. Je me promis de vérifier certaine chose, néanmoins se fut la sonnette qui interrompit l'instant présent alors que je me dirigeais vers toi refermant le dossier te fixant droit dans les yeux et l'emportant. Le rangeant et verrouillant l'endroit je daignais enfin réceptionner les pizzas et régler la facture alors que je revenais vers toi. Je décidais de la jouer finement, ne m'attardant pas en apparence sur le fait déroulé: Ils nous ont offert des desserts à cause de l'attente, une chance.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Lun 27 Jan - 16:07

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Cette relation allait nous détruire, je le savais, je le sentais. Il suffisait de voir à quel point nous étions fusionnels, comme si nous nous aimions à peu près depuis toujours. Il suffit de nous observer pour apercevoir l’alchimie palpable entre nos deux corps. Nos regards ne trompaient pas, tu me regardais aussi amoureusement que j’aurais aimé qu’il me regarde lui aussi. Je faisais des efforts incroyables pour ne pas fondre à ces regards charmeurs, à ces sourires en coin que tu m’accordais pour que j’affiche à mon tour l’esquisse d’un pauvre sourire fatigué. J’aurais aimé te rendre cette expression que tu m’offrais depuis notre rapprochement, mais les menaces de Jay résonnaient dans ma tête et m’empêchaient d’être parfaitement moi. Tu devais être surpris de voir le changement de personnalité qui pouvait s’opérer en moi lorsque nous étions seuls puis lorsque nous étions ensembles, surpris de voir à quel point je pouvais me montrer tactile et amoureuse en ta seule présence et soudainement distante et de marbre en public. Dans cette cabine, je redevenais l’Analys – ou du moins la Cameron – que tu connaissais, que tu avais embrassée et menée jusqu’au septième ciel en l’espace de quelques secondes incroyables. Je me sentais tellement belle sous ton regard, dans ces vêtements, tellement femme face à toi, tellement désirable au vu de la tension qui s’emparait peu à peu de ton corps. Ce que tu pouvais être parfait, aussi bien nu qu’habillé de cet élégant costard. Ton regard en disait long sur tes intentions futures, lorsque nous seront seuls, confortablement blottis dans ton sofa, sous une épaisse couverture. Alors, je pourrais me laisser aller à quelques caresses sur ta peau dénudée, quelques baisers fous dispersés sur ton corps, je pourrais devenir la femme que tu aimes, et la femme qui t’aime d’un amour purement infini. Sous la caresse de ta main chaude, je ne pus m’empêcher de fermer les yeux une minute, satisfaite de ce contact. Joignant ma main à la tienne, je mêlais nos doigts amoureusement avant de déposer un baiser au creux de ton poignet. « Survis mon amour.. Que ferais-je sans toi sinon ? » Murmurais-je en retour avant de plonger mes yeux bleus dans les siens avant de me glisser sur la pointe des pieds pour atteindre tes lèvres pour un doux baiser. Recouvrant finalement mes baskets, mon jogging trop grand et le pull que tu m’avais si gentiment offert, on passa par la caisse afin de payer ces magnifiques vêtements qui me rendaient une part de ma féminité. Assise dans ta voiture, coté passager, je ris légèrement à ta façon de considérer le remboursement des frais occasionnés par nos achats tout en bouclant ma ceinture « Et si je te remboursais par des pâtisseries et une farandole de baisers doux et de plus en plus intenses ? » demandais-je en souriant avant de poser ma main sur la tienne discrètement sans vouloir t’offrir le baiser que tu semblais attendre, de peur que Jay ne le remarque. Retrouvant notre intimité, je pouvais enfin me laisser aller à me reposer, mon corps contre le tiens, brûlant. Nous étions bien restés enlacés dans le calme pendant trois bonnes heures, mais toutes les bonnes choses ont une fin et même si la chaleur de ton corps me manquait, il fallait bien que je commence à te rembourser avec mes pâtisseries auxquelles tu ne pourrais jamais résister.  