AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 kennon + we're more than just friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



◭ messages : 39
◭ arrivé(e) le : 19/01/2014

MessageSujet: kennon + we're more than just friends   Sam 25 Jan - 21:11

Ceci allait être une bonne soirée. Lennon le savait, le sentait. Il était peut-être un cartésien, ne croyant ni en la religion ou à tout art mystique, mais il faisait confiance en son instinct, son sixième sens. Cela l’avait souvent aidé lors de ses études, et même lors de son métier, lui permettant de flairer les bons et les mauvais clients. Pourtant, lorsqu’il rentre chez lui, il ne change rien à son rituel habituel. Il dépose le paquet de dossiers qu’il a ramené de son cabinet sur la petite console à côté du canapé, pend son long trench-coat au porte-manteau, desserre sa cravate, envoie valser ses chaussures dans un coin de la pièce. Il aime profondément son métier – il le ramène même chez lui – mais c’est toujours un soulagement de faire tomber la veste de costume, de faire disparaitre l’étau de la cravate et de pouvoir marcher pieds nus – car ces stupides chaussures sont toujours aussi serrées. Il s’arrête un moment, dans l’encadrement de la porte de la cuisine. Le silence l’oppresse. Dix ans de vie commune, avec une femme et un enfant, cela marque. Et même après toutes ces années de célibataire, il ne parvient pas à s’habituer au silence, à la solitude qui l’envahit lorsqu’il rentre dans son appartement vide de toute vie. Il est dans l’âge où tout le monde a sa famille, ou au moins quelqu’un partageant leur vie. Lui, il est simplement seul. Son ex-femme ne veut plus le voir, son fils le déteste et la seule personne qui réchauffe ses draps, c’est lui – ou parfois un mec rencontré dans un bar quand la pression est trop forte. Ce soir pourtant, il refuse de s’attarder sur cela. Ceci va être une bonne soirée, il le sait. Et pour confirmer cela, il attrape son violon, se poste près de la fenêtre, et se met à jouer. Il ne fait pas de mélodie précise, juste ce qui lui vient à l’esprit, ce qu’il souhaite extérioriser. C’est un bon moyen de décompresser, la musique. Pour lui du moins. Mieux que le sexe. Il ferme et laisse les notes de musiques exprimer son ressenti. Il laisse échapper le stress de sa journée, dans un rythme effréné, arrachant quelques notes aigües à l’instrument. Puis il finit par se calmer et la mélodie se fait plus lente, plus mélancolique. Son corps vibre en même temps que les cordes et cela fait un bien fou, de se laisser aller ainsi. Il papillonne un moment des paupières, jouant un de ces rythmes mécaniques qu’il a dans la peau, et examine la rue, posant un regard fatigué sur les passants. Parfois, il a l’impression d’être entouré de poissons rouges. Ils sont tous là, nageant à la même vitesse, sans conviction, sans vie intéressante, sans potentiel. Cela le fatigue horriblement. Il est sur le point de refermer les yeux, laissant la musique l’emporter, lorsqu’il reconnaît la silhouette d’un des passants. Il sursaute légèrement et sa mélodie chante, accélérant sans même qu’il ne s’en rende compte. Un léger sourire s’étire sur ses lèvres en voyant Kit s’approcher de sa demeure et il se laisse à nouveau porter par la musique, mais cette fois-ci, ce n’est ni le stress ou sa solitude qu’il fait ressortir. C’est juste… Kit. Tout ce qu’il lui fait ressentir, tout ce qui se trame dans sa tête et qu’il ne peut pas exprimer par des mots ou des gestes. Il laisse la musique exprimer tout cela, comme à chaque fois.

