AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (quinnistair) lascive. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: (quinnistair) lascive. (terminé)   Dim 19 Jan - 10:41

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Assise sur le canapé, les jambes par-dessus les siennes, elle en soulève une, lui présentant une cheville gracile. « Tu m’emmènes au salon de l’érotisme ? » « Pour quoi faire ? » « On a besoin d’une raison pour sortir d’ici ? » Il la regarde, elle sourit, taquine. Une idée lui trotte derrière la tête, il le sait. Sa main glisse sur sa cheville, puis remonte doucement jusqu’au sommet de sa cuisse alors qu’il se penche pour l’embrasser. Puis il la regarde. « D’accord allons-y. »

C’est comme ça qu’Alistair se retrouve dans ce salon, ne sachant pas trop où ils doivent aller. L’avocat n’a pas l’habitude de ce genre d’endroit, ce n’est pas comme s’ils avaient besoin de venir ici pour pimenter leur vie sexuelle. Mais l’excitation de Quinn est contagieuse et le sourire qui se peint sur le visage d’Alistair répond au regard pétillant de la brune. Dire qu’il n’y a pas un mois, celle-là même lui collait un pain pour un petit rire moqueur. Il passe un bras autour de sa taille alors qu’ils entrent dans le salon et que déjà quelques vendeuses au chemisier tendu sur une poitrine remontée par un soutien-gorge push-up se retournent, prêtes à user de leurs charmes pour vendre leurs marchandises. Devant tous ces visages parfaits, ces sourires aguicheurs et ces tenues qui accrochent l’œil, Alistair a l’impression d’être sur le point d’entrer sur un champ de bataille. « Regarde-les Quinn, elles me vendraient un string à paillette en me persuadant que c’est tout ton fantasme. » Il a horreur des vendeuses, sans doute sont-elles aussi requin que lui. Aussi acharnées et tenaces. Devant le regard insistant de l’une, il se tourne vers Quinn, la serrant un peu plus contre lui. « On commence par quoi ? »
Code by Silver Lungs


Dernière édition par alistair z. cunningham le Sam 1 Fév - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Dim 19 Jan - 16:04

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair
« Je hais les dimanches. On s'y ennuie toujours à périr. » Elle passe une main dans ses cheveux bouclés, langoureuse comme une chatte, et jette à l'homme qui lui sert de fauteuil un regard appuyé.  « Je ne suis pas d'accord, c'est le seul jour où on peut rester au lit toute la journée. » Elle paraît réfléchir quelques instants avant de hocher la tête. « C'est vrai. Mais même au lit, on peut s'ennuyer. » Elle ne peut s'empêcher de sourire d'un air entendu, insinuant qu'il n'est pas si fantastique qu'il veut bien le croire. Il hausse un sourcil indigné, fâché qu'elle puisse mettre en doute ses compétences sexuelles. « Qu'est-ce qu'il te faudrait, alors,  espèce d'affamée ? » Son sourire s'élargit, sincère. Il est toujours facile d'emmener Alistair sur le terrain qu'on veut. « Tu m'emmènes au salon de l'érotisme ? »

Parfois elle maudissait sa faculté à se lancer des défis farfelus. Comme la fois où elle avait voulu faire l'ascension du Machu Picchu sans entraînement, ce qui lui avait valu un rapatriement sanitaire dans les règles. Ou la traversée du désert du Sahara avec une caravane de Bédouins. Mais des jours comme aujourd'hui, où le défi consistait simplement à traîner Alistair au salon de l'érotisme, elle se bénissait. Il n'a absolument pas besoin de tous les accessoires vendus dans ce haut lieu du sexe, mais l'espèce de gêne qu'il affiche est à elle seule une récompense suffisante pour avoir réussi à le faire venir ici. Aussi est elle particulièrement excitée à l'idée d'entrée dans le hall d'exposition en compagnie d'Alistair. Lorsqu'il passe un bras autour de sa taille, d'un air de propriétaire, son sourire s'élargit et elle se laisse faire sans rien dire, jetant à peine un coup d’œil aux aguichantes créatures qui les abordent, les bras chargés de dépliants. Elle sourit gracieusement à une blonde impeccable qui lui tend un plan du salon et lève les yeux sur son compagnon. Une expression horrifiée a remplacé son air gêné et il fixe les hôtesses d'accueil comme s'il s'agissait de démons tout droit sorti de l'Enfer. Elle frappe son torse de son prospectus pour le ramener à une expression plus engageante. « Regarde-les Quinn, elles me vendraient un string à paillette en me persuadant que c’est tout ton fantasme. » Pour toute réponse, elle vient lui pincer les fesses, tout en continuant à sourire, comme si de rien n'était. Lorsqu'une autre hôtesse les fixe avec un peu trop d'insistance, Alistair ne trouve pas mieux que de la serrer encore plus contre lui et elle dissimule son sourire satisfait derrière son dépliant. Il est pris, connasse. « On commence par quoi ? » Elle ravale son sourire et ouvre devant eux le dépliant, parcourant du regard la liste des stands disponibles. « En fait, le string à paillettes n'est pas une si mauvaise idée. Regarde ce stand, on devrait pouvoir en trouver. Ensuite, tu m'aideras à refaire ma garde-lingerie, ça te va ? » Elle lui lance un sourire aguicheur, et sans attendre sa réponse, l'entraîne vers ledit stand.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Dim 19 Jan - 19:02

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

A ses côtés la belle jubile. Elle s’amuse et se moque. Il commence seulement à le comprendre. Elle n’est pas heureuse d’être là, elle est heureuse de l’y voir. Lui, qui préfèrerait être resté à la maison à lui faire l’amour plutôt que de recevoir une leçon à ce sujet. Leçon qu’il ne souhaite pas avoir, Alistair a toujours préféré la pratique à la théorie. Non pas qu’il sait tout, mais l’apprentissage est plus intéressant à pratiquer qu’à observer. Devant son dégout pour les hôtesses du salon, Quinn se moque et lui pince les fesses. En réponse à son geste je la chatouille, maigre consolation en ce lieu public c’est bien la pire punition qu’il puisse lui faire. Très vite, elle prend les rênes de la visite, et bien que cela ajoute un certain malaise à l’avocat – qui a pour habitude de tout contrôler – il la laisse dire. Avant de tiquer sur ce que cela signifie. Il l’arrête avant d’atteindre le stand en question. « Tu peux oublier le string à paillettes, voire, le string tout court. Pas pour moi en tout cas. » Il freine des quatre fers, déterminé à ne pas s’approcher de ce stand malgré le regard intrigué de la demoiselle posé sur eux. Il se place devant elle, plante son regard dans le sien. « Compris ? » Puis il sourit, carnassier. « Par contre, je suis pour la suite de ton plan. »

Manque de chance, ils étaient trop proches du stand en question. Trop proches pour ne pas attirer l’attention de l’une des vendeuses. Tout sourire et en décolleté plongeant, un parfum un peu trop fort à son goût, elle s’approche du couple. « Je peux vous aider ? » Non, décidemment, Alistair n’aime pas ces femmes. Il se range à côté de Quinn et tâche de ne pas être désagréable. « Non, merci. » Mais déjà Quinn s’avance. Evidemment. C’était trop facile. Il retient un avertissement, espérant avoir été clair.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Dim 19 Jan - 21:12

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Le stand est encore mieux que ce à quoi elle s'attendait. C'est une débauche de dentelle, de couleurs pastel, de sous-vêtements masculins et féminins. Il y a même, pour les consommateurs avertis, un coin consacré aux articles plus... spécifiques. C'est sans doute ceux là qui font qu'Alistair se fige à ses côtés, l'attrapant par le bras pour l'obliger à s'arrêter elle aussi. « Tu peux oublier le string à paillettes, voire, le string tout court. Pas pour moi en tout cas. Compris ? » Son ton froid prouve à Quinn qu'il n'a effectivement pas l'intention de lui faire le plaisir de se trimbaler dans le plus simple appareil, seulement vêtu d'un magnifique string à paillettes. Elle hausse les épaules, l'air de dire oui, de déposer les armes sans batailler, mais son esprit hurle non. Ne serait-ce que pour lui avoir refuser cette petite attraction, elle lui fera payer, et au centuple. Un sourire carnassier s'étire sur ses lèvres, en écho à celui d'Alistair. « Par contre, je suis pour la suite de ton plan. » « Tu n'as pas une pointe d'humour, c'est très désagréable, la plupart du temps. » Elle tourne les talons et se retrouve nez à nez avec une vendeuse, qu'elle n'avait pas attendue arriver. « Je peux vous aider ? » Elle sent plus qu'elle ne voit la présence d'Alistair lorsqu'il vient se placer à ses côtés. « Non, merci. » « Au contraire. »

Elle entraîne la vendeuse vers le stand, tout en se retournant vers Alistair pour lui adresser un sourire coquin. « Mon ami boude et refuse de m'aider à choisir des sous-vêtements décents. Pourtant, j'ai accepté de lui rendre ce service quand il m'a demandé mon avis quant au modèle de caleçon qui pourrait plaire à son petit ami. » La vendeuse eu un sourire amusé, tout en coulant un regard moqueur sur Alistair. Il était difficile d'imaginer que cet homme puisse être gay, mais en quelques mots assassins, Quinn venait de le rendre inaccessible aux yeux de la brunette à ses côtés. Elle se retourna et sourit à son compagnon, lui adressa un signe de la main, l'enjoignant à la suivre. « Ne reste pas en arrière, viens ! »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Lun 20 Jan - 11:31

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Il se fige quand elle prend les devants. Sublime Quinn, le regard furie et le sourire de Perséphone, ensorceleuse des enfers. Il n’y a rien de plus inquiétant que ce sourire. Chargé de promesses, Alistair regrette déjà de ne pas l’avoir gardé au lit. Et déjà elle entraine la jolie vendeuse jusqu’à son stand, soudainement intéressée par tout ce qu’elle pourrait leur vendre… lui vendre en particulier. Ce qu’elle lui raconte par la suite le fige alors qu’il s’était résigné. Son petit ami ?! Le regard de la vendeuse est éloquent. Un mélange de déception et de moquerie. Alistair regarde les deux femmes, interdit. Partagé entre l’envie de prouver sa virilité et de rendre la monnaie de sa pièce à la démone. Un sourire léger s’étire sur ses lèvres. Aucun humour n’est-ce pas ? Il secoue la tête, embarrassé alors qu’elle l’invite à les rejoindre, ce qu’il fait. Il vient poser un regard faussement intéressé sur la marchandise. Autant vous dire que ces paillettes, et ces formes ne lui plaisent guère et Quinn a sans doute choisi ce stand pour ça.  « En même temps, Quinnie, tu me demandes un avis sur des tenues de bondage … La lingerie féminine c’est quelque chose … » Il lance un regard appuyé à la charmante vendeuse, lui faisant comprendre qu’il savait apprécier les belles choses. Puis il hausse les épaules. « Mais le SM, c’est ton truc pas le mien… Je n’arrête pas de te dire que tu serais bien plus sexy en dentelles qu’en cuir et en clous, mais bon, Madame ne prend son pied que quand elle se fait dominer alors bon. »