Tandis que tu commandais la pizza, je m’étais laissée aller à mes premières recherches avant de me faire lâchement surprendre. Souriant bêtement d’un air innocent, je trouva rapidement une excuse plausible. « Oui, je suis désolée, je  l’ai accroché et je l’ai fais tomber. Il fallait bien que je le ramasse. Ma curiosité me fait défaut, c’est vrai. Désolée, mon chéri. » répondis-je en continuant de sourire tandis que tu referm ais le dossier sous mes mains et partais avec. Te laissant partir, je me maudis d’avoir manqué à ce point de discrétion. Heureusement que j’avais trouvé la bonne excuse .. Retrouvant le sourire à ton retour, je m’efforçais de ne rien laisser paraitre. « Moi qui comptais te faire des patisseries pour te rembourser.. C’est fichu.. Dommage.. » répondis-je vaguement avant de m’installer à table, soudainement mal à l’aise. Le malaise était palpable c’était évident. « j’ai un coup de fil à donner avant de manger, installe toi, j’arrive tout de suite » dis-je en fuyant aussitôt dans le jardin, prenant soin de fermer la porte derrière moi pour ne pas qu’il me suive et m’éloignant le plus possible dans ce dernier. Un coup de fil à Jay et déjà celui-ci me faisait des menaces sur notre proximité. Lui glissant les quelques informations que j’avais retenues du dossier, il fut satisfait d’entendre que je possédais une photo des plans de la banque, afin qu’ils déterminent par où rentrer pour effectuer le braquage pendant l’inauguration. Tout y était repris, place des gardes, tout, pas un détail ne manquait. Mettant fin à la conversation, je lui envoya le sms avec la photo avant de tout effacer pour ne pas que Hayden le découvre. Ce sentiment de culpabilité me tenaillait. Je m’en voulais tellement de te faire ça.. Reprenant mes esprits, je te rejoignis à table sous ton air perplexe, sans un mot et mangea ma pizza avec plaisir. Glissé sous la douche, je m’affairai tout de même à te préparer un dessert et l’enfourna avant de te rejoindre sans gène sous la douche. Glissant quelques baisers sur nuque, je laissai mes mains se poser sur tes flancs avant de rejoindre ton torse, ne manquant aucune parcelle de ton corps. Glissant vers le bas, à mesure que mes baisers descendaient le long de ton cou, je finis par atteindre la partie de ton corps la plus excitable. En fait, elle l’était déjà sous mes baisers mais mes mains ne faisaient qu’augmenter le plaisir et ton souffle déjà se faisait plus rapide suivant mes caresses. Tu n’avais pas besoin de mon aide pour te laver et pourtant je te l’offrais volontiers. Des desserts, des baisers, le remboursement de ma dette pouvait aussi passer par quelques plaisirs sous la douche, un plaisir pour le quel tu défaillais complément, les mains glissées dans mes cheveux comme pour m’indiquer que je ne devais pas m’arrêter en si bon chemin, ce que je ne comptais de toute façon pas faire. Relevée avec soin lorsque tu m’agrippas le bras, je collais mon corps au tien, murmurant un tendre Je t'aime au creux de ton cou.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 29 Jan - 12:44

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


Lorsque tu m'avais surnommé mon amour dans cette cabine mon cœur c'était gonflé sous l'amour que tu faisais naitre. J'aurais du m'en rendre compte dès l'instant ou tu m'avais adressé la parole au sein de ce bureau que je serais que bien trop impliqué au sein de cette affaire. Je n'avais jamais eu de genre particulier de femmes, il fallait tout simplement que le feeling passe. Justement avec toi, il passait bien trop, bien plus que cela n'aurait du. Je tenais à te protéger mais bien au delà de ce que mon travail de policier me le permettais. Au point ou j'étais prêt à retrousser mes manches et allez foutre une raclé à ce tocard pour oser ainsi