Il joue toujours lorsqu’on frappe à la porte et il fait une pause dans ses mouvements, le temps de parler. « C’est ouvert ! » C’est une mauvaise habitude, il le sait, mais on ne risque pas de le changer maintenant. Il reprend sa mélodie, sachant que Kit ne s’offusquera pas de son manque d’attention à son égard. Sa musique, cela fait partie des choses vitales pour lui. Il ne cesse jamais de jouer s’il ressent encore le besoin d’extérioriser certaines choses. Seulement, avec Kit dans les parages, il risque de continuer à jouer pour un bon petit moment. Il se promet d’arrêter dans cinq minutes, et il se perd dans les notes, les mouvements fluides de son bras, la vibration de l’instrument. Distraitement, il écoute les bruits que fait le jeune homme et il en conclut qu’il doit s’affairer dans la cuisine, ou quelque chose du genre. Cela fait très domestique, quand il y repense. Il pourrait s’y habituer, à ce genre de soirées. Il ne devrait certainement pas. Il ne sait pas, alors il préfère laisser tomber. Il verra bien.


Dernière édition par Lennon A. Hodgkins le Mar 28 Jan - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 26
◭ arrivé(e) le : 16/01/2014

MessageSujet: Re: kennon + we're more than just friends   Sam 25 Jan - 22:09

you'll be the one, make me hurt, make me come make me feel like i'm real and alive


La journée avait été longue. Très longue. Kit avait eu la chance de travailler sur un important défilé, ce qui était très bon pour son compte en banque mais beaucoup moins pour ses nerfs. C'est bien connu, le monde de la mode est cruel ; entre les mannequins qui ne cessent de se plaindre et ses « collègues » essayant à tout prix de se faire remarquer par le créateur et faisant donc tous les coups possibles pour se rabaisser les uns les autres, ça avait été dur. Désagréable. Interminable. Mais malgré tout l'anglais aimait son métier et ne changerait pour rien au monde. C'était son truc, ça le passionnait, l'excitait, le fascinait. Il ne voulait pas réellement monter en grade ; habilleur, c'était bien. Très bien. Costumier, c'était déjà beaucoup plus dur et ça demandait bien plus d'heures de travail. Non, Kit était bien où il était, il commençait à avoir un salaire confortable (en tout cas assez pour payer son loyer tous les mois et se faire plaisir à côté) et tout le monde était toujours satisfait de lui. Il comptait aller chez Lennon ce soir - comme quasiment tous les soirs depuis plusieurs semaines, oui - mais passa avant chez lui, histoire de se changer et de nourrir Rory. Et éventuellement prendre des nouvelles de Tate qu'il ne voyait plus vraiment ces derniers temps. Quand il entra dans leur petit appartement, il comprit de suite qu'il aurait mieux fait d'aller directement chez Lennon. « OH PUTAIN TATE. » Il se retourna aussi vite qu'il le put, allant jusqu'à mettre ses mains devant ses yeux. « Putain t'abuses mec. Sérieusement, t'as une chambre, on avait dit pas sur le canapé ! » Il entendit des pas jusqu'à la chambre de son abruti de colocataire, qui lui donna d'ailleurs une tape à l'épaule avant d'éclater de rire. « T'es plus jamais à l'appart, j'en profite moi. Et puis avoue qu'elle est bonne. » « Rhabille-toi. S'il te plait. » « Oh, rabat-joie ! » Quel petit con ! Faire ça. Sur leur canapé. Dégueulasse. « Dis, ça serait pas la fille de ton patron par hasard ? Putain qu'si, c'est elle. Oh nan. T'abuses. » Avant même d'entendre la réponse de son idiot de meilleur ami, il partit dans la salle de bain pour se faire un brin de toilette et se changer. « Kit ? Je suppose que tu ne restes pas là ce soir ? » « Tu supposes bien. » Il vit bien le rictus de Tate mais préféra ne rien dire, il savait très bien ce que son colocataire pensait. Il repensa à leur dernière conversation sur le sujet ; Tate s'inquiétait pour Kit, lui avait dit qu'il devait tenter sa chance parce que c'était vraiment bizarre, cette relation. Kit lui avait dit d'aller se faire voir et qu'il n'y avait absolument rien entre eux. Bah oui, bien sûr. Même lui n'y croyait pas. Il savait qu'il y avait quelque chose ; il ne savait pas encore vraiment quoi, mais c'était là, définitivement. « Bon, on se voit demain. » « Ouais, si tu l'dis. » Avant de fermer la porte de leur appartement, il entendit vaguement un « Bonne baise ! » et n'y porta même pas attention. Il avait l'habitude de ce genre de réflexion maintenant.