Le ton de la conversation est si naturel, pourtant même la vendeuse rougit d’en savoir autant sur sa cliente. Elle reste cependant professionnelle, baisse les yeux sur ses caleçons alors qu’Alistair en déplie un pour regarder, observer, toucher. Il déplie un slip kangourou, au motif affreusement léopard. Il ne peut s’empêcher de grimacer à la vendeuse. « Vous rigolez, on vous en achète encore ? » Il use de son charme, ça marche, elle rit et minaude. Il se penche vers elle, s’appuyant sur le comptoir sans faire attention à Quinn. « Finalement, je pense que vous possédez plus de goûts que mon amie, du moins, ils ont l’air moins douteux, je suis sûr que vous portez de la dentelle, vous êtes une femme à porter de la dentelle, je me trompe ? » Il était aidé, son chemisier était assez ouvert pour qu’il le devine. Elle hoche la tête en souriant. « Alors, lequel me conseillez-vous pour mettre mon fessier en valeur ? » Cela s’appelle du rentre-dedans. Et pour l’aider, l’avocat se fait un plaisir de tourner sur lui-même pour la laisser admirer le dit fessier. Puis il lance un regard à Quinn, un clin d’œil et un sourire aguicheur.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Lun 20 Jan - 23:17

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Elle s'amuse comme une folle, comme une môme, en voyant la tête déconfite d'Alistair. Son expression lui rappelle tellement Lon et Lawrence, lorsqu'elle leur faisait les pires vacheries, qu'elle ne peut s'empêcher de rire, rire qu'elle étouffe rapidement. Elle retrouve son apparence sérieuse, continuant de jouer son rôle d'amie vexée par le refus de son pote gay. Lorsqu'il la rejoint devant l'étalage, elle coule sur lui un regard plein de moquerie et lui tire discrètement la langue, tandis que la vendeuse revient avec un catalogue, qu'elle lui tend. « En même temps, Quinnie, tu me demandes un avis sur des tenues de bondage… La lingerie féminine c’est quelque chose… » Et de regarder la vendeuse d'un air entendu. Son sourire se crispe tandis qu'une de ses mains froisse violemment une page du catalogue. Un bruit de déchirement se fait entendre quand elle se tourne vers Alistair. Il n'est pas sérieux, tout de même... A sa tête, elle devine que si, il est plus que sérieux. Il lui fait payer sa blague à propos de son petit ami gay. Très bien. Aucun problème. Elle baisse les yeux sur le catalogue déchiré, une page dans sa main droite, le reste du pavé dans l'autre. « Je suis désolée, je ne m'attendais pas à ce qu'il lâche une telle bombe... Il a le don pour dévoiler mes petits secrets. » Sourire hypocrite à Alistair, qui semble incroyablement satisfait de son petit effet.

« Mais le SM, c’est ton truc pas le mien… Je n’arrête pas de te dire que tu serais bien plus sexy en dentelles qu’en cuir et en clous, mais bon, Madame ne prend son pied que quand elle se fait dominer alors bon. » Elle lui écrase violemment de son talon aiguille, tout en se tournant vers la vendeuse, un faux petit contrit aux lèvres, s'excusant de voir sa vie sexuelle ainsi étalée par l'indélicat qu'est Alistair. « Dominatrice, mon chat, dominatrice, pas dominée. Et il y a des jours où j'envisage d'utiliser mes fouets sur toi. » Elle lui adresse un sourire carnassier qui cache mal sa colère. Il l'a entendu, elle le sais rien qu'à voir son expression. Il se détourne cependant et ne lui prête plus attention, trop occupé à regardé l'étalage, déplier un slip kangourou immonde et discuter avec la vendeuse à propos de sa lingerie. Lorsqu'il se retourne pour présenter ses fesses à la vendeuse rougissante, elle voit l'occasion de lui rendre la monnaie de sa pièce. Elle sait qu'elle devrait mettre fin au jeu qu'elle a elle-même lancé, mais elle tient à remporter cette compétition. « Je suis sûre que celui-là serait divin sur toi, mon lézard. » Et elle pointe du doigt un tanga en dentelle lavande. Devant l'expression d'Alistair, elle se hisse sur la pointe des pieds, attrape le col de sa chemise et l'attire à elle pour murmurer à son oreille. « En vérité, je te préfère largement nu. » Elle embrasse furtivement sa joue et retouche terre, un sourire gourmand aux lèvres. Elle met fin au jeu, maintenant.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Mar 21 Jan - 13:13

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Il sent que la situation a pris un autre cours quand il remarque la page déchirée dans les mains de Quinn. Assurément, il est allé loin dans ses propos. Peut-être un peu trop. De là à s’excuser, certainement pas. A calmer le jeu… peut-être. Quinn est furieuse. Bien, chacun son tour. Les deux sont des compétiteurs nés, des mauvais perdants. L’orgueil étant une tare dont ils sont incapables de se défaire. Face à de tels phénomènes, on n’est obligé de s’incliner pour retrouver un semblant de paix. Mais qu’en est-il quand la personne en face est incapable d’accepter l’échec ? S’incliner ne fait partie du vocabulaire ni de l’un, ni de l’autre. Il est ainsi plus délicat voir se clore une dispute, celle-ci est généralement mise de côté et resservie plus tard, au moment propice, une nouvelle arme contre la partie adverse. Alistair et Quinn n’ont droit qu’à des matchs nuls, il n’y a que ça pour calmer leurs esprits et les faire revenir à leur entente. Parce qu’entente il y a, et précieuse est-elle. Ainsi Alistair décide de ne pas en rajouter, et comme un accord, les mots de Quinn viennent le conforter dans cette idée. Non sans terminer ce petit jeu de rôle comme il est convenu de le faire. Il lève les yeux au ciel. « Dominante, pardon. Si ça peut t’aider à dormir. » Il grimace quand le talon se plante dans son pied, il ne le cache pas.

Je suis sûre que celui-là serait divin sur toi, mon lézard. Il suit du regard son doigt, pointant un tanga en dentelle lavande. Il regarde Quinn, étonné. « Non, mais tu plaisantes, la lavande ne va pas du tout avec mon teint ! » Et là, c’est le rire de la vendeuse qui retentit dans ses oreilles et au tour d’Alistair de la dévisager, interdit. Qu’il s’amuse de Quinn était une chose. Mais il n’est pas sûr d’apprécier qu’on se moque d’eux. Parce qu’ici, clairement, ce n’était pas que de lui dont la vendeuse se moquait. Mais déjà Quinn le détourne d’elle en l’attrapant par le col pour lui glisser quelques mots à l’oreille. En vérité, je te préfère largement nu. Son regard s’assombrit légèrement, alors qu’un sourire effleure ses lèvres, lui retournant le compliment en silence. Puis la vendeuse soupire. « Ecoutez, dans l’allée 4, il y a un stand axé sur les jeux de rôles, cela pourrait vous intéresser. » Alistair se raidit et jette un regard surpris à la vendeuse qui n’est nullement impressionnée. Visiblement, elle n’était pas dupe. Et elle semblait s’amuser d’eux depuis un moment déjà. « Regarde, Quinn, finalement, elles ne sont pas si bêtes qu’elles en ont l’air. » La délicatesse même. Il reçoit un coup de coude de la part de son amie et lui jette un regard noir. Assez. « Bonne journée » Il attrape la main de Quinn et l’entraine plus loin avec humeur. Mais n’étant pas du genre à se faire trimballer de la sorte, elle arrache sa main à la sienne le forçant à se retourner. Il se rapproche, jetant un regard alentour, il aimerait mieux être seul avec elle plutôt que d’être entouré par tous ces gens trop curieux. Il l’attire alors à l’écart, à côté d’un stand où trop de monde s’affairait pour faire attention à eux. L’acculant contre un des panneaux de séparation, il relève son menton puis l’embrasse, désireux de lui rappeler qu’il est homme et que c’est avec elle qu’il est, et non avec un homme, surtout pas avec un homme. Il y met un peu trop de passion pour quelqu’un n’étant pas friand des démonstrations en public. Mais quand il plonge son regard dans le sien après coup, il semble plus apaisé. « Tu es insortable, Quinn. Vraiment. » Quand il l’embrasse à nouveau, il y a moins d’effusions, plus de contrôle. La main sur sa hanche n’est pas de trop, ni provoquante, elle est sage. Rien qui ne pourrait mettre l’avocat dans l’embarras. Puis il embrasse son front. « On continue ? » Nouveau sourire aux lèvres, plus engageant, plus franc, plus rieur. Elle a beau l’énerver au possible, les moments passés avec elle sont tous uniques.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Mar 21 Jan - 22:24

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Elle aime jouer. Elle joue depuis l'enfance, l'adolescence. Elle joue de son charme, joue du pouvoir qu'elle a sur une grande partie des hommes. Elle est belle, elle le sait et en joue, pour ne pas être juste belle, mais aussi pour faire peur, pour inquiéter les hommes. Qu'est-ce que Quinn va encore inventer aujourd'hui pour nous torturer ? Aujourd'hui, elle avait trouvé avec Alistair une nouvelle victime, qui se pliait de bonne grâce à toutes ces petites piques, tous ces petits coups bas dont elle peut faire preuve quand l'envie lui en prend, et surtout, quand l'ennuie pointe son nez. C'est vrai, elle s'ennuie beaucoup et cherche sans cesse une nouvelle distraction, comme avec les hommes d'âges divers qu'elle se tapait avant Alistair. Depuis un mois qu'ils se voyaient, elle n'avait jamais trouvé le temps long, jamais éprouvé le besoin de trouver une distraction autre que lui, en sa présence. Il y avait eu l'incroyable volupté des premiers jours, l'espèce d'émerveillement un peu gaga qui rendait tout brillant. Et puis maintenant qu'ils en étaient là, elle avait la sensation un peu désagréable de devoir meubler le temps avec ses jeux. Parce qu'elle n'avait jamais fait autrement, elle ne savait pas quoi faire des grands vides qu'il pouvait y avoir entre eux, les moments où il empruntait son bureau pour bosser un peu, et où elle s'asseyait, appuyée contre le mur, pour lire. Elle n'aimait pas ces silences, ne savait pas quoi en faire, comment les occuper. Alors elle jouait. Il suivait souvent, s'énervait puis lui pardonnait sur l'oreiller. Mais il partait de plus en plus régulièrement sur les chapeaux de roues, s'énervait de plus en plus facilement et jouait avec de plus en plus de hargne, répondant à ses attaques avec autant de virulence qu'elle. Elle sentait qu'il décrochait, et ça l'effrayait. Comment on retrouvait un compagnon de jeu comme lui, une fois que le précédent nous avait lâché ?