te traiter. Ce genre de mec j'en avais vu au cours de ma carrière, j'avais toujours été impitoyable dans mes arrestations mais là c'était bien différent. Il s'agissait de toi, la femme qui me plaisais au centre de ce jugement. Dans un sens cela m'effrayais de voir que moi aussi je pouvais faire preuve d'autant impulsivité et de haine envers un homme que je n'avais encore jamais rencontré en face à face, mais tes descriptions et toutes ces marques sur ton corps me suffisais. Souriant de manière coquine indiquant que j'étais tout à faire disposer à recevoir cette farandole de baiser de plus en plus passionné en guise de remboursement. Dieu tu ne pouvais imaginer à quel point cela me plaisais. Étrangement en vu de mon physique les gens s'imaginait que j'étais le grand méchant de l'histoire. J'avouais qu'au travail j'arborais un air sérieux mais dans la vie quotidienne je pouvais être un vrai tendre, surtout avec toi. Néanmoins j'avais l'impression que la vie s'acharnait parfois à ce que ces moments s'écourtent et tout cela à cause d'une histoire dossier. Je m'efforçais moi aussi je faire pale figure, néanmoins je n'avais put empêcher le doute de se frayer un chemin dans mon esprit alors que mon coeur se serrait douloureusement. Je m'étais toujours fier à mon sixième sens et lorsque tu me disais de ne pas bouger, une alarme se déclenchait en moi. Qui pouvais tu bien appeler, alors que hier tu semblais si perdue, sans personne... Attrapant mon GSM j'envoyais un sms à à un collègue proche du service des recherches des identités étant dans l'indisponibilité de consulter le réseau en ta présence. J'observais à travers la vitre tes expressions, tu avais quelque chose à cacher mais quoi ? J'avais l'impression que j'avais la réponse sous le nez et cela me frustrais d'autant plus. Mangeant en silence j'étais perdu dans mes pensées tentant de faire le lien alors que mon esprit j'assemblais les éléments, me glissant plus tard sous la douche pour me détendre alors que je soupirais de bien être lorsque mes muscles se détendaient je fus surpris de ta visite. Je te sentais différente depuis notre sortie, comme ailleurs alors te retrouver un peu comme cela était réconfortant. Cela me permettais de croire encore un peu à ce monde imaginaire que nous nous étions construits. Je t'observais sourire tendre aux lèvres avant de surpris suivre ton mouvement. Je ne pouvais nier que j’accueillais avec plaisir tes petites attentions me faisant pousser quelques soupirs à la limite des gémissements. Seulement je ne souhaitais pas que cela se termine comme cela, te redressant doucement je t'attirais contre mon torse répondant avec douceur un : Moi aussi. Te soulevant avec douceur appuyant ton dos contre la surface de la parois de la douche, je déposais quelques baisers dans ton cou avec douceur faisant en sorte que tu enroule tes jambes autour de ma taille. Se fut tendre et doux, loin des problèmes extérieurs j'oubliais quelques instants nos histoires. Te déposant suite à cela avec douceur je me mis en quête de te savonner laissant mes doigts parcourir et effleurer ta peau prenant garde à tes ecchymoses. Peu à peu elles disparaissaient. Je te rinçais avec soin avant de me laver rapidement et j'attrapais mon peignoir moelleux et chaud t'enroulant dedans avec précaution. Je ne pus m'empêcher de poser la question qui me brûlais les lèvres depuis ton arrivée ici : Combien de temps aurais-je la chance de te garder auprès de moi ? Je ne pourrais pas supporté de te savoir encore avec lui, plus maintenant... Attrapant une serviette je m'essuyais sommairement attrapant un boxer propre et enfilant un pantalon ample. Puis je me rapprochais de nouveau effleurant tes lèvres des miennes. Je sens un merveilleux dessert cuisant au four, il me fait bien plus envie que ceux offert. Que dirais tu que je l'accompagne de deux chocolats chauds ?