Quand il passa la porte d'entrée de Lennon, il prit quelques instants pour apprécier ce qu'il voyait et entendait. Bon Dieu, cet homme était absolument parfait. Il souffla un vague « Salut ! » avant d'entrer dans la cuisine. Il devait se calmer, vraiment, où il n'arriverait pas à passer la soirée sans faire il-ne-savait-quoi d'inconvenant. Il inspira un bon coup, remit sa tignasse en désordre et commença à fouiller dans les placards, histoire de voir ce qu'il pourrait faire à manger. « Des pâtes carbo ça te va ? J'suis crevé, j'ai pas vraiment la foi de faire un truc bien à manger ce soir. » Il était revenu dans le salon, une poêle à la main, se mordillant inconsciemment la lèvre inférieure. Foutue habitude qu'il avait prit quand il réfléchissait. « Sinon hum... on peut commander un truc. C'est comme tu veux. » Il n'en avait que faire de ce qu'ils allaient manger ; il voulait juste passer la soirée avec Lennon, sur le canapé, et éventuellement se torturer mentalement pour s'empêcher de violer l'avocat.
grow old with me, let us share what we see and oh the best it could be, just you and I


Dernière édition par Kit Fitzgerald le Mer 5 Fév - 12:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 39
◭ arrivé(e) le : 19/01/2014

MessageSujet: Re: kennon + we're more than just friends   Sam 25 Jan - 22:37

Le silence ne régna pas longtemps. A peine Lennon relâcha son violon que la voix de Kit résonnait dans l’appartement. Il se retourna, ouvrant la bouche pour répondre…. Et bugua légèrement. Il allait vraiment falloir que quelqu’un explique à ce gamin qu’il était bien trop mignon et sexy à la fois pour sa propre santé mentale. Sérieusement, il avait à la fois envie de le serrer contre lui et de lui caresser les cheveux mais aussi de le renverser sur le canapé et de… bref. Il cligna des yeux quelques fois, se forçant à reprendre ses esprits. « Je… hum… » Lui qui avait toujours de la répartie, il se trouvait totalement dépourvue de son don de paroles. Il se repassa la phrase de Kit dans sa tête, forçant son cerveau à faire une réponse correcte. « Pâtes. Des pâtes c’est bien. J’ai deux trois trucs à revoir pour un client alors… ouais des pâtes c’est bien. » Mon dieu, voilà qu’il radotait. Il savait qu’il se faisait vieux, mais quand même, il n’avait pas encore de cheveux blancs ! Il soupira légèrement, se passant une main sur le visage. Okay, il allait faire comme d’habitude et tout se passerait très bien. Il attrapa un des dossiers sur la petite table, se laissant tomber dans son canapé. Il espéra pouvoir se plonger dans son travail, mais les mots s’emmêlaient devant ses yeux et après avoir relu quinze fois la même phrase sans même la comprendre, il préféra abandonner. Apparemment, il ne pourrait pas se concentrer ce soir. Il remit le dossier à sa place, laissant sa tête retomber contre le dossier du canapé. Il tourna la tête vers Kit et un sourire naquit sur ses lèvres en le voyant évoluer ainsi, comme s’il était chez lui. Ce qui, d’un côté, n’était pas totalement faux. Il passait la plupart de ses soirées ici – si ce n’était pas pour dire toutes ses soirées – et Lennon n’allait pas s’en plaindre. Les soirs où il ne venait pas – et vraiment, cela ne devrait pas être une exception – il se plongeait dans ses dossiers des heures entières, grignotant à peine. Il devenait aigri, même. C’était une très mauvaise chose qu’il s’habitue ainsi à la présence du garçon, mais vraiment, il ne pouvait pas faire autrement.