Elle rit quand il s'indigne face à son choix de couleur, mais le cœur n'y est pas. Elle ne prête même pas attention à l'hilarité de la vendeuse quand celle-ci se moque d'eux et n'entend que d'une oreille le sarcasme dans sa voix. Quand Alistair réplique d'un ton moqueur, elle lui expédie son coude dans les côtes, mais de façon mécanique, elle n'est même pas sûre d'avoir compris ce qu'il a dit. Il l'attrape soudain par la main et s'éloigne à grandes enjambées du stand de lingerie et de la petite vendeuse. Surprise et sur la défensive, elle retire violemment sa main de celle d'Alistair, ce qui oblige ce dernier à se retourner et lui faire face. Ils sont debout, se regardent en se fixant les yeux dans les yeux. Elle fronce les sourcils, cherchant à comprendre dans le regard d'Alistair s'il est en colère contre elle ou s'il lui en veut pour le jeu. Puis il s'approche d'elle et l'entraîne près d'un stand particulièrement entouré, où une foule de gens se pressent. Il la plaque contre l'un des panneaux de séparation et l'embrasse, avec une sorte d'urgence qui lui fait mal, qui lui serre le cœur, lui rappelle à quel point il la veut, tout le temps. Heureusement, selon un grand principe, c'est au milieu du monde qu'on est le plus anonyme. Et Alistair semble en profiter. Lorsqu'il rompt le baiser pour la regarder dans les yeux, il a l'air plus calme, et elle se détend imperceptiblement. « Tu es insortable, Quinn. Vraiment. » Il l'embrasse une dernière fois avec plus de tendresse, et elle se laisse faire, appréciant le baiser. « Je sais. J'y travaille, mais c'est pas encore ça. » Elle hoche la tête lorsqu'il propose de continuer la visite et glisse sa main dans celle d'Alistair. « Je suis désolée, ce salon était une mauvaise idée. Et le jeu aussi. » Elle baisse les yeux sur sa main libre pour s'apercevoir qu'elle tient toujours la page déchirée et le plan du salon. Elle fait une boule de la première, qu'elle abandonne derrière elle sans un regret et déplie d'une seule main le prospectus. « Qu'est-ce que tu voudrais voir, maintenant ? Sachant que la deuxième partie de mon plan diabolique est toujours valable, j'ai vraiment besoin de lingerie. » Elle lève un regard coquin sur Alistair, un petit sourire aux lèvres. « Tu pourras jouer à la poupée avec moi, on va rire. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Mer 22 Jan - 16:08

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

C’est ces instants de paix, ces instants où elle décidait de stopper le jeu, Alistair les chérissait. Depuis le mois qu’il la connaissait, il avait compris qu’elle ne savait pas rester à rien faire. Le silence, le silence Quinn ne connait pas, elle n’aime pas. Passer une après-midi ensemble, sans qu’elle ne finisse par venir le trouver et agacer son esprit. Quinn est comme ça, elle ne tient pas en place. Pourtant on aurait pu croire qu’une littéraire serait plus posée, plus calme, plus prompte à s’arrêter à ses lectures plutôt qu’à poser ses livres pour venir provoquer l’homme qui entre chez elle. Il s’était habitué à ces jeux, et il s’en était amusé, même si depuis quelque temps, il s’en agaçait. Ce besoin de toujours combler ce vide, de toujours aller le chercher même et surtout quand tout allait bien avait quelque chose d’épuisant parfois. Mais il y a ces moment-là, quand elle glisse sa main dans la sienne avec un sourire tendre, qui éclipsent l’agacement et l’énervement. Heureusement sans doute.

« Ce salon n’était pas une mauvaise idée … le jeu par contre. » Il grimace. Il n’a pas du tout apprécié qu’elle le fasse passer pour gay. Il se doute que la vengeance n’a pas dû lui plaire. Non, il le sait, ça ne lui a pas plu. « Je m’excuse aussi pour ce que j’ai dit. » Il tire un peu sur sa main, puis vient embrasser son front. Il s’arrête pour regarder le plan avec elle. « Va pour la lingerie. Apparemment, il y a des shows sur les scènes mais ça m’étonnerait que tu aies envie de voir du lap dance. » Il la charrie. Il lui offre un sourire innocent, puis glisse son bras autour de sa taille pour l’entrainer vers un stand de lingerie. « Tu me fais confiance ? » Devant quelques rayons, le regard d’Alistair glisse sur quelques tenues. Il lâche sa main, se dirige vers un corset noir à lacet, un peu de dentelles, à côté se trouve ce petit string – il lui lance un regard significatif –, il continue, trouve des jarretelles et un voile bleu nuit à porter sur ses épaules. Puis il revient vers Quinn, un peu hésitant, sous le regard curieux de la vendeuse qui avait renoncé à les aider. « Je pense que ceci devrait aller. » Il ne veut pas lui imposer ces vêtements, mais il sait qu’il a l’œil pour les tailles et il sait aussi ce qui met en valeur une femme de la trempe de Quinn.  
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Mer 22 Jan - 22:02

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Avec lui, même si elle peinait à l'admettre, elle trouvait un équilibre. C'était arrivé vite, brusquement, comme un arbre qui vous coupe la route une nuit de tempête. Elle lui collait un pain pour s'être moqué d'elle, et l'instant d'après, elle se retrouvait à rire dans ses bras, à l'embrasser, à gémir de plaisir sous ses caresses. Tout allait trop vite, un vrai tourbillon. Mais elle, qui n'avait rien vécu d'une vraie histoire d'amour, ou même d'une histoire tout court, se retrouvait à devoir apprendre en un temps extrêmement court tout ce que les autres apprenait au cours de leur vie. Perdue dans ce dédale de sentiments et de concessions, elle partait du principe qu'il lui céderait tout. Elle n'avait qu'à jouer pour cela. Mais quand il avait cessé peu à peu de répondre, panique. Que faire ? Quels étaient les codes de la vie de couple qui lui faisaient furieusement défaut ? N'ayant pas grandie entourée de ses parents, elle en était totalement ignorante et n'avait jamais cherché à combler ce vide. Maintenant qu'elle en avait besoin, elle se retrouvait cruellement désarmée face à Alistair, lui qui connaissait par coeur le how to de la vie à deux.

« Ce salon n’était pas une mauvaise idée … le jeu par contre. » Elle grimace à son tour. Pour qu'il avoue de son plein gré que le jeu ne lui a pas plu, c'est qu'il devient temps de s'arrêter. Mais pour quoi faire ensuite ? Et si l'ennui s'installait ? Elle préférait ne pas y penser dans l'immédiat. Elle réglerait le problème le moment venu. Pour l'instant, seule comptait sa main dans celle d'Alistair, ses lèvres sur son front lorsqu'il l'embrasse en s'excusant. Elle se hisse sur la pointe des pieds et l'embrasse tendrement, nouant ses doigts aux siens. « C'est moi qui ai commencé, il faut dire. Peu importe, on oublie. » Il semble acquiescer et penche sur le plan. « Va pour la lingerie. Apparemment, il y a des shows sur les scènes mais ça m’étonnerait que tu aies envie de voir du lap dance. » L'humour dans sa voix la fait sourire. Elle se retient de lui dire qu'elle pourrait tout à fait lui en faire une démonstration une fois rentrés, mais préfère passer cela sous silence. Une autre fois. Il la saisit par la taille et l'entraîne vers un stand visiblement consacré à une lingerie plus soft que précédemment. « Tu me fais confiance ? » Elle hoche la tête, balayant d'un regard plus approfondi le stand vers lequel il l'a conduite. « La plupart du temps, oui, j'ai confiance en toi. » Il la lâche et commence à glaner quelques sous-vêtements sur le stand, sous le regard interloqué de la vendeuse -une copie de la précédente-. Il lui lance un regard éloquent en agitant un string dans sa direction et elle pouffe comme une môme, cachant sa bouche dans sa main. Lorsqu'il la rejoint, il tient dans ses mains un amas de dentelle noir qu'elle fixe d'un regard amusé. « Je pense que ceci devrait aller. » Elle n'en doute pas. Il s'est tellement repu de son corps qu'il le connait mieux qu'elle, ou presque. Elle saisit un à un les sous-vêtements, les déplie devant elle et les reposent dans les bras d'Alistair avec un hochement de tête approbateur. « Même pas besoin de les essayer, je sais que la taille ira. » Elle se tourne vers la vendeuse, qui reste hébétée devant le spectacle d'une cliente affichant sans vergogne ses articles. « Il est bien non ? » Elle désigne Alistair qu'un signe du menton. « Il est bien, et il est à moi. » Elle se tourne vers lui, sa bonne humeur est revenue. Elle recommence à jouer, mais avec la vendeuse, cette fois. Et ça ne durera pas. « On va les étrenner tout de suite ou on reste encore un peu ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Jeu 23 Jan - 13:14

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Il la regarde observer les vêtements d’un œil brillant. Se demandant s’il s’est trompé ou s’il a vu juste. Encore. Il est triste à rappeler que si Alistair parvient à faire ces assortiments, ce choix de vêtements, ce n’est pas tant parce qu’il connait Quinn, mais parce qu’il connait les femmes, leur corps et sait ce qui leur vont. Evidemment, il n’aurait pas pu savoir sans connaitre les courbes de la belle dans ses moindres recoins. Mais il n’aurait pas su sans connaitre un minimum les femmes. Mais ça, Alistair ne s’en vante pas. Inutile de ramener d’autres tensions. Elle sait qu’il n’était pas Saint avant de la connaitre, c’était également son cas pour elle. Mais il est convenu qu’aucun des deux ne désire connaitre les conquêtes de l’autre. Quitte à mentir sur le chiffre si la question se pose. Mais c’est une question à éviter.