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 16
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Mer 29 Jan - 22:04

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


J’aurais aimé pouvoir te répondre « Toujours »..  Te murmurer ces mots avec un amour infini. Pouvoir te dire que plus rien ni personne ne pourra entraver notre histoire, qu’il n’y aura rien de plus fort que mes sentiments à ton égard. C’est pure vérité, je te le jure. Je t’aime bien plus que je n’avais cru pouvoir aimer. Plus je vis à tes côtés, plus je me rends compte à quel point ce que je pensais être de l’amour envers Jay n’avait rien de comparable aux sentiments que je ressentais pour toi. Même au tout début, cela ressemblait plus à de l’amitié qu’à de l’amour. Avec toi, je les sens  ces papillons dans le ventre, je ressens ces arrêts cardiaques imprévu quand tu m’embrasses dans le cou où quand tu me dis je t’aime. Toutes ces choses qui me prouvent par A + B que je suis profondément,  irrémédiablement et follement  amoureuse de toi .. Ca devrait être interdit de dégager autant de sensualité sous la douche, autant de charme et d’allure dans cette démarche. Tu devrais être arrêter pour rendre toutes les femmes qui t’entourent folle de toi.. En fin de compte, je suis plutôt chanceuse. C’est moi que tu as choisi, moi que tu désires dans ta vie, moi qui te fait tant vibrer par quelques mots ou quelques baisers. Parmi toutes les femmes sur terre, c’est moi que tu as choisi pour partager ta vie. Et je n’ai qu’une envie, partager la tienne pour toujours.  
Malgré les problèmes dans lesquels je m’étais fourrée, je m’efforçais tant bien que mal de ne rien laisser paraitre. Je ne voulais pas que tu te sentes mal à l’aise, qu’on brise ce moment privilégié que je passais à tes cotés. Non. Je voulais partager des nuits, des journées, des semaines pendue à tes lèvres et faisant l’amour dans chaque pièce de l’appartement. En fait, passer le reste de mes jours avec toi. Je savais que nos jours étaient comptés, bien que je ne désire que les multiplier, mais plus je prenais du temps et plus je risquais ta propre vie. Qu’il me fasse du mal m’indifférait totalement désormais, mais qu’il te touche, je ne le supporterai jamais. Je ne supporterai jamais qu’il pose la main sur toi, qu’il te blesse ou qu’il te fasse souffrir. Je préférais souffrir et agoniser à ta place plutôt que de le laisser t’approcher.
Glissée sous la douche à pas feutrés, je savais que tu ne t’attendais pas à recevoir une telle visite, et justement, ton sourire me plaisait. Je parvenais à te surprendre au fur et à mesure que le temps passait et il y’avait encore pleins de chose que je devais découvrir en toi. Sentant les frissons te parcourir, je compris que je te faisais encore l’effet tant attendu. Me redressant doucement contre lui, je te laissais me coller contre la paroi glacée de la douche, lâchant un bref gémissement et parcourue d’un long frisson. Glissant mes mains dans tes cheveux humides, je refermais mes jambes contre tes hanches. L’eau chaude qui ruisselait de ton corps sur le mien me plaisait tandis que je laissais mon visage se déporter vers l’arrière pour accueillir tes baisers fous dans mon cou. Accrochant mes mains dans ton dos, mes ongles te griffaient un peu, laissant quelques marques, preuve de nos ébats torrides. J’avais la vague impression que tout cela t’excitait encore plus, de me sentir gémir contre toi. A court d’haleine, je me laissais retomber sur le sol, toujours d’une légèreté sans pareille avant de me