Et puis, ils tournaient en rond tous les deux. Ils passaient leurs soirées ensemble, se jetaient ces regards qui voulaient tout dire mais ils ne faisaient rien. Lennon essayait de faire bouger les choses, vraiment, mais il avait toujours peur de mal interpréter les signes et de faire fuir Kit. Il le touchait plus que nécessaire, le complimentait, chargeait ses phrases de sous-entendus. Mais ça ne suffisait pas assez pour savoir s’il pouvait vraiment tenter quelque chose avec lui. Il préférait l’avoir en tant qu’ami que de le perdre vraiment. Il entendait son meilleur ami le pousser à faire quelque chose dans sa tête, comme à chaque fois qu’ils se voyaient. Mais ce n’était pas si simple que ça, malgré tout. Tout ceci lui prenait sincèrement la tête. Il préféra se redresser, rejoignant son cuisinier de fortune. « Tu veux de l’aide ? Promis, je ne brûle rien ! » Il ne cuisinait jamais car il était une catastrophe en cuisine. Et pour être honnête, il trouvait cela horriblement long et ennuyeux. La seule chose qu’il était capable de faire, c’était du thé – on est anglais ou on l’est pas. « Tu sais quoi ? On va manger devant la télé. » Il entreprit de dresser deux plateaux repas, histoire de s’occuper les mains. Sinon, elles allaient traîner à des endroits où elles ne devraient pas – et d’ailleurs il eut la présence d’esprit de faire glisser ses doigts le long du bas du dos de Kit et non pas la zone en dessous, ce qui aurait été vraiment inconvenant. « Comment c’est passé ta journée au fait ? Il n’y a pas encore eu de morts ? » Il savait comment pouvait être le monde de la mode et il se retrouvait souvent à se dire que Kit était bien trop gentil pour survivre parmi tous ces rapaces. Mais tant qu’aucun d’eux ne lui faisaient du mal, il ne dirait rien. Sinon, il en ferait une affaire personnelle.


Dernière édition par Lennon A. Hodgkins le Mar 28 Jan - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 26
◭ arrivé(e) le : 16/01/2014

MessageSujet: Re: kennon + we're more than just friends   Dim 26 Jan - 1:22

you'll be the one, make me hurt, make me come make me feel like i'm real and alive