La tenue lui plait. Elle est ravie, et devant la vendeuse, elle se pavane, se vante d’avoir un homme de bon gout. Il ne peut s’empêcher de rire devant sa figure de paon. Il est bien, et il est à moi. Cette phrase l’achève, il se tait, un petit sourire aux lèvres pendant qu’il médite cette phrase. Il regarde Quinn, les sous-vêtements dans les mains. A elle. Ça sonne exclusif. C’est étrange la sensation que ça lui fait. Il ne met pas de mot dessus. Mais de suite, il chasse ce sentiment de son esprit. Ce n’est pas le moment de réfléchir à ça. Elle se retourne vers lui, aguicheuse. On va les étrenner tout de suite ou on reste encore un peu ? Il sourit. « Il me semblait que tu avais une garde-robe à renouveler ? » Sur ces paroles, il va payer les vêtements à une vendeuse soudainement droite et pincée. Il n’y fait pas attention, autant de vulgarité n’est de toute façon pas digne de son intérêt. Il donne ensuite le sac à sa jolie brune avant de l’entrainer ailleurs. L’avantage c’est que ces stands sont tous les uns à côtés des autres, leur évitant de se retrouver entourer de démonstratrices plus vulgaires encore que celles présentes ici. A croire qu’en s’enfonçant dans ce salon, on allait de mal en pis. Ils restèrent encore une heure à chercher des tenues pour Quinn et Alistair en profita pour lui montrer son bon goût. Il va sans dire que plus ils avançaient, plus il était pressé de rentrer. Avec assez de sacs pour qu’il se retrouve obligé d’en porter quelques-uns, Alistair emmenait doucement Quinn vers la sortie. « Vas-tu me faire le plaisir d’essayer tout ça à la maison, ou on fait demi-tour pour voir si quelque chose vaut la peine de se rincer l’œil ? » En clair, son humeur venait de changer et il avait hâte de passer à une autre activité, un peu plus alléchante que tous ces corps outrageusement découverts qui s’offraient à ses yeux. Mais juste pour la provoquer, il suivit une petite blonde du regard. Non, décidemment, ce n’était pas son genre ces femmes et ces tenues provoquantes.  
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Jeu 23 Jan - 22:47

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Il ne l'avait même pas regardée, cette fille, cette pauvre vendeuse avec son prénom sur une petite plaquette, épinglée sur sa poitrine. Il ne lui avait pas jeté un regard, il n'avait fait que la regarder elle, Quinn. Mais elle avait quand même ressenti le besoin d'affirmer qu'il lui appartenait, qu'il était à elle. Elle n'était pas jalouse, ni des femmes avant elles, ni de celles qu'il regardait maintenant, ou de celles qui viendraient après elle. Quinn savait qu'il était lui-même très jaloux, mais elle n'y accordait pas vraiment d'importance. Il ne lui avait jamais fait de grande scène, ne lui avait jamais demandé de compte à propos de ces anciennes conquêtes. Et elle ne s'en accommodait que trop, elle aurait été incapable de dresser le profil de ses nombreux coups d'un soir. Elle ne connaissait même pas le prénom de certains. Alors elle qui n'était pas jalouse, elle qui ne demandait de compte à personne, elle voulait être sûre que personne ne toucherait à Alistair. Parce qu'il lui appartenait.

Elle surprend le sourire d'Alistair, son sourire en coin, après qu'elle ai affirmé qu'il était à elle. Ça lui plaisait, de dire ça. Elle l'aurait répété à outrance, jusqu'à s'en faire saigner la langue s'il le fallait. Elle avait un homme à elle, peut-être pas pour longtemps, mais il était à elle, pour l'instant. Elle propose d'aller essayer les sous-vêtements chez elle avec un sourire séduisant. « Il me semblait que tu avais une garde-robe à renouveler ? » Il ne lui laisse pas le temps de répondre et file payer les sous-vêtements, entraînant la vendeuse, parfaitement professionnelle, à la limite de la froideur. Elle les observe tandis qu'ils discutent, qu'il paye et la rejoint. Parfois elle se demande pourquoi et comment ils se sont retrouvés à coucher ensemble. Ce n'était pas particulièrement bien parti au départ, ils étaient tous les deux dotés d'un caractère explosif. De plus, malgré qu'elle se sente jeune, elle savait qu'elle ne l'était plus. Et il lui arrivait de penser qu'Alistair pourrait tout à fait se trouver une femme plus jeune qu'elle, comme cette petite vendeuse. Elle lui sourit quand il revient vers elle, comme si ces questions n'avaient jamais effleuré son esprit. « Je te fais confiance pour la renouveler, justement. » Il sourit et l'entraîne de stand en stand pendant une heure, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent avec suffisamment de sacs pour en être encombrés et gênés dans leurs déplacements. Il fini par l'entraîner vers la sortie, subtilement. « Vas-tu me faire le plaisir d’essayer tout ça à la maison, ou on fait demi-tour pour voir si quelque chose vaut la peine de se rincer l’œil ? » Elle répond à son air gourmand par un sourire aguicheur et s'apprête à répondre lorsqu'elle surprend son regard sur une jeune femme blonde. Elle se renfrogne et lui arrache des mains les quelques sacs qu'elle avait fini par lui confier et se dirige seule vers la sortie. « Bon, tu viens, oui ou non ? » Son ton est abrupte. Elle n'est pas en colère, elle est juste brutalement ramenée aux questions qui la taraudait une heure auparavant.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Sam 25 Jan - 10:53

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Pendant une heure, Quinn sourit et rougit. Alistair ne pensait pas prendre plaisir au shopping, mais rien que pour voir ce rouge sur ses joues à la moindre provocation, il ne regrette pas. Mais cela étant, il n’a qu’une hâte, quitter ces lieux au plus vite. Impression d’étouffer dans toute cette vulgarité. Salon de l’érotisme peut-être mais de nos jours l’érotisme se confond de trop avec la vulgarité. Du moins, beaucoup semblent confondre les deux. Peut-être son regard a-t-il perçu quelques charmes valant la peine. Mais où est l’intérêt quand l’incarnation même de la féminité et de la sensualité est à son côté. A lui. Pour reprendre sa phrase. Non, il n’a pas trouvé son pareil à Quinn dans ce salon, ni même ailleurs jusqu’à présent. Par contre, le lui dire serait faire preuve d’un trop grand romantisme. Et le romantisme, il l’exclut de cette relation. Il n’est pas compris dans le contrat. Jargon d’avocat…

Son petit manège fonctionne, Quinn se vexe et s’éloigne. Il la regarde s’éloigner avec un sourire amusé, observant ce déhanché qui lui est propre. Démarche chaloupée, jambes interminables et d’une souplesse. Elle le rappelle à l’ordre et monsieur la rejoint d’un pas pressant. Glissant une main sur ses fesses avant de la remonter sur ses hanches avant d’être surpris. Il claque un baiser sur sa joue puis la libère. « Fais pas la tête, tu l’as regardée ? » Elle lève un regard irrité vers lui. Il hausse un sourcil. « Quoi ? Je peux pas jouer moi aussi ? » Elle est pensive, il le voit bien. Mais ses pensées lui échappent totalement et il n’est pas à même de lui demander ce qui la travaille. Veut-il seulement le savoir ? Il sort la clé de la Jaguar cabriolet, avant d’ouvrir le coffre pour y déposer les courses. Mais elle n’a toujours pas dit un mot et le silence l’agace soudain. Il ferme le coffre et l’attire à lui, la coinçant entre lui et la voiture. Plus pour l’empêcher de fuir qu’un geste d’un quelconque romantisme. Ses mains glissent sur sa taille fine, il n’a pas oublié pourquoi il veut foutre le camp au plus vite de cet endroit. Il s’approche un peu, son bassin contre le sien, puis plonge son regard dans celui bleu glace de la belle. « A quoi tu réfléchis depuis tout à l’heure ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Dim 26 Jan - 15:59

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Il l'entraîne, la fait virevolter entre les stands, les plaisanteries masquées sous le nez des vendeuses, et les dentelles, les satins et la soie. Il lui présente différents articles, déplie sous ses yeux des culottes, des soutiens-gorges et quelques strings avec un regard plein de sous-entendus et d'amusement. Il propose, elle dispose. Comme d'habitude. C'est de cette façon que ça marche, entre eux. Alistair donne les rendez-vous, Alistair décide d'où ils peuvent se voir, quand ils peuvent se voir, ce qu'ils font de leur temps ensemble, et elle s'en arrange. Elle dit oui, elle dit non, elle dit peut-être ou peut-être pas, elle fait semblant d'être indécise, parfois pour l'emmerder, parce que cette façon de faire l'agace. Elle déteste qu'il soit le seul à décider de leur relation. Cette impression de ne rien contrôler la met mal à l'aise, alors qu'elle a les rênes en main.

Elle quitte le salon, juchée sur ses talons aiguilles qui lui font gagner dix centimètres et avantagent sa silhouette. Elle n'e a pas spécifiquement besoin, mais elle sait l'effet que cela fait et ne se prive pas pour en profiter. Malgré ses grandes enjambées souples, Alistair la rejoint rapidement et pose une main sur ses fesses. Elle se raidit tandis qu'il déplace sa main jusqu'à sa hanche, dans un geste possessif. Il se penche pour embrasser sa joue et la relâche, lui laissant un sentiment de trop peu. Elle voudrait plus, hurler son envie de l'avoir tout entier pour elle, mais se tait. « Fais pas la tête, tu l’as regardée ? » Elle le regarde, agacée. Bien sûr qu'elle l'a regardée. Elle a vu sa jeunesse, la fraîcheur de son visage, sa silhouette élancée, l'éclat de sa peau et ses lèvres écarlates, provocantes, aguicheuses, pleines de promesses et de plaisirs à venir. Elle reste silencieuse, son regard accusateur posé sur Alistair. « Quoi ? Je peux pas jouer moi aussi ? » Elle ne dit rien, encore, contemplant avec application le bout vernis de ses chaussures. C'est vrai, ce n'est pas juste. Mais le jeu lui appartient, c'est elle qui l'instaure, elle qui débute et elle qui y met fin, quand elle se lasse ou que rien ne va. Elle l'entend ouvrir la Jaguar et ranger dans le coffre les nombreux sacs qu'ils ont accumulé au fil des achats. Le coffre se referme et elle se sent soudain tirée, se retrouvant coincée entre le corps brûlant d'Alistair et la carrosserie froide de la voiture. Il se colle à elle, son regard dans celui de Quinn. Elle ne détourne pas le regard, lui faisant face sans fléchir. Elle ne peut pas bouger cependant, et cette absence de liberté la panique doucement. « A quoi tu réfléchis depuis tout à l’heure ? » Les mains d'Alistair sur sa taille la déconcentrent un peu, font dériver ses pensées sur les caresses qu'il lui promettait quelques minutes avant. Avant quoi ? Avant de regarder ailleurs, de regarder une autre femme. « Je me disais que nous étions déjà fini, puisque tu regardes déjà les autres femmes, pour jouer ou pas. » Elle le regarde avec ferveur, comme si elle espérait qu'il lui dise oui, qu'il lui dise qu'elle a raison, qu'il la lâche et la laisse monter dans la voiture pour la ramener chez elle et s'en aller, sans un mot. Pourvu qu'ensuite elle ne le revoit plus et n'ai plus à souffrir de ces questionnements incessants sur sa vieillesse galopante et la jeunesse des autres femmes. Pourvu qu'elle reprenne sa vie où elle s'était arrêtée avant Alistair, avant la soirée chez Lon et Alix. Pourvu que cette parenthèse d'un mois ne soit vite plus qu'un souvenir. « Ramène-moi. C'est fini. Fini de jouer, fini de tout. On rentre et tu t'en vas. » Le désespoir dans sa voix est audible, même elle le perçoit. Elle veut arrêter d'avoir mal, mais le seul traitement qu'elle connaisse, c'est Alistair et ses caresses. Or, elle se prépare à une cure de désintoxication encore plus douloureuse que le mal qu'est supposé soigner Alistair.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Dim 26 Jan - 16:34