laisser laver avec un sourire coquin accroché aux lèvres au fur et à mesure que tu redécouvrais mon corps pour la énième fois. Sortant de la douche en te suivant, je me réchauffais dans ton peignoir doux avant de me coller de nouveau à toi, souriante et plus épanouie que jamais. Mes cheveux mouillés bouclaient sur mes épaules comme tu pouvais le voir pour la première fois, mes bras glissés dans le bas de ton dos dessinaient des cercles du bout des doigts tandis que je te souriais d’un large sourire. Perdant peu à peu mon sourire jusqu’à ce qu’une esquisse reste sur mon visage, je leva les yeux vers toi, caressant ta joue « J’aimerais pouvoir te répondre toujours.. Mais ça ne dépend pas de moi.. » répondis-je en gardant ma main sur sa joue. Baissant un moment les yeux, je les releva finalement vers toi. «  Ecoute Hayden.. Quoi qu’il arrive, je t’aime. Je ne veux pas que tu en doutes, pas une seconde. Je t’aime vraiment plus que j’ai jamais pu aimer personne. Crois-moi sur parole. Ai confiance en moi. Toujours » dis-je à nouveau. « Je ne suis pas la femme parfaite que tu imagines, mais ce dont tu ne dois jamais douter, c’est de mes sentiments envers toi. Je ne pourrais jamais être aussi sincère qu’à travers mes sentiments à ton égard. » ajoutais-je avant de l’embrasser avec douceur.  Souriant légèrement à ta réflexion, je me sécha sous ton regard avant d’enfiler mon pyjama. « Je dirais que ce serai parfait… Tu peux déjà les préparer, je sèche mes cheveux et je te rejoins tout de suite. » Dis-je avant de te regarder partir faire nos deux chocolats. Je savais que demain, tu serais de retour au boulot, me laissant seule chez toi. Je comptais bien te préparer une soirée mémorable, au cas où ce ne serait que la seule de notre vie. Séchant rapidement mes cheveux, je te rejoignis en souriant avant de me faufiler sur le bout des pieds pour t’embrasser sur la joue. Sortant les fondants au chocolat du fout, je les posa sur le comptoir avant de plonger un couteau dedans pour m’assurer de la cuisson. « Parfait. Tu vas pouvoir gouter à mes pâtisseries. Prêt à tomber follement amoureux de moi .. ?! » demandais-je en riant légèrement avant de les poser dans une petite assiette, accompagnée d’une boule de glace et de crème anglaise. Notre chocolat chaud prêt, on s’installa dans le sofa, moi blottie dans tes bras et regardait la télévision en dégustant le dessert qui semblait te plaire énormément. Restant une bonne heure dans le sofa, on finit par monter dans la chambre s’allonger. Je me glissais contre toi, caressant ton torse avant de m’endormir lourdement, apaisée par ta main dans mes boucles. Levée tôt, je te prépara un déjeuner de roi avant de te faire ton sac dans lequel était glissé tes notes et toutes tes affaires. Un mot doux glissé dans ton agenda à la date du jour affichait un large « Je t’aime, pourvu que les heures passent vite.. » écrit de ma main. Levé un peu dans le gaz. Je t’offris un baiser sur le crâne en te posant ton petit déjeuné sous le nez. Tu étais déjà en retard et te dépêchais pour t’habiller sous mes yeux amusés. Echangeant un dernier baiser amoureux derrière la porte d’entrée, je te fis signe avant de te voir partir travailler. Prenant mes habitudes, je m’affaira à te préparer un excellent repas de midi, pour lequel tu avais promis de me rejoindre. Mais midi passait et tu n’étais pas là. M’avais tu oubliée ? Ton portable ne répondait pas. Lorsque la porte s’ouvrit, je me retourna, affichant un large sourire avant de perdre  conscience sous un coup porté à ma tête.