Sa poêle à la main, il attendait patiemment la réponse de Lennon, qui ne tarda pas à arriver. « Je… hum… » Oui... mais encore ? Un léger sourire en coin apparut aux lèvres de Kit. Quand l'avocat ne trouvait plus ses mots, il trouvait ça toujours incroyablement adorable. Mais ça, il le gardait bien pour lui. « Pâtes. Des pâtes c’est bien. J’ai deux trois trucs à revoir pour un client alors… ouais des pâtes c’est bien. » Il ramenait encore du boulot chez lui, mon dieu. Kit savait bien que son travail lui prenait énormément de temps et que Lennon avait toujours l'habitude d'être à fond dans ses dossiers quand il avait un cas intéressant (il s'en voulait d'ailleurs un peu de toujours squatter chez lui et de l'empêcher de travailler, mais la culpabilité partait vite dès qu'il ouvrait la porte d'entrée et voyait son Lennon.) mais de là à ramener du travail chez lui alors qu'il bossait comme un dingue toute la journée. « Ton travail finira par te tuer. Sérieusement, prends une pause. » Il repartit vers la cuisine, sortit tout ce qu'il fallait des placards et du réfrigérateur, mit de l'eau dans une casserole et attendit patiemment qu'elle chauffe. Il entendit plus qu'il ne vit Lennon arriver dans la cuisine. Bon, il n'avait pas travaillé bien longtemps ce soir. « Déjà fini ? Et moi qui pensais que tu préférais être avec tes dossiers qu'avec moi, je suis étonné. » Il lui sourit affectueusement avant de retourner à sa casserole. Il préférait clairement que Lennon soit avec lui plutôt qu'à bosser dans le salon. « Tu veux de l’aide ? Promis, je ne brûle rien ! » « Oh non, s'il te plait ne touche à rien ! Je tiens à manger ce soir. » Et il ne disait pas ça entièrement sur le ton de la plaisanterie. Il tenait vraiment à manger quelque chose de comestible ce soir et préférait donc que Lennon ne touche à rien, n'ayant jamais vu quelqu'un d'aussi peu doué dans une cuisine que lui. « Parfois je me demande comment tu faisais pour te nourrir avant de me rencontrer et que je devienne ton cuistot attitré. » Il aimait lui rappeler à quel point il se nourrissait mal avant de rencontrer Kit. Après tout, cuisiner était une des seules choses utiles qu'il faisait pour lui, alors il faisait tout pour lui montrer qu'il avait un minimum besoin de lui. Oui, Kit voulait lui être indispensable et c'était loin d'être facile. « Tu sais quoi ? On va manger devant la télé. » Le plus jeune des deux sentit une main glisser en bas de son dos et se figea. Oh l'enfoiré. Bordel. Parfois, il se demandait si Lennon faisait exprès de le... frôler, toucher, effleurer, si régulièrement. A ce moment, il savait que oui. Il ne pouvait en être autrement. Cet enfoiré le touchait délibérément et putain, il aimait ça. Ça n'avait beau être que ça, un effleurement dans le dos, il adorait ça. Beaucoup trop. « Oui, occupe-toi des plateaux. » Kit essayait tant bien que mal de se concentrer sur les pâtes, mais il devait avouer que la tâche était loin d'être facile avec Lennon dans la même pièce. Lennon qui venait consciemment de lui toucher le dos. Comme ça. Sans raison particulière. « Comment c’est passé ta journée au fait ? Il n’y a pas encore eu de morts ? » Épuisante. Qu'est-ce qu'elle avait été épuisante. « C'était crevant et je pense que la fille qui bosse avec moi va finir par me tuer, mais le défilé va être magnifique, donc bon. » Il se retourna et s'arrêta net devant Lennon, lui lançant son regard le plus enjôleur. Puis il fixa ses lèvres quelques instants -dieu, qu'il avait envie d'y déposer les siennes- et revint à ses yeux. Il se rapprocha un peu plus et  commença à lever une main vers le -Ô si parfait- visage de Lennon mais se décala finalement vers la gauche et ouvrit le placard derrière l'avocat, y prenant un égouttoir pour les pâtes. « J'avais besoin de ça. » Il lui montra l'ustensile, un grand sourire aux lèvres. Ouais, Kit pouvait totalement être un petit con quand l'envie lui prenait. Mais il s'était senti obligé de le faire, comme une petite vengeance de cette foutue main dans le dos. Et encore, il avait été gentil.
grow old with me, let us share what we see and oh the best it could be, just you and I


Dernière édition par Kit Fitzgerald le Mer 5 Fév - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 39
◭ arrivé(e) le : 19/01/2014

MessageSujet: Re: kennon + we're more than just friends   Mar 28 Jan - 20:36

Lennon aimait son travail, sincèrement. Ses études de droit l’avaient absolument passionnée et il avait toujours été du genre à préférer passer du temps plongé dans des bouquins de lois au lieu de faire la fête avec ses amis. Cela venait sûrement du fait qu’il voulait rendre son père fier, et suivre ses traces était le bon moyen. Certes désormais, son père ne voulait plus entendre parler de lui car il ne parvenait pas à accepter le fait qu’il soit, en réalité, gay. Mais cela n’empêchait pas Lennon d’être passionné par ce qu’il faisait et de ne pas lâcher une affaire tant qu’il n’avait pas remporté le procès. Il était excellent dans son domaine, il le savait. Par conséquent, il vivait de façon très aisée et il était très prisé dans son domaine. Cela amenait souvent des affaires intéressantes et il prenait toujours un plaisir à trouver les failles du système. Il ne prenait que rarement des affaires comme cela de Kit. Il avait été une exception. Mais à l’instant même où il avait pénétré dans son bureau, il avait su qu’il devait trouver un moyen de le garder près de lui parce que bordel, c’était comme si le voir l’avait foudroyé sur place. Il avait terriblement bien fait, d’ailleurs. Vu où ils en étaient aujourd’hui, il ne risquait pas de regretter son choix.