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Dans son regard bleu glace, il ne lit que des questions et de la dureté. Il ne comprend pas. Il attend. Quinn est une personne à part, différente, changeante et difficile à comprendre. C’est bien simple, il ne peut pas avoir le contrôle sur elle, ce qui la rend unique. Imprévisible et indépendante. Cela le change. Il n’a pas l’habitude. Pour ça aussi qu’ils se battent si souvent, les deux sont les mêmes. Dominants, besoin de contrôler les choses et les gens. C’est dans leur instinct, dans leur nature. S’écraser, ce n’est pas dans leur caractère et quand ils doivent le faire pour l’autre c’est généralement difficile et non de gaité de cœur. Un mois, et ils ne se sont pas encore entre-tuer, excepter à leurs tout débuts. Laborieux. Pourtant c’est ces débuts qui les ont rapprochés quelque part. Ce tempérament de feu présent chez l’autre qui a attiré, décidé de tenter l’aventure. Alistair ne regrette pas de s’être attarder, et il n’est toujours pas rassasié. Je me disais que nous étions déjà fini, puisque tu regardes déjà les autres femmes, pour jouer ou pas. Il se raidit, crispe la mâchoire. Il a un petit rire nerveux. « Quinn… à quoi tu joues … ? » La voix est doucereuse, prudente.

Elle est dans ses bras et pourtant il la sent s’éloigner. Son regard est perdu ailleurs, finit, plus de contact. Il cherche, mais elle ne revient pas sur lui. Elle est raidie contre lui. Non. Pas maintenant. Il n’a pas envie. Puis c’est encore quelque chose de nouveau, il n’a plus été repoussé depuis des années, ou jamais. Il n’en a plus le souvenir. Ramène-moi. C'est fini. Fini de jouer, fini de tout. On rentre et tu t'en vas. Il la lâche et recule d’un pas, comme électrocuté. Il la fixe, sans comprendre. Puis il regarde le salon d’où ils viennent de sortir, puis il la regarde elle, et la colère monte. « Tu me traines ici, tu te refais une lingerie sur mon compte et tu m’envoies chier pour une pouffe mal fagotée ?! Très bien. » Sans un mot de plus, il la contourne, ouvre le coffre et sort tous les sacs achetés. Puis sans ménagement, il les balance aux pieds de Quinn. Il est tenté de donner ces vêtements à la première venue, mais les lui laisse, sans savoir pourquoi. Elle, toujours appuyée contre sa voiture. Il la regarde, furieux. « Bouge de là, t’auras qu’à faire du stop. » Puis il la contourne encore une fois et va prendre place au volant de sa voiture, faisant démarrer sa voiture en attendant qu’elle se bouge.  
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Dim 26 Jan - 20:28

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Elle se dit parfois qu'elle aurait mieux fait d'entrer dans le moule, de se faire sage et d'épouser à vingt-cinq ans un homme beau, riche, qui lui aurait fait deux enfants, un garçon et une fille, et avec qui elle aurait vieilli. Elle aurait été femme au foyer, mère formidable et épouse modèle, elle aurait été heureuse. Enfin, peut-être. Et si elle ne l'avait pas été, elle l'aurait quitté, aurait pris ses enfants un week-end sur deux et dix kilos en plus, acquis lentement, au fur et à mesure des années. Elle n'aurait sûrement pas rencontré d'autre homme après son divorce et aurait toisé avec mépris son ex mari se pavanant au bras d'une nouvelle femme, plus jeune et plus belle. Avec mépris, mais aussi avec une pointe d'envie, puisque la belle aurait au cou une rivière de diamants tandis qu'elle aurait été contrainte de revendre son alliance pour espérer boucler le mois. Elle aurait pu être cette femme. Mais elle avait préféré s'affranchir de tout cela et vivre libre, s'offrir sa rivière de diamants si elle en avait envie, et regarder les enfants des autres aller de maison luxueuse en appartement un peu moins luxueux. Et elle s'enfermait dans son imposante maison.

Elle n'aurait jamais imaginé vivre vingt ans de vie commune en un mois de temps, les gosses en moins. Avec Alistair, ils avaient tout fait, la colère, les disputes, les rires, les larmes parfois, l'amour, la passion, le désir, la douleur et l'espoir. Aujourd'hui, elle avait mal, mal comme jamais, même lorsqu'elle avait compris que son père ne reviendrait pas, à 8 ans. Bien sûr, il y avait longtemps qu'elle n'espérait plus revoir l'homme à qui elle devait la vie, mais elle avait au moins escompté qu'avec Alistair, elle trouverait un homme à l'opposé de son père, capable de lui donner l'illusion, une fois dans sa vie, d'un minimum de stabilité. Et voir Alistair regarder, après aussi peu de temps, une autre femme, ça la rendait dingue. Elle en venait à penser qu'elle n'arriverait jamais à établir une relation normale avec quelqu'un. Quand il la lâche, elle comprend qu'elle le perd. Il recule, s'éloigne, la fixe elle, puis quelque chose derrière elle. « Tu me traines ici, tu te refais une lingerie sur mon compte et tu m’envoies chier pour une pouffe mal fagotée ?! Très bien. » Elle le regarde se diriger vers le coffre, l'ouvre d'un geste brutal et sortir tous les sacs qu'il venait d'y entreposer. Il les lâche à ses pieds avec un regard éloquent. « Bouge de là, t’auras qu’à faire du stop. » Hébétée, elle le regarde monter en voiture et la faisant démarrer. Puis, elle saute sur ses pieds et vient se planter devant la portière, qu'elle ouvre à la volée. « Tu sais que c'est très insultant ? J'ai pas besoin de toi pour payer mes fringues, j'ai jamais eu besoin de toi et j'aurais jamais besoin de toi ! » Elle s'appuie sur le toit de la voiture et baisse les yeux, fixant les pieds d'Alistair. « C'est juste... Même pour jouer, je n'aime pas ces regards, ceux que tu lances aux filles plus jeunes. Je suis désolée, c'est au dessus de mes forces de supporter ça, c'est tout. » Elle lui jette un regard implorant, le suppliant de la comprendre et de lui pardonner.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Lun 27 Jan - 10:46

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Il se sent insulté, humilié. Clairement, il ne s’attendait pas à un revirement de situation pareil. Il ne voyait pas chez Quinn, un caractère vénal. Encore maintenant, il ne comprend pas. Quinn n’a pas besoin de ces stratagèmes. Mais c’est ainsi qu’il prend l’histoire. Ainsi Quinn le jette, sans aucune raison apparente et il faut qu’il en trouve une, d’une façon ou d’une autre. Et cette histoire de lingerie semble évidente. Ce qui le blesse, c’est qu’il n’est pas du genre à faire de cadeau, et qu’il a pris plaisir à offrir tous ces vêtements. Ce qu’il faisait avant par pur besoin de contrôle, il l’avait fait cette fois-ci par plaisir, il devait se l’avouer. Et c’est cela qui le blesse le plus. Le regard perdu sur le pare-brise, il attend qu’elle foute le camp, comme il devine qu’elle va faire. Sa mâchoire serrée et une main crispée sur le volant et l’autre pianotant sur le levier de vitesse, prêt à déguerpir au plus vite. Va-t’en. Il ne se le ferait pas dire deux fois. Son pied joue sur l’accélérateur, faisant vrombir le moteur. Un petit son qui lui arrache un léger sourire aux coins des lèvres.

Puis la portière s’ouvre à la volée sur une Quinn furieuse elle aussi et vexée. Tu sais que c'est très insultant ? J'ai pas besoin de toi pour payer mes fringues, j'ai jamais eu besoin de toi et j'aurais jamais besoin de toi ! Il lui lance un regard noir avant de regarder ailleurs, retenant sa langue pour ne pas en rajouter une couche. Qu’elle ne se comporte pas comme telle, et il ne pensera pas de la sorte. Tout simplement. Lui aussi était vexé de se faire jeter après une telle après-midi. De s’être fait plaisir à ses côtés pour se faire repousser sans raison réelle. Nonchalante, elle s’appuie conte la voiture et il lui glisse un regard en biais, toujours silencieux. C'est juste... Même pour jouer, je n'aime pas ces regards, ceux que tu lances aux filles plus jeunes. Je suis désolée, c'est au-dessus de mes forces de supporter ça, c'est tout. Il soupire. Il lâche le levier de vitesse et coupe le moteur avant de regarder Quinn. « Il n’y a que toi que je regarde, Quinn… Que je regarde vraiment. » Il se tait, parce qu’il n’est pas très doué pour ce genre de confidences. Il cherche ses mots alors qu’il plonge son regard dans le sien. « Quinn, ne me jette pas comme un malpropre, surtout pas pour quelque chose d’aussi stupide. J’en ai rien à faire des femmes plus jeunes, je suis avec toi. » Il ne s’en sort pas très bien avec ce qu’il cherche à dire, il fronce les sourcils, gronde en son for intérieur. « Ce que j’essaye de dire c’est que… Je ne comprends pas en quoi tu te sens menacée par ces femmes. » Il la regarde, glisse son regard sur elle, bien plus éloquent que ses mots et termine par ses yeux. Deux immenses lacs bleus dans lesquels il s’est toujours noyé. « Tu les éclipses toutes. » C’est dit dans un murmure, presque inaudible. Comme si ça l’intimidait de l’avouer.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Lun 27 Jan - 21:00

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Ça tourne dans sa tête, ça tourne dans son esprit, et elle a le coeur au bord des lèvres. Elle se sent mal, alors qu'elle est en train de demander à Alistair de s'en aller. Elle se sent mal, dégoûtée, malade, comme si elle était en train de se couper un bras, une jambe. Comme si elle s'arrachait une part importante d'elle-même, une part d'elle qu'elle n'aurait pas conscience d'avoir jusqu'à maintenant; alors que cette part s'en allait, lui échappait. Et c'était de sa faute. Elle avait conscience d'être ridicule, ridicule à en mourir, mais elle n'arrivait pas à s'empêcher de voir les regards d'Alistair. Elle n'était pas jalouse d'ordinaire, mais aujourd'hui tout semblait aller de travers. Le jeu n'allait pas comme elle le désirait, son esprit voyait des regards là où il n'y en avait pas forcément. Elle devenait paranoïaque, elle devenait folle, elle avait mal et elle savait pourquoi, elle ne voulait juste pas mettre de mots dessus, pour ne pas voir à quel point sa situation était désespérée. A quel point elle était déjà dépendante d'Alistair. Dépendante d'eux.