Reprenant peu à peu mes esprits mon premier réflexe était de frotter mon crane douloureux avant de me lever, perdue dans cet espèce de hangar. Je balayais la pièce du regard avant de t’apercevoir, le visage pendant, assis sur une chaise, ligoté. Courant vers toi, je fus rattrapée par Jay, visiblement hors de lui. « Tu me prends pour le derniers des cons, espèce de salope ? Tu crois que j’ai rien vu de ton petit jeu de séduction ? Tu crois que je vais laisser toucher ton petit corps de pute ? » Pour la première fois, j’osais me débattre par peur de te voir souffrir, mais déjà, Jay me brisait les os sous sa force. Reprenant peu à peu tes esprits à ton tour, tu étais témoin d’une scène que tu ne semblais pas comprendre attaqué par surprise toi aussi alors que tu rentrais manger avec moi. « Alors, il t’aime. Monsieur le flic aime ma copine » t’adressa Jay, pointant une arme en ta direction avant de la tourner vers moi, qu’il tenait par les cheveux. « Tu es amoureux de la jolie brune  battue par son mec ? Bon soyons clair. Je vais briser tes espoirs de pauvre gars sous le charme. Tout ça, votre rencontre par hasard, les coups et tout le tralala, c’était un gros coup monté pour que tu tombes dans le panneau, comme un pigeon. » Tentant vainement de me débattre, je le regarda « Un coup monté ? Et les bleus c’étaient de la peinture ? Ca fait trois ans, trois ans que tu me bats à cause de ta foutue poudre blanche. T’es qu’un lâche Jay. Tu me dégoutes depuis toujours. Tu crèveras en prison, je te le jure… » Léchant mon oreille amusé, je tournais la tête dégoutée « Tu crèveras en prison avec moi si c’est le cas. Ou bien peut-être que tu crèveras avant, avec une balle, mais d’abord, je me charge du preux chevalier, tu veux ?! » dit-il en tournant l’arme de nouveau vers toi. « Secondo, la jolie Cameron, tu ne la trouveras jamais dans tes fichiers, pour la simple et bonne raison que tu la trouveras sous un autre nom. Analys Riverside. Deuxième preuve de ta naiveté de croire en la beauté d’une femme. » Ton regard me faisait le plus de mal. Tu me détestais, cela se voyait comme le nez au milieu du visage, cédant aux larmes, je n’osais même plus te regarder dans les yeux tant ton regard me faisait souffrir. Ils avaient ce qu’ils voulaient, après avoir forcé ton appart pour obtenir les dossiers tant recherchés, ils étaient prêt à passer à l’acte ce soir. Trois d’entre eux se préparaient tandis qu’un dernier nous surveillait. Il me fallut quelques minutes pour lui mettre un coup qui le fit plier en deux de douleurs pour m’enfuir vers la police. A mes trousses, il se fichait bien de te laisser seul, pourvu que je n’atteigne pas la police. Mais j’étais plus douée que lui pour me faufiler entre les voitures et déjà il était stoppé par un taxi devant lui, tandis que j’avertissais le commissariat qui sortit armé à trois patrouilles pour effectuer l’arrestation. Reprenant mon souffle, je sentis des mains dans mon dos, tandis qu’on m’avertissait de mes droits. Je le méritais d’aller en prison. Ma seule pensée était tournée vers toi que j’espérais être en vie.. Emmenée dans une cellule froide, je céda à mes larmes pour ma propre bêtise humaine.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 17
◭ arrivé(e) le : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   Dim 9 Fév - 16:12

Analys & Hayden
A quoi bon rêver sa vie quand on eut tout simplement vivre son rêve ?