« Déjà fini ? Et moi qui pensais que tu préférais être avec tes dossiers qu'avec moi, je suis étonné. » Un sourire en coin envahit le visage de Lennon en entendant sa remarque. Il savait bien que Kit le prenait pour un bourreau de travail, et il n’avait pas tout à fait tort. Mais il savait faire la part des choses et entre Kit et son boulot, il prenait toujours la première option.- et de toute manière, il était incapable de se concentrer lorsqu’il était dans les alentours. « Je préfère toujours être avec toi voyons. » Il propose son aide par simple politesse et la réponse de Kit le fait rire, car il a tout à fait raison. Lui et la cuisine, cela fait cinq. Voir plus. Il se perd un instant à admirer le jeune homme aux fourneaux, une longue lite d’adjectifs défilant dans sa tête et il est certain que ses yeux ont pris la forme de deux cœurs. Il doit avoir cet air rêveur sur le visage, et si Louis était là, il se foutrait sûrement de lui. « Parfois je me demande comment tu faisais pour te nourrir avant de me rencontrer et que je devienne ton cuistot attitré. »  « Il faut bien que tu me serves à quelque chose, voyons. » Il dit cela sur le ton de la plaisanterie bien entendu. Kit représente tellement de choses pour lui qu’une journée entière ne suffirait pas pour toutes les énumérer. Un rictus s’étale sur ses lèvres tandis qu’il laisse errer sa main sur le jeune homme. Il adore faire cela, en réalité. C’est comme un jeu pour lui, voir jusqu’où ils sont tous les deux capable d’aller pour se rendre dingue. Qui craquera en premier. « C'était crevant et je pense que la fille qui bosse avec moi va finir par me tuer, mais le défilé va être magnifique, donc bon. »  « Quel est la date déjà ? Je ne veux pas rater ça. » En réalité, il espère pouvoir y aller en tant que petit-ami officiel du jeune homme. Et faire son possessif et être très fier de son petit-ami et de l’embrasser devant tout le monde parce que ouais, ce gamin magnifique et talentueux est son copain. Il est jaloux et possessif, et peut-être même un peu vieux jeux, mais il ne peut simplement pas s’en empêcher.

Il a cependant fait l’erreur d’oublier que Kit sait très bien jouer à leur petit jeu, lui aussi. Pendant un moment, il pense vraiment qu’il va l’embrasser. La respiration du plus âgé se bloque un court moment pendant que la main de l’autre anglais se rapproche de lui et il attend… mais jamais rien ne vient et il hésite profondément entre frapper le garçon ou l’embrasser. « J'avais besoin de ça. » Bordel, c’est vraiment son démon personnel. « J’ai besoin d’autre chose moi… » Il marmonne pour lui-même avant de se reprendre, continuant comme si de rien était. Il s’appuie contre le comptoir central en attendant que Kit termine de préparer leur repas et il se permet de reluquer le jeune homme, un sourire appréciateur aux lèvres. Il s’approche silencieusement de lui, jusqu’à pouvoir glisser quelques mots à son oreille, une main aérienne reposant sur une des hanches de l’habilleur. «Tu devrais porter ce pantalon plus souvent tu sais. » Puis il s’éloigne de lui, semblant de rien, un sourire fier aux lèvres.  « Tu préfères du vin, du coca ou simplement de l’eau ? » C’est à son tour, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



◭ messages : 26
◭ arrivé(e) le : 16/01/2014

MessageSujet: Re: kennon + we're more than just friends   Mer 5 Fév - 16:48

you'll be the one, make me hurt, make me come make me feel like i'm real and alive


« Quel est la date déjà ? Je ne veux pas rater ça. » Huit jours. Kit n'avait que huit petits jours pour faire craquer Lennon. Parce que oui, il était hors de question que l'avocat aille au défilé sans être officiellement sien. Cette connasse de Lyne allait être encore plus jalouse de lui quand elle verra qu'en plus de travailler bien mieux qu'elle sur le défilé, il avait un petit-ami parfait. Et puis, il voulait pouvoir l'emmener dans les coulisses et le présenter à tout le monde. Et l'embrasser comme jamais. Surtout l'embrasser, oui. « Hum euuh... » Il sortit de ses pensées, s'étant rendu compte qu'il mettait un peu trop de temps à répondre. « Dans huit jours. Si tu ne viens pas, je boude. » A vrai dire, il savait qu'il ne pourrait pas lui faire la tête bien longtemps s'il ne venait pas, mais il n'avait rien trouvé d'autre. Néanmoins, il serait vraiment, vraiment déçu si Lennon ne pouvait pas venir. Il savait que son travail lui prenait énormément de temps et qu'il ne pouvait pas faire ce qu'il voulait et tout lâcher pour aller le voir, mais quand même. Kit était un enfant, et les enfants font des caprices, c'est bien connu.