Elle lâche un soupir de soulagement discret quand il coupe le moteur et se tourne pour la contempler. « Il n’y a que toi que je regarde, Quinn… Que je regarde vraiment. » Elle lève les yeux et plante son regard dans celui d'Alistair. Il a toute son attention. Elle reste silencieuse, scrute le visage de son compagnon, toujours installé derrière le volant de sa voiture de luxe. Il a raison, bien sûr, comme toujours. Elle se fait des films. Elle transpose à son histoire avec Alistair tout ce que lui a raconté sa grand-mère sur l'histoire de ses parents, sur les tromperies de son père, alors que sa mère était enceinte d'elle. Et non seulement elle transpose, mais elle applique. Mieux, elle s'applique, elle s'efforce de reproduire ce schéma qu'elle connaît par coeur. Femme bafouée, homme trompeur. Tout marche toujours ainsi, elle le sait. Elle le sait et pourtant elle refuse ce stéréotype. Elle veut croire Alistair quand il lui dit qu'il ne regarde personne d'autre. Elle veut le croire et elle le fait. Toujours. « Quinn, ne me jette pas comme un malpropre, surtout pas pour quelque chose d’aussi stupide. J’en ai rien à faire des femmes plus jeunes, je suis avec toi. » Elle se mord les lèvres. Bien sûr que c'est stupide. Bien sûr qu'elle ne devrait pas se monter la tête de cette façon. Elle ressemble à sa mère. Enfin, elle ressemble à la mère qu'elle fantasme, qu'elle s'imagine, quand elle prend le temps d'y réfléchir sérieusement. « Ce que j’essaye de dire c’est que… Je ne comprends pas en quoi tu te sens menacée par ces femmes. » Il lance à son corps un regard plus qu'éloquent et elle saisit l'allusion. C'est vrai, elle n'a jamais eu à rougir de son corps, même -et surtout- à l'adolescence. Elle n'a vraiment aucune raison de penser qu'Alistair puisse vouloir une autre femme qu'elle. « Tu les éclipses toutes. » C'est un murmure, elle manque presque de ne pas l'entendre. Mais elle tombe des nues. Ses jambes tremblent sous elle et elle tombe presque à genoux devant lui. Ses mains glissent du toit de la voiture et atterrissent sur la cuisse d'Alistair. Elle lève les yeux sur lui. « Je suis ridicule. Je flippe comme jamais et je ne contrôle rien de nous, absolument rien. C'est terriblement effrayant, je ne sais pas comment gérer. » Elle détourne le regard pour s'apercevoir que certaines personnes se sont regroupées pour les regarder avec une curiosité effarante. « S'il te plaît, rentrons... Je me couvre de ridicule, vraiment... Rentrons, Alistair... » Quinn se relève et lui lance un regard suppliant. « Rentrons... Et laisse-moi conduire, s'il te plaît, j'ai besoin de me concentrer sur quelque chose... »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Mar 28 Jan - 20:54

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Elle s’écroule la belle. Quatre petits mots qu’il ne s’attendait pas lui-même à dire et elle chancelle. D’instinct, il tend son bras pour la secourir, l’attrapant au bras, l’empêchant d’heurter le sol. Poupée de porcelaine, Quinn, derrière ses grands airs. Il est tellement surpris, Alistair. Ne s’attendant pas à un revirement de situation pareil. Il est touché par ce que ces quelques mots ont eu d’effets sur elle. Touché et effrayé quelque part. Une habitude qu’il n’a pas. Il observe Quinn, ses grands yeux surpris, des lacs immenses, tombant des nues, presque à genoux devant lui. L’instant est presque dramatique. Les gens autour s’arrêtent, y a-t-il quelque chose à observer ? Un homme aux allures sévères, interdit, une voiture luxueuse, une femme – beauté divine –, presqu’à genoux devant la portière ouverte et ces sacs balancés là à leurs pieds. Sans avoir écouté la dispute, quelque chose s’est passé, un bout d’histoire. Les gens et leur curiosité mal placée s’arrêtent et observent le couple qui se regarde en silence. Son autre main vient se poser sur celle mise sur sa cuisse, et elle reprend vie la poupée. La porcelaine se brise, le visage prend vie et des mots s’échappent en panique de sa bouche. Je ne contrôle rien de nous, absolument rien. […] Il n’y a que ça qu’il retient, il est sans voix.

Alors elle se rend compte du public. Les parasites qui se demandent s’il est assez ingrat pour la laisser dans cet état. Il se fichait de leur opinion, il n’avait d’yeux que pour elle en cet instant. S'il te plaît, rentrons... Je me couvre de ridicule, vraiment... Rentrons, Alistair... Alors il réagit, il sort de la voiture et l’aide à se redresser quand il entend la détresse dans sa voix. Quinn perd vingt ans, petit enfant fragile. Et c’est une autre fibre qu’il cache au monde qui se réveille. Il glisse un bras autour de sa taille pour la soutenir, lui permettant de s’appuyer contre lui sans en avoir l’air. « On va rentrer. » Elle lui lance un regard suppliant. Rentrons... Et laisse-moi conduire, s'il te plaît, j'ai besoin de me concentrer sur quelque chose... Il se crispe légèrement, par simple réflexe. Il n’a jamais laissé personne conduire sa voiture. Pourtant, ainsi plongé dans son regard, il se sent déjà céder. Contre son gré, il cède à ce regard et ça l’agace. En même temps, il est encore inquiet de ce qu’il vient de voir. Pas dans son état normal, non. Il caresse sa joue, puis s’empare de ses lèvres, comme un besoin. Comme pour se rassurer lui-même. Et ce baiser, en plus de les rapprocher, semble faire partir les curieux, ennuyés de ne pas assister à une fin tragique comme ils les aiment. Rapaces. Puis il s’écarte un peu d’elle et lui donne les clés de la voiture. « Prudente, je n’aimerai pas qu’elle soit rayée » Il a un petit sourire, comme si tout ce qu’il s’était passé ne voulait rien dire. Plus facile que de faire face. Puis doucement, de peur qu’elle ne tombe encore ou qu’elle ne se brise, il la libère. Il ramasse les sacs, balançant un regard sévère alentours pour les derniers curieux. Puis les replace dans le coffre avant de prendre la place du passager. Visiblement pas sa place préférée, non. « Quinn, tu es sûre que ça va aller pour conduire ? Tu as l’air … bouleversée ? » Il se permet ces mots que quand les deux portières sont fermées, à l’abri des oreilles indiscrètes. Le regard qu’il pose sur elle est un peu inquiet, toujours hésitant sur l’attitude à avoir.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Jeu 30 Jan - 17:32

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Elle se sent misérable, idiote, à se traîner aux pieds d'un homme qu'elle ne connaissait pas il y a un mois de cela. Elle a l'impression de ressembler aux filles qu'elle voyait lorsqu'elle avait vingt ans, qui hurlaient à la mort dans leur chambre universitaire, pleuraient toutes les larmes de leur corps pour un garçon qu'elles ne reverraient plus jamais et qu'elles s'imaginaient tout de même être l'homme de leur vie. Quinn n'avait jamais été de ces filles là. Indépendante et revendiquant haut et fort cette liberté, elle ne sortait avec personne -ne s'enchaînait pas, comme elle disait. Elle se concentrait uniquement sur ses études, s'offrait quelques week-end aux quatre coins du pays pour faire la fête, s'envoyait en l'air trois ou quatre soirs par semaine. Mais s'enchaîner, jamais. Ça n'était pas pour elle. Elle ne voulait pas ressembler à ses parents. Elle avait trop souffert de leur exemple -malgré la mort de sa mère à sa naissance- pour tolérer de le reproduire. Et l'image de sa grand-mère, veuve très tôt et femme indépendante qui ne s'était jamais remariée, achevant seule l'éducation de sa fille unique, la mère de Quinn, était trop imprimée dans son esprit pour qu'elle puisse concevoir un autre mode de vie. Aussi était-il très curieux pour elle de se retrouver en couple, ou tout du moins quelque chose qui s'en approchait, pour la première fois, et ce à 37 ans.

Il quitte la voiture et se dresse à ses côtés, passant un bras autour de sa taille et la soutenant, l'air de rien. Elle le remercie d'un regard, s'appuie légèrement sur lui, gênée de paraître si faible, d'avoir besoin de lui de la sorte. Cette situation ne lui plaît pas. Elle n'aime pas avoir besoin des autres, elle qui a toujours été seule. Se servir des gens comme d'une béquille, c'est nouveau pour elle, malgré la bonne volonté et l'envie de l'aider de son entourage. Elle le supplie de rentrer, de la laisser conduire, et il la regarde de travers. Comme si elle était folle. Elle, au volant de la Jaguar rutilante d'Alistair ? Elle croit presque un instant qu'il ne va pas lui laisser les clés. Puis elle voit dans son regard qu'il cède, qu'il va la laisser faire et pour une fois, se laisser conduire. Sa main se lève et vient caresser la joue de Quinn, avant d'attirer ses lèvres contre les siennes. Elle se coule dans le baiser, qui la rassure. Lorsqu'il la laisse partir, elle s'aperçoit que de nombreux curieux sont partis, déçus de la tournure des choses. Ils devaient espérer un couple qui se déchire, s'étripe sur le parking du salon de l'érotisme, au lieu de ça, une femme s'effondre, soutenue par son homme. Faible femme. Elle déteste cette image. Elle n'est pas comme ça, elle. Quand Alistair s'écarte, elle passe rapidement une main dans ses cheveux pour remettre en forme sa coiffure. Fière, elle l'est. Elle tire sur son chemisier d'un air strict, survolant d'un regard arrogant les derniers observateurs de la scène. « , je n’aimerai pas qu’elle soit rayée. » Quinn se tourne vers lui, lui adresse un petit sourire amusé, au travers duquel perce tout de même le désespoir qui l'a envahie il y a quelques instants. Elle tend une main et recueille les clés qu'il lui donne. « Ne t'inquiètes pas pour ta voiture. Tu comprendras quand tu verras Maximus, mais j'aime les belles mécaniques et je suis soigneuse avec elles. » En s'installant derrière le volant de la Jaguar, elle eu un petit sourire en pensant à la Ferrari blanche qui dormait dans le garage de sa maison. A travers les rétros, elle observe Alistair récupérer les sacs et venir les replacer dans le coffre, tout en mettant en route le moteur. Il vient rapidement la rejoindre et s'installe côté passager. Une fois isolés dans l'habitacle luxueux de la voiture, il se tourne vers elle, le regard chargé d'inquiétude. « Quinn, tu es sûre que ça va aller pour conduire ? Tu as l’air … bouleversée ? » Elle se mord la lèvre et évite de le regarder, préférant mettre en branle la voiture et se concentrer sur la façon de sortir du parking, avant de s'engager dans la circulation. Elle fini, après un moment de silence, par jeter un coup d'oeil à Alistair. « Je suis bouleversée, oui, dans mes convictions. » Elle avale sa salive, accélère et double une file de voitures. « Tu dois comprendre que pour moi, tu es comme un premier petit ami, pas le dernier en date d'une longue liste d'hommes que j'aurais constituée depuis vingt ans. Je n'ai jamais été en couple avant toi, si tant est qu'on puisse se considérer comme un couple, toi et moi. Je ne connais rien à tout ça, et toi, tu débarques, tu me fais voir d'autres choses. C'est paniquant, tu n'imagines pas. »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Ven 31 Jan - 8:57