La vie je l'apparentais aussi à une balance. Il suffisait juste d'une plume et elle pouvait basculer à tout moment de l'autre côté. Équilibre précaire, basé sur un mensonge et voilà que tout allait basculer, que j'allais m'effondrer. Tu contribuais à ma perte, tu allais m'enfoncer la tête sous l'eau. Le pire c'était que tout demeurait parfait jusqu'à cette matinée... Encore une fois je me perdais dans tes gémissements, je me plongeais en toi, t'accompagnant sur le chemin de la luxure et de l'amour et c'était justement ça le plus douloureux. Je ressentais des sentiments pour toi, encore à l'heure actuelle et cela allait me tuer. Mais continuons mon récit veux-tu. Poussant un doux grognement lorsque tes ongles déchiraient ma peau, cela augmentait mon envie à ton attention. Elle que je pensais au summum tu en repoussais toujours les limites. Nos deux corps unis à la perfection, le son de nos gémissements mêlés, nos souffles se heurtant, nous montions très vite direction le 7eme ciel par un aller express. Encore mieux que la veille mais moins bien que demain assurément, tout comme l'amour que je te portais et qui lui augmentait au fur et à mesure du temps passé à tes côtés. Tes mots me firent redescendre sur terre, me faisais douter et insinuait ce poison nommé doute dans mes veines. Tu m’inquiétais mais je n'osais émettre mots. J'avais encore la sensation que des pièces manquaient à mon puzzle et je n'allais pas être deçu, mon sixième sens ne m'avais jamais trompé j'aurais voulu aujourd'hui que cela soit le cas.

La soirée fut merveilleuse sincèrement. Une heure passé ensemble sur ce sofa, toi blottie contre moi semblant apaisée. C'est tout ce qui suffisait à mon bonheur et tu avais raison tes desserts me rendirent encore plus amoureux. Comment ne pas l'être davantage suite à ces moments à deux ? T'observant dans ce lit, caressant tes cheveux alors que ta respiration s'apaisait signe que tu rejoignais le monde des songes. Je refis le mien de monde. Je repensais à tes paroles qui me serrent le coeur, mais emporté par la fatigue de notre journée je sombrais dans un repos sans rêve. Je fus touché de toutes ces attentions que tu me portais. Des matins ou la première chose que je voyais étant ton visage, j'en voulais des dizaines et même des centaines. J'eus un regard attendri à voir te levée, la bouille encore endormie. Même comme cela tu demeurais être à croquée. Dommage que je sois déjà en retard, je ne pus que manger rapidement le déjeuner préparé et me limiter à un tendre baiser pour débuter ma journée. Journée ensoleillée, quelques bouttades me furent lancées dans les vestiaires. A croire qu'il était inscrit sur le visage d'un homme combien il était amoureux. J'étais parvenu heureusement à combler mon retard et ouvrant mon dossier en réunion j'étais tombé sur ton mot qui m'attendris. Rappelé à la réalité je vaquais à mes occupations, alors que le temps défilait à une allure folle si bien que je fus surpris de voir l'heure de déjeuner arriver. Parfait, l'avantage de ne vivre guère loin du commissariat. Néanmoins perdu dans mes pensées je n'eus guère le temps d'atteindre ma voiture. Les coups pleuvaient sur mon corps, j'encaissais la mâchoire crispée ne souhaitant guère donner satisfaction à ceux qui s'en prenaient à moi. Un direct éclatait ma lèvre, et mon arcade fut ouverte. Trainé comme un malpropre je ne me débattais guère. Etrange je sais, mais c'était l'une des premières règles enseignées dans notre équipe. Si j'arrivais pas au travail, je savais que mes collègues fouilleraient en vu de l'affaire sensible du jour donc il me fallait résister le plus longtemps possible.