Après être allé chauffer Lennon un peu plus qu'il n'aurait dû, il retourna à ses pâtes, prit la casserole et les égoutta dans l'évier. Il ne pouvait s'empêcher de rire, plutôt fier d'avoir réussi à perturber le brun. Il savait très bien qu'il y avait plus qu'une simple amitié entre eux, ça crevait les yeux, mais il ne craquerait pas le premier. Après tout, même s'il connaissait plutôt bien Lennon, rien ne lui assurait que tout ça n'était pas qu'un jeu pour lui. Et ça lui faisait peur. Vraiment. Parce que lui commençait à beaucoup trop s'attacher à l'avocat et que si tout ça ne menait à rien, si Lennon ne voulait pas plus, il doutait vraiment de pouvoir surmonter ça. Il ne voulait pas souffrir. Alors il continuait à jouer avec lui, à flirter, sans pour autant faire le premier pas. C'est quand il sentit une main sur sa hanche qu'il comprit qu'il n'aurait pas du chercher Lennon. Il ne savait pas dans quoi il s'était encore fourré, mais il sentait que ça allait être drôle. « Tu devrais porter ce pantalon plus souvent tu sais. » Puis la main s'éloigna et ce n'est qu'à ce moment qu'il se rendit compte qu'il avait retenu sa respiration. Il inspira, expira, essayant tant bien que mal de se calmer. « Si tu le dis. » Quel petit con. Il voulait donc jouer à ça, ok. Kit allait le faire craquer. Il allait y arriver, il le savait. « Tu préfères du vin, du coca ou simplement de l’eau ? » Le vin avait beau ne pas être fort, Kit tenait autant l'alcool qu'un gamin de six ans. Et quand Kit buvait trop, il devenait une sorte de Bisounours/chaton/gros bébé. Ses amis (et plus particulièrement cet enfoiré de Tate) s'amusaient à le faire boire et à le prendre en photo en train de faire des câlins à tout et n'importe quoi et les affichaient le lendemain dans l'appartement. Ça faisait rire tout le monde, sauf lui. « Tu sais très bien que j'évite l'alcool. Essaierais-tu de me saouler pour profiter de moi ? » Abandonnant ses pâtes, il se retourna vers Lennon et avança vers lui. Il devait se décider rapidement ; soit il craquait tout de suite et sautait sur Lennon (ou sautait Lennon. Le "sur" étant plus que négligeable ici.) soit il s'amusait encore un peu et attendait que l'avocat n'en puisse plus et craque le premier. Il s'approcha de lui jusqu'à être à quelques centimètres de son visage, se pencha vers son oreille pour lui glisser quelques mots. « Un coca suffira. Tu sais très bien que tu n'as pas besoin de me saouler pour profiter de moi, Lennon. » Il se recula ensuite légèrement -très légèrement- pour regarder le brun dans les yeux. Leur petit jeu ne pourrait plus durer très longtemps, ou Kit allait réellement devenir fou. Et bien trop frustré. Ou peut-être finirait-il par attacher Lennon quelque part et lui ferait tout ce qui est possible et imaginable jusqu'à ce qu'il le supplie d'en finir et de lui faire l'amour. Sur le coup, ça lui semblait être une très bonne idée.


grow old with me, let us share what we see and oh the best it could be, just you and I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: kennon + we're more than just friends   

Revenir en haut Aller en bas
 

kennon + we're more than just friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Friends Fan Club !
» Exenric`... like them ?
» Kuroshitsuji ♛ If I were you, I would have gone far away
» Eden. • Because we are your friends, you'll never be alone again.
» SUTTON+POPPY-ANN ø we used to be friends, remember ? ø APPARTEMENT#4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
carried by love. ::  :: north side phoenix. :: arcadia. :: la villa-