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Automatiquement, il se tourne vers la route et place ses pieds sur le plancher comme si les pédales se trouvaient là. Il n’est pas habitué à ne pas conduire, surtout pas sa propre voiture. Il ne peut s’empêcher de pianoter sur l’accoudoir, une quelconque mélodie nerveuse, à défaut d’avoir un volant à diriger, le regard fixé sur la circulation à la recherche d’un chemin à suivre. Mais Quinn fait déjà tout ça. Il tente de se détendre alors qu’il doit avouer qu’elle sait conduire. Sa voiture, sa conduite. Situation étrange pour lui, de ce fait. Mais la figure de sa belle quelques instants plutôt avait fini par l’acheter. Voyons, Alistair. Dans une autre circonstance, il se traiterait de débutant. Mais il sent que la situation est plus sérieuse que ça. Qu’elle ne joue pas. Il y a des limites qu’elle-même ne franchit pas dans ses petits manèges, avec le temps, il a fini par comprendre, même si le jeu ne cesse de le surprendre – de l’agacer aussi. Ils ne sont plus des enfants. Pourtant parfois, avec Quinn, il perd dix, vingt ans. Et ça ne lui déplait pas. Je suis bouleversée, oui, dans mes convictions.

La situation est vraiment sérieuse, il l’avait pressenti. Il ne sait pas s’il est à l’aise avec ça ou non. Sans doute pas. Le sérieux ne devait pas trop entrer en compte entre eux. Mais arrêtons de se mentir. Un mois passé ensemble, ce n’est plus une aventure sans lendemain. Ou alors, une aventure à répétition. Quelque chose s’installe entre eux depuis quelques temps, sans que vraiment l’un d’eux ne l’ait vraiment décidé. C’est vrai, aujourd’hui, il lui a acheté de la lingerie. Demain, un restau’ ? Il cesse un instant de pianoter, avant de reprendre le tempo. Tu dois comprendre que pour moi, tu es comme un premier petit ami, Il tourne la tête vers elle, un peu surpris. Je n'ai jamais été en couple avant toi, si tant est qu'on puisse se considérer comme un couple, toi et moi. Il regarde la route à nouveau, pensif. Sans doute. Quelque chose comme ça. Ils ne se sont pas promis l’exclusivité, ni l’amour. Mais ils sont ensemble et il ne voit personne d’autre à part elle pour le moment. Un mois qu’il refuse les sorties de son frère parce qu’il est avec quelqu’un. Si, ils sont en couple quelque part. Je ne connais rien à tout ça, et toi, tu débarques, tu me fais voir d'autres choses. C'est paniquant, tu n'imagines pas. Il est toujours dans ses pensées alors que le silence s’installe à nouveau dans l’habitacle. Il pense à Grâce, à ce que c’était de vivre avec elle. Au début. L’envie de se poser, de fonder une famille. Mais c’était l’aura de Grâce qui provoquait ça. Avec Quinn, c’est autre chose, moins solennel. Moins pressant. Moins nécessaire que de s’installer et fonder une famille. Est-ce moins important pour autant ? Il ne formule pas la réponse. Grâce au final, n’était que de la poudre aux yeux. Ce mode de vie ne lui convenait pas. En revanche, ce qu’il vit avec Quinn. « J’ai déjà été en couple, ado’, une fois, mais ça ne compte pas. Mais aussi avant d’arriver à Phoenix, j’ai vécu trois ans avec une femme. L’appartement, le chat – elle n’aimait pas les chiens – presque la vie de famille et tout et tout » Il lance un sourire à Quinn, l’envie de voir si elle va se moquer de lui ou non. Après tout ce qu’il lui a montré de lui, l’imaginer en mari responsable, cela ne fait pas vraiment crédible. Pourtant c’est la vérité. Il prend un air un petit peu sérieux. « Je pense qu’on est devenu en quelque sorte un couple. La preuve, on vient d’avoir notre première sortie à deux… Ça change quelque chose pour toi ? » Être en couple n’est pas définitif, c’est une notion subjective. Ça ne les enferme pas dans quelque chose de déterminé, de clos. Litanie qu’il se répète pour ne pas être tenté d’arrêter là.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Ven 31 Jan - 12:59

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

Vulnérable faible petite fille, cesse tes cris, cesse tes larmes, Charlie, ils sont insupportables ! Allez, gamine, lâche-moi, je ne veux pas de toi dans ce bureau, je ne veux pas de toi tout court ! Vas-t-en ? Et si tu ne veux pas, c'est moi qui part ! Ah, c'est comme ça, tu continus de pleurer et de crier ? Très bien ! Regarde moi, regarde moi bien, parce que c'est la dernière fois que tu me vois ! Regarde Charlie, regarde, je m'en vais et c'est de ta faute ! Je ne voulais pas de toi, je n'ai jamais voulu de toi, c'est ta mère qui te voulait, et tu sais quoi, tu l'as tuée ! Mais peu importe, je ne voulais plus d'elle, je ne voulais pas de toi non plus. Je ne vous voulais pas toutes les deux, peste de ma vie. Arrête de pleurer, lâche mon pantalon ! Elizabeth, emmenez la, gardez la avec vous ou brûlez la, je n'en veux plus. Qu'elle reste avec vous. Stupide gamine, qui voudra de toi, avec tes larmes et tes cris ? Pas moi, en tout cas. Elizabeth, prenez la, ma fille, prenez la, elle n'est plus à moi.

Elle se sentait comme à l'âge de 7 ans, quand son père était parti en l'abandonnant à sa grand-mère. Elle se sentait perdue, noyée dans ses sentiments. Elle n'aime pas faire de confidences, dévoiler une facette de sa personnalité, ou laisser paraître sa faiblesse. Or, avouer son manque d'expérience, son trouble, est pour elle difficile. Même si Quinn sait qu'à force d'étouffer ses émotions, elle risque de tuer dans l’œuf le début de relation qui s'installe progressivement entre elle et Alistair, elle a toujours du mal à se livrer à l'homme assis à ses côtés. Elle lui jette de temps en temps un regard à la dérobé, observe son profil, le pli soucieux entre ses sourcils, qu'il ne semble pas avoir conscience de creuser à force de s'inquiéter pour eux. Puis elle fixe son regard sur la route, se concentre sur sa conduite. Ce n'est pas le moment de les envoyer dans le décor, alors qu'ils sont peut-être en train de parler vrai pour la première fois depuis le début de leur histoire. « J’ai déjà été en couple, ado’, une fois, mais ça ne compte pas. Mais aussi avant d’arriver à Phoenix, j’ai vécu trois ans avec une femme. L’appartement, le chat – elle n’aimait pas les chiens – presque la vie de famille et tout et tout » Elle profite d'un feu rouge pour se tourner vers lui et scruter son visage. Il a l'air sérieux malgré son sourire, un peu nostalgique peut-être, comme plongé dans les souvenirs d'une vie passée. « Que s'est-il passé ? » Elle est sérieuse elle aussi, bien que l'idée d'Alistair figé dans un appartement avec un chat se frottant à sa jambe, un bras passé autour de la taille d'une femme au visage flou la mette un peu mal à l'aise. Il ne répond pas tout de suite, se concentre sur eux. « Je pense qu’on est devenu en quelque sorte un couple. La preuve, on vient d’avoir notre première sortie à deux… Ça change quelque chose pour toi ? » Le feu passe au vert et elle redémarre, bénéficiant de ce répit pour réfléchir à sa réponse. Est-ce que cette sortie influence sa vision de leur histoire ? « On ne défini pas un couple en fonction de ce qu'il fait, non ? Un couple, c'est deux personnes qui vivent ensemble, avec des sentiments. Enfin, je crois. » Elle est en fait convaincue de ce qu'elle avance, et c'est pour cette raison que ses parents n'ont jamais été un couple pour elle, puisqu'au bout du compte, seule sa mère aimait. Quinn fixe à nouveau son attention sur la route pour les derniers kilomètres et arrête la voiture devant la sortie de garage de son imposante maison. Elle se tourne vers Alistair et saisi sa main, nouant leurs doigts ensemble. Elle se penche pour l'embrasser tendrement et lorsqu'elle se redresse, elle a un léger sourire. « Tu vois, ta voiture n'a rien... »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Ven 31 Jan - 14:52

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Pendant un temps, la vie à deux avait semblée plaisante à l’esprit d’Alistair. L’amour dure trois ans. Quelque chose comme ça. Il avait pris goût à toujours voir son visage au réveil, le même en allant se coucher, en revenant du travail. Le sérieux qui allait avec, l’insouciance de certains moments, les compromis, les disputes et puis le reste. Grâce était une personne avec qui l’on vit, avec qui on s’installer, on reste. Mais Alistair ne voulait pas de mariage, tout comme il ne voulait pas changer de métier parce que madame trouvait cela beaucoup trop risqué. Grâce n’avait jamais compris ce goût du risque. L’homme lui-même ne se l’expliquait pas. Mais l’en priver, c’est perdre peu à peu son estime. Mais la virulence de l’ultimatum prit vie à la grossesse de Grâce qui se servit du bébé pour le faire changer de carrière. Et c’en fut assez. Assez pour désaimer. Faire semblant pour la belle famille, préparer les plans pour après la naissance, la garde partagée, et puis tout ça. Au final, il aura eu l’entièreté des responsabilités, et n’aura pas eu le courage d’avouer que Grâce et lui, c’était fini bien avant Rosalie. Inutile.