Je ne fus pas ménagé par tes compagnons, ligoté, je te vis arrivé. Inquiet plus pour toi que pour moi, je t'observais avant d'écouter ton mec, celui qui levait la main sur toi. Une arme fut pointée, mon visage affichait de la neutralité. Puis au fur et à mesure mon visage se décomposais. Pigeon, c'est tout ce que j'avais été pour toi. Le coup d'un soir, celui qui pourrait t'offrir une vie de luxe. Je me souvenais d'avoir vécu ce moment comme si il était irréel. D'entendre mon cœur battre à mes tempes alors qu'il se fissurait dans ma poitrine. Pauvre gars naïf que j'avais été, j'avais toujours senti qu'un truc clochait. Sous la lumière de ses révélations tout concordaient et surtout tes paroles à la sortie de la douche. Si tu m'avais aimé, tu m'aurais tout avoué, moi je t'avais tout offert contrairement à lui. Le regard brisé et blessé je levais un regard vers toi, alors que tu t’effondrais en larme sur ce sol. Le sang coulait le long de ma joue, semblable à ces larmes que je n'arrivais à verser tant le choc était immense. A partir de là se fut le trou noir. Je me souviens d'un collègue me réveillant la mine inquiète alors qu'un autre me détachait. Me demandant si j'étais en état de marcher je hochais la tête pendant qu'on m'aidait à effectuer le trajet. Pour le moment je refusais l’hôpital et ses murs immaculés, je souhaitais aller au poste. Assit dans une chaise, silencieux, je laissais un des experts médicaux me soigner. Ne tressaillant même pas alors que l'alcool entrait en contact avec ma blessure. J'avais du rendre momentanément mon insigne et mon flingue. Surement la peur que je fasse une connerie et maintenant je n'avais plus la simple place d’enquêteur mais de témoin dans cette histoire. Une fois laissé seul sur l'une de ces chaises en plastique ou je me souvenais t'avoir vu, je fermais les yeux quelques instants alors que les souvenirs affluaient en masse. Mes nuits risquaient d'être agitées et j'étais sur qu'on me forcerait à consulter.

Attrapant le bras d'un collègue passant par là je demandais d'une voix rauque "Ou est-elle ?". Il regardait autour autour de lui avant de me murmurer "Cellule 3B, tu as 5min active". Il m'avait glissé sa carte. D'un hochement de tête je remerciais le protagoniste. Dans cette équipe c'est ce que j'aimais, l'esprit de groupe, de famille, tant on passait du temps ensemble sur des affaires par toujours faciles. Profitant de l'effervescence je me glissais discrètement et clopinant vers les cellules, refermant précautionneusement la porte, je me dirigeais vers le lieu indiqué. Je te voyais là, derrière les barreaux. Cette fois-ci c'était moi qui était meurtri. Des ecchymoses, coupures étaient visibles, mais c'était à l'intérieur le plus douloureux, à l'emplacement de mon coeur. Ma voix était rauque, froide, triste et brisée à la fois, sentais-tu ma détresse Pourquoi... As tu seulement dis la vérité rien qu'une seule fois ? Je prenais appuis contre le mur, il était rude pour moi de se tenir simplement debout. J'aurais voulu rentrer et me terrer mais je savais que mon appartement était surement retourné à l'heure actuel. Qu'une équipe devait être là bas. Ma nuit je la passerais je ne savais ou, et le matin je reviendrais tout serait à sa place clean. Néanmoins qui serait là pour effacer mes souvenirs ? J'étais prompt à t'aider, pire que cela à te faire une place chez moi. Tu m'aurais tout dit avant, j'aurais su te pardonner. Tu a préféré te ranger de son côté fort bien. Mes félicitations, beau coup en tout cas, je dois le reconnaitre. Bon choix de pigeon. Je reprenais les termes de ton petit ami. Reprenant la parole j'énonçais : Je témoignerais, on m'a retirer mon droit d'enquête, le temps du procès à venir et de ma rémission. Je dirais toute la vérité. Ne t'inquiète pas, tu devrais juste avoir du sursis et grand maximum une amende ou des travaux d’intérêt généraux. Vous vous en êtes merveilleusement bien sortie, Analys Riverside ! Ce nom me laissais un gout amer en bouche.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lying is eternal ♥ Analys   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lying is eternal ♥ Analys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [VX ACE]Eternal Heaven - Prologue [Version 1.5] TERMINÉ
» LILYPAD
» Eternal Moon
» [VX-Ace] Eternal Dream.
» Eternal Rune - Forum RPg Fantasy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
carried by love. ::  :: north side phoenix. :: arcadia.-