On ne défini pas un couple en fonction de ce qu'il fait, non ? Un couple, c'est deux personnes qui vivent ensemble, avec des sentiments. Enfin, je crois. Elle le sort de ses pensées, la douce. Elle est convaincue. Il sourit, en même temps, il se demande ce qui lui faire penser ainsi. Quinn aussi semble loin dans ses souvenirs, prisonnière alors que son regard se fixe sur la route pour y échapper. Bientôt le manoir Saint-Germain se dessine et le moteur s’arrête. La belle se tourne vers lui, cherche sa main et noue leurs doigts ensemble avant de l’embrasser. Tendre le baiser. Il sourit. « C’est à moi d’en juger » Mais il ne sort pas, il ne libère pas Quinn non plus, profitant de cette intimité entre eux. C’est important, du moins, il en a l’impression. « Il me semble que ça » Il désigne leurs doigts enlacés. « C’est tendre, tout comme le baiser que tu viens de m’offrir. C’est un sentiment. Je suis bien avec toi, comme ça. C’en est un aussi. Nous avons eu notre première sortie, on s’est tenu la main, on s’est embrassé en public, on s’est disputé en public aussi. C’est ce qui s’appelle un couple. Vivre ensemble … C’est … autre chose, c’est comme le mariage, c’est un engagement. Plus fermé, plus contraignant. » Il se penche vers elle, l’embrasse. « Nous sommes un couple, Quinn, mais nous ne vivons pas ensemble. » Ce n’était pas une invitation. Mais il n’était pas d’accord sur sa définition du couple. Puis il se rassied sur son siège, libère sa main, hésitant à répondre à sa première question. « On s’est quitté … On ne s’accordait pas, tout simplement. Et puis… » Et puis elle est morte. Il hausse les épaules, restant vague l’air de dire qu’ainsi va la vie. Ce qui est vrai après tout. La mort de Grâce avait été douloureuse, au début. Mais il ne se considère pas comme vivant dans son souvenir. Il n’aimait plus Grâce, il ne cherchera jamais à la remplacer. Puis il sort de la voiture, ne pouvant s’empêcher un coup d’œil sur la carrosserie alors qu’il sait pertinemment qu’elle n’a rien effleuré. Puis il va ouvrir le coffre où il l’attend pour décharger. « Besoin d’aide pour tout ça ? » Son regard brille à nouveau à l’idée qu’ils sont enfin rentrés, enfin seuls, chez elle, avec une panoplie de lingerie encore neufs du jour même.  
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 66
◭ arrivé(e) le : 18/01/2014

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Ven 31 Jan - 22:18

My smiles, my laughter, my tears, my hopes
and my fears, all is yours.
quinn ∞ alistair

A vrai dire, elle n'avait jamais réellement réfléchi à une définition claire et précise du couple tel qu'elle le voyait. Elle n'avait jamais vécu en couple, n'avait jamais côtoyé de couple, hormis de loin. Elle avait bien vu les étudiants de la fac, elle avait vu Lon et Alix, elle avait vu Lawrence et Iseult, mais rien de tout cela ne l'incitait à rechercher ce graal que tout le monde semblait vouloir à tout prix : le bonheur conjugal. De plus, le visage fatigué de sa mère sur les quelques photos qu'elle avait pu voir d'elle avant et pendant sa grossesse la dissuadait encore plus de se mettre en quête d'un homme. Et c'est quand elle ne cherchait pas qu'elle avait trouvé. Alistair. Vingt ans qu'elle était convaincue de finir comme sa grand-mère, seule mais libre dans sa grande maison, et voilà qu'il se moquait d'elle dans ce bar luxueux. Il avait continué chez Lon et Alix, et elle avait cru qu'elle n'avait jamais autant détesté quelqu'un, jusqu'à ce qu'il la prenne, un peu plus tard dans la soirée. Depuis, l'un comme l'autre semblait perdu, tant dans leurs convictions que par la nouveauté que représentait l'autre.

Comment avait-elle pu délirer à ce point ? Comment avait-elle pu voir dans le jeu du regard d'Alistair autre chose que ce que c'était, un banal jeu, en réponse au sien ? Comment pouvait-elle douter de lui, alors qu'il ne demandait qu'à lui faire plaisir, qu'à lui plaire, tous les jours qu'ils passaient ensemble. Le seul baiser qu'ils échangent devrait être une preuve suffisante. Il n'est pas empreint de violence, ou de colère. Non. Il est la tendresse même. Parce que c'est ce qu'elle ressent pour lui, pour Alistair. La tendresse, et le désir violent de rester à ses côtés, quoi qu'il en coûte. Lorsqu'il montre leurs doigts noués, elle reste fascinée par cette image. « Il me semble que ça, c’est tendre, tout comme le baiser que tu viens de m’offrir. C’est un sentiment. Je suis bien avec toi, comme ça. C’en est un aussi. Nous avons eu notre première sortie, on s’est tenu la main, on s’est embrassé en public, on s’est disputé en public aussi. C’est ce qui s’appelle un couple. Vivre ensemble … C’est … autre chose, c’est comme le mariage, c’est un engagement. Plus fermé, plus contraignant. » Elle lève les yeux sur lui. Encore une fois, il a l'air perdu dans ses souvenirs, comme s'il avait déjà vécu la situation qu'il décrit. Il se penche pour l'embrasser et la main libre de Quinn vient trouver la joue d'Alistair. « Nous sommes un couple, Quinn, mais nous ne vivons pas ensemble. » Elle hoche la tête, cherche le regard d'Alistair, se perd dans ses yeux bruns. Il a raison, ils ne vivent pas ensemble et c'est sûrement la principale différence entre eux et les autres couples que leur âge. Et elle n'est pas prête à faire de la place chez elle, ou même à quitter la demeure laissée par sa grand-mère. Elle baisse une nouvelle fois les yeux et écoute sa réponse à sa question initiale. Elle n'insiste pas, elle devine au ton de sa voix qu'il ne veut pas s'étendre, pas aujourd'hui. Il fini par lâcher sa main et sort de la voiture. Amusée, elle le regarde faire le tour de la voiture et aller ouvrir le coffre. Elle quitte à son tour la voiture et le rejoint, appuyée contre la carrosserie, les bras croisés. « Besoin d’aide pour tout ça ? » Elle dit oui et s'empare de la moitié des sacs, lui laissant le reste. Au regard qu'il lui lance, elle devine qu'il s'intéresse à nouveau au contenu de ces sacs. Sans tarder, elle rentre chez elle, Alistair sur ses talons. Lorsqu'ils sont enfin dans la maison, elle jette les clés de la voiture dans la coupe à l'entrée et pose les sacs au sol. Elle se tourne vers Alistair et s'adosse à la porte, lui lançant un regard timide, contre-balancé par le sourire carnassier qui s'étire sur ses lèvres. « Bon, maintenant qu'on est rentrés, qu'est-ce qu'on fait ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 257
◭ arrivé(e) le : 27/12/2013

MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   Sam 1 Fév - 13:51

My heartbeat's at its peak, when you're
coming up to speak.
quinn ∞ alistair

Lascive. Appuyée contre la porte, un sourire aguicheur aux lèvres contrasté par un faux regard timide. Timide n’est pas Quinn. Non, Quinn est femme, belle, assurée, séductrice, sensuelle, charmeuse. Timide, non. C’est du jeu, timide. Un éclat assombri son regard alors qu’il oublie les précédentes confessions du jour. Peu importe en réalité ce qu’ils sont. Ils sont eux, un tout. Un ensemble, une union pour un temps plus ou moins indéterminé. Les promesses d’amour et d’engagement laissées aux ingénus, le mariage aux aliénés. Il n’ignore pas les secrets qu’il lui cache. Il ne sait juste pas s’il est nécessaire d’en aborder le sujet un jour. Où vont-ils en effet, sans promesses, sans serment ? Pourquoi compliquer les choses en l’impliquant dans la vie d’une enfant qui ne voit son monde que comme un exemple de stabilité. Alistair et Quinn sont bien ainsi, il le pense sincèrement. Dévoiler la raison de son refus à l’inviter chez lui, ce serait comme la pousser à s’impliquer. Il ne veut pas de ça. Pas de contraintes, pas d’obligations, pas d’implications. Un semblant de liberté ? Finalement qui est l’ingénu.

Bon, maintenant qu'on est rentrés, qu'est-ce qu'on fait ? Posant également les sacs sur le sol, il s’approche d’elle à pas glissant, une main trouva sa hanche, la cambrant un peu alors qu’il colle son bassin contre le sien. Il caresse sa joue, l’arête de sa mâchoire, la ligne de son cou et s’arrête quand son décolleté l’empêche d’aller plus loin. « J’ai une petite idée. » Il se penche, encore, effleure ses lèvres. Sourit. Il glisse dans son cou, mordille le lobe de son oreille en se pressant un peu plus contre ses hanches. « Je vais te faire payer de m’avoir fait passer pour gay » susurre-t-il ensuite. Et tranquillement, il revient plonger son regard le sien, lui assurant la promesse qu’il venait de faire. Puis désireux, il fond sur ses lèvres, lui offrant passion et désir qu’il a pour elle. Il prolonge, insiste. Il se presse contre elle, la force à écarter les jambes, plaque sa main contre la vieille porte, nouant leurs doigts, se laissant même aller à un grondement rauque alors que leurs souffles s’emmêlent et que leurs corps s’accordent ensemble. Puis alors seulement, quand il juge qu’elle cède assez, il s’éloigne, avant de perdre complètement sa chemise, les cheveux en bataille et le regard toujours voilé de désir. Il est fier, le bougre.  Il s’appuie sur la porte d’une main, il sourit, aguicheur. « Fais-moi le plaisir d’essayer tous ces vêtements avant… » A ce jeu-là, il savait qu’il était bon. Il sait qu’il peut faire mieux. Comme titiller son désir à chaque nouvelle tenue, et la renvoyer pour voir la suivante. Et ainsi de suite. Elle va détester. Il va adorer. Devant son air déconfit en se rappelant le nombre de lingerie achetée, il rit et lui vole un baiser. « Rejoins-moi. » Avant de s’emparer de quelques sacs et de disparaitre tranquillement  à l’étage.  
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (quinnistair) lascive. (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

(quinnistair) lascive. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Challenge Architecture extérieure - Tony.3ds /// SketchUp - Artlantis - Photoshop
» récupérer l'info " lecture terminée" avec le plugin VLC ?
» [Terminé] Ashampoo : 5 logiciels gratuits
» Living Well/Tylénol Terminé
» Tester Sunlight bouteille de 946ml gratuite-TERMINÉ-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
carried by love. ::  :: heropolis : erotic fairs.-